Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


MAP - publié le Mercredi 26 Février à 14:50

Revue de la presse quotidienne africaine du mercredi 26 férvier



Dakar - Les retombées de la participation du Sénégal au Groupe Consultatif de Paris, le forum de concertation inter-régionale au Mali, la recrudescence de la violence dans les Etats du Nord-Est et la clôture du séminaire gouvernemental au Gabon, sont les principaux sujets commentés par la presse africaine paraissant mercredi.



Au Sénégal, les retombées de la participation du Sénégal au Groupe Consultatif de Paris et l'organisation au lendemain de cette réunion à Paris, d'un forum dédié aux investisseurs privés continuent de dominer les titres de la presse locale.

"Macky Sall face aux investisseurs à Paris: Nous voulons être la première destination africaine de l'investissement privé , titre le quotidien +le Soleil+, qui consacre un dossier spécial à la 7è réunion du Groupe Consultatif de Paris pour le Sénégal, illustré de déclarations d'officiels, et d'investisseurs ainsi que d'extraits des discours prononcés par le président sénégalais devant les bailleurs de fonds et les investisseurs privés.

Le forum des investissements privés nationaux et internationaux organisé par l'Etat du Sénégal s'est tenu à la Chambre de commerce et d'industrie de Paris au lendemain du Groupe Consultatif de Paris (...). Même si aucun montant global n'a été annoncé à l'issue de la rencontre hier, les officiels sénégalais sont repartis satisfaits. Les résultats ont dépassé les attentes tant en nombre de visiteurs qu'en intérêt pour les opportunités d'affaires qu'offre le Sénégal , explique la publication.

Son confrère +l'Observateur+ place sa Une sous le titre "Groupe Consultatif de Paris: Financement du Plan Sénégal Emergent (PSE): Ces projets qui ont provoqué la pluie de 3.729 milliards FCFA .

Avec des engagements de financement de plusieurs milliers de milliards récoltés par le chef de l'Etat en Chine et à Paris pour le PSE, on peut s'intéresser à la gestion des fonds qui seront décaissés. Suivant le ministre chargé de la promotion de la bonne gouvernance et porte- parole du gouvernement, Abdou Latif Coulibaly, c'est le président lui-même qui va s'occuper du suivi- évaluation des crédits annoncés pour le PSE , écrit cette publication, qui se fait l'écho d'un comité de suivi et de matérialisation qui sera logé dans le Cabinet du président. Le journal +le Quotidien+ place sa Une, quant à lui, sous le titre PSE à la place des 1.111 milliards attendus, le privé émet un chèque de réserves. Il veut une amélioration de l'environnement des affaires .

Des investisseurs étrangers sont convaincus que le pays a des atouts pour décoller, et font confiance à l'administration nationale pour se moderniser et lever les contraintes qui peuvent bloquer les initiatives positives. Cela a poussé un ministre de Macky Sall à affirmer que si le pays échoue dans cette tentative d'accrocher définitivement les étrangers qu'il a attirés comme un aimant, il ne pourrait cette fois s'en prendre qu'à lui-même , note cette publication.

Sur le plan politique, la presse sénégalaise se fait l'écho du blocage de la revue du code électoral. Ainsi, +l'Observateur+ titre les non- alignés rejoignent l'opposition, la société civile et la Commission électorale nationale autonome (Cena) déclenchent une médiation .

"La revue du Code électoral au point mort: la société civile entame une médiation", titre de son côté, le journal +le Quotidien+.

Au Mali, +L'Essor+ revient sur les travaux du forum de concertation inter-régionale pour la réconciliation et la réinsertion socioéconomique des femmes et des enfants affectés par la crise, qui a débuté mardi à Bamako, notant que la rencontre entend contribuer à la consolidation d'une paix durable grâce à la prise en compte dans le processus de la réconciliation et du développement local, des besoins et spécificités des femmes et des enfants affectés.

Pour +Le Combat +, le forum permettra également de réfléchir sur l'intégration des approches "Genre et la protection de l'enfant" dans les stratégies, programmes et pratiques liés à la paix et la réconciliation et au relèvement communautaire mais aussi d'identifier des pistes d'actions novatrices.

+L'Indépendant+ rapporte, quant à lui, que le Premier ministre, Oumar Tatam Ly, à qui le président de la république a signé tacitement le décret de reconduction à la primature en lui renouvelant sa confiance, lors de la présentation des vœux de nouvel an à Koulouba, serait quasiment en consultation intense mais discrète pour former une nouvelle équipe (gouvernementale), soulignant que celle-ci pourrait intervenir vendredi prochain.

Sur un autre registre, +Nouvel Horizon+ indique que pour mettre l'aéroport international de Bamako-Sénou à l'abri des menaces terroristes, l'Union européenne a donné à l'agence nationale de l'Aviation civile un aéronef Cessna 206 et 4 véhicules 4/4 hier mardi.

Au Nigeria, la presse met l'accent sur la recrudescence de la violence dans les Etats du Nord-Est du pays, après l'attaque perpétrée, dans la nuit de lundi à mardi, contre un lycée par des éléments présumés du groupe armé Boko Haram dans la ville de Gujba, relevant de l'Etat de Yobe.

L'attaque de l'internat du lycée public Buni Yadi, survenue au moment où les élèves dormaient, a fait 59 morts et 11 blessés graves, selon +Daily Trust+, alors que +Leadership+ fait état de 43 morts et +The Guardian+ rapporte le premier bilan de 29 tués avant la découverte d'autres cadavres.

Les agresseurs ont lancé des explosifs dans l'internat, ouvert le feu dans les chambres et tué certains élèves à l'arme blanche, indique +Daily Trust+, soulignant que toutes les victimes étaient des garçons et que les filles ont été épargnées.

Ce lycée est situé à quelque kilomètres du collège d'enseignement agricole de la même ville, attaquée en septembre dernier, avec un bilan de 40 élèves tués dans la même situation, rappelle le journal, ajoutant qu'au moment de l'attaque, il n'y avait, selon des témoins, ni policiers, ni militaires.

+Leadership+ précise que les assaillants ont rassemblé les filles et leur ont demandé de rentrer chez elles pour se marier au lieu de faire des études.

Le président nigérian, Goodluck Jonathan, a qualifié les insurgés de Boko Haram de fanatiques dérangés, ajoute le journal.

Dans ses réactions aux derniers développements dans le pays, l'ancien vice-président, Atiku Abubakar, qui a rallié le Congrès de tous les progressistes (APC, principal parti d'opposition), a imputé la responsabilité de la gestion du dossier Boko Haram au gouvernement fédéral, selon +The Guardian+ qui indique que l'APC a eu la même position, tout en condamnant les propos de M. Jonathan à l'égard du gouverneur de l'Etat de Borno (nord-est), Kashim Shettima, qui avait estimé que Boko Haram est mieux armé et motivé que l'armée.

Au Niger, le quotidien +Le Sahel+ indique qu'une réunion des ministres en charge de la Sécurité des pays membres de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), axée sur la libre circulation des personnes au sein de l'espace communautaire, a eu lieu, mardi à Niamey. L'objectif de cette réunion est de discuter sur la mise en circulation de la carte nationale d'identité biométrique dans l'espace communautaire constituant une des étapes fondamentales à la matérialisation de la libre circulation des personnes, souligne la publication.

Citant le ministre nigérien de l'Intérieur, Massoudou Hassoumi, le quotidien relève que la libre circulation des personnes constitue le trait d'union, la cohésion entre les peuples, le ciment de l'unité de leurs Etats et le catalyseur du développement économique et social de la communauté ouest africaine.

La presse locale rapporte, par ailleurs, que le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, en route pour Addis Abeba en Ethiopie, a effectué, mardi, une escale technique à Niamey.

Le président mauritanien a eu à cette occasion un entretien en tête-à-tête avec son homologue nigérien, Issoufou Mahamadou, ajoute-t-on, notant que ces dernières années, la coopération nigéro-mauritanienne s'est considérablement renforcée.

Au Gabon, le quotidien +Gabon Matin+ se fait l'écho de la clôture mardi du séminaire gouvernemental tenu à Franceville, faisant savoir que les travaux de cette rencontre de trois jours ont été sanctionnés par l'adoption d'importantes recommandations, dont la mise en œuvre devrait accélérer l'impact social du plan stratégique Gabon émergent.

Au total, 14 recommandations ont été adoptées visant à accélérer la cadence des réalisations et conduire le Gabon vers une croissance plus soutenue, indique le journal dans un article sous le titre 'La feuille de route tracée'', notant que le Chef de l'Etat, qui a présidé ces travaux, a invité les membres du gouvernement à s'approprier et faire partager son ambition pour le pays.

A ce sujet, le quotidien +L'Union+ souligne que ce séminaire, tenu sous le thème 'accélérer la cadence de l'impact social'', a été marqué par l'identification de nombreuses pistes qui sont autant de leviers censés permettre de hâter le développement du pays, ajoutant que les membres du gouvernement sont désormais attendus sur le terrain de l'action.

Sur le plan économique, la publication rapporte que l'Etat gabonais vient d'attribuer un nouveau permis au groupe français Maurel & Prom, spécialisé dans l'exploration pétrolière, précisant que la filiale locale de cette compagnie au Gabon, avec un chiffre d'affaires de 370,5 milliards de FCFA en 2013, a contribué à hauteur de 98,6 pc des résultats du groupe dans le monde.

Le journal précise également que la société équatoriale des mines (SEM), spécialisée dans la collecte d'or dans les mines artisanales, a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 759 millions de FCFA, notant qu'à terme, l'entreprise, qui a collecté en 2013 près de 43 kg d'or, a l'ambition de mettre en place un véritable maillage des zones d'orpaillage.Les quotidiens éthiopiens consacrent, quant à eux, leur Une au rapport de l'Ong Save the Children sur la mortalité infantile, le secteur industriel en Ethiopie et la coopération éthio-américaine dans le domaine sanitaire.

Ainsi, +The Daily Monitor+ consacre toute sa Une à l'étude publiée, la veille, par l'OngSave the Children sur la mortalité infantile, déplorant qu'un million de nouveau-nés décèdent dans les premières 24 heures de leur naissance, chaque année dans le monde.

La mortalité infantile avant l'âge de cinq ans a été divisée par deux sur la planète depuis 1990. Ils étaient 12,6 millions à mourir prématurément en 1990 et ils ne sont plus que 6,6 millions aujourd'hui, note le rapport, relevant toutefois le peu d'attention accordée à la lutte contre les dangers mortels auxquels font face les nouveau-nés lorsqu'ils sont les plus vulnérables: à la naissance et au cours du premier mois de leur vie.

Selon les statistiques de 2012, un million de nouveau-nés meurent dans les premières 24 heures qui suivent leur naissance, et 2,9 millions au cours des premiers 28 jours, Pour sa part, +The Ethiopian Herald+ braque les projecteurs sur le secteur industriel en Ethiopie et les efforts déployés en vue de drainer les Investissements directs étrangers (IDE) et partant donner un coup de fouet aux exportations.

Le journal s'intéresse également à la coopération éthio-américaine dans le domaine sanitaire et les actions mises en œuvre pour renforcer les infrastructures dédiées aux soins dans ce pays de la corne de l'Afrique.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus