Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Mercredi 16 Avril à 14:28

Revue de la presse marocaine, maghrébine et européenne du mercredi 16 avril



Rabat: Voici la revue des quotidiens marocains, maghrébins et européens parus le mercredi 16 avril:



presse marocaine

 *AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.

- Mesures proactives pour éviter toute mauvaise surprise lors des discussions au Conseil de sécurité du rapport du secrétaire général de l'ONU sur le Sahara. Après l'entretien téléphonique entre SM le Roi Mohammed VI et le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-monn, le Souverain a chargé Omar Hilale des fonctions d'Ambassadeur, Représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l'Organisation des Nations Unies.

- La formation du bureau de la Chambre des représentants subordonnée à la crise de l'USFP. Durant ses premiers jours au perchoir, le nouveau président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami, fait face à un problème juridique, fruit d'une lutte politique. Il s'agit d'adopter la liste présentée par Ahmed Zaïdi, actuel président du groupe socialiste, et qui a été déposée dans les délais légaux et conformément à la réglementation en vigueur.

*AL MASSAE:.

- USFP : Radi s'oppose à la politique des expulsions. Les membres de la commission d'arbitrage et de déontologie de l'USFP ont refusé de se conformer à la décision du Premier secrétaire du parti d'exclure les partisans du courant "Ouverture et démocratie". Des sources ont indiqué qu'Abdelouahed Radi a exprimé son refus catégorique de l'expulsion de tout membre du parti pour une simple divergence de vues concernant l'avenir du parti.

- Le tribunal administratif de Rabat donne raison au chef de gouvernement concernant le "droit d'informer". Le tribunal administratif de Rabat s'est prononcé, lundi, contre la décision de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) d'autoriser la diffusion des "droits d'informer".

*AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIYA:.

- Elections partielles: le PJD et le PI seuls en lice dans la circonscription de Moulay Yaâcoub. Les candidats du PJD et du PI s'affronteront pour la 4éme fois à Moulay Yaâcoub en vue de remporter le siège vacant à la Chambre des représentants de cette circonscription. Les résultats de cette circonscription ont été annulés trois fois successives par le Conseil constitutionnel, dont la dernière en février dernier après le recours introduit par le PJD. Les autres partis qui avaient participé à cette élection partielle ont décidé de ne pas présenter de candidats.

- Le ministre de l'emploi annonce la révision du code du travail durant l'année en cours. Le ministre de l'Emploi et des affaires sociales, Abdeslam Seddiki, a annoncé, mardi à Rabat, la révision du Code de travail durant l'année en cours et l'élaboration d'une stratégie nationale pour l'emploi qui serait le fruit de la participation de tous les acteurs du secteur.

*AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI:.

- L'économie nationale dans une conjoncture difficile, sa croissance reculerait les mois prochains. Le Haut-Commissariat au plan a brossé un tableau sombre de la conjoncture délicate par laquelle passe l'économie nationale, précisant que les perspectives de croissance pour le deuxième trimestre 2014 seraient, dans l'ensemble, moins favorables qu'une année auparavant. Selon un point de conjoncture du HCP, les activités agricoles poursuivraient leur tendance baissière et le déficit de la liquidité des banques se serait légèrement accru.

- Le président du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS), Khalihenna Ould Errachid, a affirmé que l'implication de l'Algérie dans le conflit du Sahara dénote de la faiblesse des thèses des séparatistes. Ould Errachid, qui était mardi l'invité de la MAP, a souligné que l'autre partie (adversaire de l'intégrité territoriale du Royaume), se trouve dans une situation fragile, évoquant notamment le recul du soutien aux séparatistes dans les différents continents, y compris en Afrique.

*ATTAJDID:.

- Le tribunal administratif de Rabat a prononcé le sursis à l'exécution de la décision rendue par la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) jusqu'à ce qu'il soit statué sur l'action intentée pour annulation. La Haca avait autorisé la retransmission des "droits d'informer" lors des séances des questions orales à la Chambre des conseillers. Une telle diffusion, interdite par Benkirane, avait suscité une controverse entre le gouvernement et l'opposition.

- Le ministre de l'emploi et des affaires sociales Abdeslam Seddiki annonce la révision du Code de travail pendant l'année en cours. Cette annonce a été faite lors d'une rencontre qu'il a tenue mardi à Rabat avec les délégués régionaux et provinciaux de l'emploi.

* AL ALAM:.

- Les associations de la "Dynamique de l'Appel de Rabat" entame une nouvelle phase de son conflit avec le ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile El Habib Choubani. Lors d'une rencontre à Rabat, ces associations, dont le nombre est estimé à 3500, ont appelé le gouvernement à élaborer un rapport annuel global sur les subventions accordées et les bénéficiaires par les associations.

- L'Istiqlal s'en prend au gouvernement. Le comité exécutif du Parti de l'Istiqlal condamne la campagne menée par des membres du PJD contre la candidature de Karim Ghellab pour la présidence de la Chambre des représentants, dénonce les déclarations du chef du gouvernement sur les opposants politiques et fustige l'instrumentalisation sélective de la justice pour liquider les adversaires politiques, selon un communiqué rendu public à l'issue d'une réunion du comité exécutif, tenue lundi.

*ASSABAH:.

- "Blocage" dans la Chambre des représentants en raison de la crise du groupe socialiste qui n'a pas encore élu ses structures dirigeantes. Rachid Talbi Alami agit avec méfiance, refusant de soutenir une partie au détriment d'une autre. Abdelouahed Radi propose des solutions pour surmonter la crise.

- Les députés MP se soulèvent contre Mohand Laenser. Les représentants parlementaires du parti de l'Epi ont refusé, le weekend dernier, de mandater Mohand Laenser pour nommer notamment le président du groupe parlementaire du Mouvement populaire et le président de la commission parlementaire issu actuellement du parti. Ces députés œuvrent pour l'application de la démocratie interne et l'édification d'un parti qui puisse être régi uniquement par le pouvoir de la base.

*LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:.

- Exportations de fruits et légumes vers l'UE. Une centaine de professionnels protestent à Rabat. "Protectionnisme aveugle", "retour sur les acquis", "une Europe qui revient sur ses engagements". Les slogans scandés et les banderoles en disent long sur la colère et l'indignation des producteurs et exportateurs marocains de fruits et légumes. Ces derniers, notamment les membres de la Fédération interprofessionnelle marocaine de production et d'exportation des fruits et légumes (Fifel) ont organisé, mardi, un sit-in devant le siège de la représentation de la Commission européenne à Rabat.

Une centaine d'agriculteurs, en provenance surtout de la région de Souss, étaient venus protester contre l'adoption par le Conseil de l'UE agriculture et pêche, le lundi 14 avril à Bruxelles des "actes délégués entrant dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune".

- SM le Roi inaugure deux nouveaux projets médico-sociaux à Fnideq et à Tétouan. La vision royale d'un développement humain global et intégré s'est vue une nouvelle fois concrétisée avec l'inauguration, mardi, par SM le Roi Mohammed VI de deux nouveaux projets destinés au renforcement de l'offre médico-sociale au niveau des villes de Fnideq et Tétouan. Le Souverain a, en effet, procédé à l'inauguration d'un Complexe médico-social à Fnideq et d'un Centre régional de médecine physique et de kinésithérapie à Tétouan, réalisés pour une enveloppe budgétaire globale de 30 millions de dirhams (MDH).

*L'ECONOMISTE:.

- La croissance au ralenti au deuxième trimestre. L'économie est en phase de ralenti. Pour le premier et deuxième trimestre, le Haut-Commissariat au plan prévoit un recul de la croissance : elle devrait se situer aux environs de 2,3 pc au deuxième trimestre au lieu de 2,5 pc au premier trimestre et 4,3 pour les trois derniers mois de 2013. Les perspectives sont moins favorables en particulier par rapport aux activités agricoles dont la valeur ajoutée accuserait une baisse de 3,9 pc. Même si les effets du déficit pluviométrique du début de l'année étaient atténués, la réduction des superficies semées pénaliserait les performances de la production végétale, explique le HCP dans sa note de conjoncture.

- Export fruits-légumes : Bruxelles se défend du protectionnisme. Bruxelles soutient que son objectif n'est pas d'entraver les exportations marocaines de fruits et légumes, mais juste de clarifier le système des prix d'entrée qui fait depuis longtemps l'objet de critiques. La démarche sera expliquée à Rabat le 23 avril. "L'objectif du nouveau système de prix d'entrée européen n'est pas du tout d'entraver les exportations marocaines de produits agricoles", explique Roger Waite, porte-parole de la DG d'agriculture de la Commission européenne, ajoutant que ces nouvelles règles "ne changeront rien pour les quotas préférentiels", mais ne concernent que les volumes réalisés au-delà des contingents.

presse maghrébine

L'enlèvement de l'ambassadeur de Jordanie à Tripoli, l'élection présidentielle en Algérie et le procès dans l'affaire des "martyrs de la révolution" en Tunisie sont les principaux sujets à la Une de la presse maghrébine de mercredi.

A Tripoli, +Libya Ikhbaria+ indique que la Libye reste "la grande perdante" de la poursuite des agressions contre les diplomates, au lendemain de l'enlèvement du diplomate jordanien Fawaz Aitan.

Le journal rappelle le contact qu'a eu le chef de gouvernement désigné Abdallah Al Thinni avec le premier ministre jordanien pour exprimer la condamnation du peuple libyen de cet acte et réaffirmer l'importance qu'accorde l'exécutif à cette affaire.

En relation avec l'enlèvement, le journal rapporte que plusieurs ressortissants libyens étaient bloqués à l'aéroport d'Amman après l'annulation par la compagnie aérienne jordanienne d'un vol à destination de Tripoli.

Pour sa part, +Febrayer+ indique que les services de sécurité libyens se basent, dans leur enquête, sur "des images prises par une camera de surveillance montrant un groupe d'individu cagoulés conduits par un barbu" au moment de l'enlèvement.

Toujours au volet sécuritaire, +Libya al Jadida+ s'intéresse aux informations selon lesquelles le jihadiste d'AQMI, l'Algérien Mokhtar Belmokhtar "se serait retiré en Libye à partir de laquelle, il entendrait dominer le Sahel".

Citant des sources sécuritaires, le journal rappelle que le mis en cause avait été donné pour mort, "tué" par l'armée tchadienne au Mali le 2 mars 2013.

A Alger, le journal +Liberté+ fait remarquer que "la fraude et la violence" sont sans doute les mots qui ont été les plus utilisés par les candidats, surtout durant la dernière semaine de cette campagne présidentielle "qui n'est pas comme les autres, ce qui a entrainé des dérapages verbaux parfois sans la moindre retenue".

L'éditorialiste souhaite que "cette guerre des mots" reste à ce niveau de la confrontation légitime en ces moments "de grande tension" et qu'elle soit enterrée après le 17 avril.

+L'Expression+ soutient que l'élection, qui aurait dû être une occasion de plus pour "s'éloigner de la misère du sous-développement et de la mouise de la sous-gestion", s'est avérée "un moment d'inquiétude et de profonde interrogations".

Selon le journal, "notre problème à nous c'est que nos dirigeants ont tourné le dos à l'évolution tellement longtemps qu'ils ne savent plus ce que cela signifie ni n'en saisissent la nécessité".

"Les Algériens sont légitimement inquiets des risques de collapsus général du système et sont naturellement à l'écoute de ceux qui appellent à des solutions consensuelles pour un changement de régime", écrit pour sa part +Le Quotidien d'Oran+.

Refuser le statu quo en évitant un glissement vers les violences reste un souci majeur, ajoute l'éditorialiste. Quant à +El Watan+, il souligne que "le combat d'arrière-garde de maintien au pouvoir envers et contre tout est illusoire et perdu d'avance", même s'il se présente sous les contours d'une élection pluraliste "qui ne convainc même les plus larges clientèles arrosés avec l'argent du contribuable".

"De l'omnipotence à l'impotence, de la politique à l'incantation, de la corruption à la déraison, le régime est arrivé à ses limites non seulement biologiques mais historiques", écrit le journal.

A Tunis, le journal +Assabah+ relève que "la réalité reste la première victime" des tiraillements politiques marquant le processus de transition démocratique, au lendemain des jugements prononcés à l'encontre des sécuritaires accusés d'homicide volontaire des manifestants avant et après la révolution du 14 janvier.

Le journal +Adhamir+ fait savoir que 18 parlementaires ont gelé leurs activités au sein de l'assemblée constituante en signe de protestation contre les jugements "injustes" rendus par le tribunal militaire, sanctionnés par l'acquittement du principal mis en cause.

Le journal revient également sur la conférence de presse, organisée par "le comité de défense des droits de martyrs" qui a dénoncé ces peines.

Economiquement, le journal +Alchourouq+ appelle le chef du gouvernement à assumer toutes ses responsabilités et à tracer les grandes orientations de sa politique aux niveaux interne et extérieur.

Le rédacteur politique au journal +Al Maghrib+ relève l'unanimité sur la situation catastrophique dans laquelle se trouve l'économie tunisienne.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara