Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr


MAP - publié le Jeudi 12 Mai à 09:51

Revue de la presse européenne quotidienne internationale



Varsovie - La présidentialisation du régime en Turquie, la levée de visas pour les ressortissants turcs, la crise des migrants en Grèce et la réunion des pays du format de Normandie sont autant de sujets traités jeudi par la presse d'Europe de l'Est.



En Turquie, le Parti Justice et Développement (AKP, au pouvoir) se prépare à présenter un "mini-paquet constitutionnel" au Parlement qui permettrait aux présidents turcs d'être membres de partis politiques, un changement ouvrant la voie au régime présidentiel dans le pays, rapporte "Hurriyet".

Ce paquet consisterait en un maximum de cinq articles concentrés sur le modèle "président partisan", ajoute-t-il, relevant que la disposition stipulant que les "liens du président élu sont rompus avec son parti" sera supprimée de la constitution.

De même selon le journal, ce projet, qui sera déposé au parlement en juin prochain avant d'être soumis à référendum, propose le changement de l'article 104 qui stipule que "le président est chef de l'Etat" pour devenir "le président est le chef de l'Etat et de l'exécutif".

Sur un autre registre, la modification de la législation antiterroriste pour se conformer aux exigences de l'Union européenne en contrepartie de l'exemption de visas pour les turcs est "impossible" dans le contexte sécuritaire actuel, affirme "Daily Sabah".

"Il est impossible d'envisager de revoir la législation antiterroriste dans un contexte où 450 soldats sont tombés en martyrs et que des attentats à la bombe sont perpétrées en série" dans le pays, note-t-il en citant le ministre des affaires européennes Volkan Bozkir, expliquant que la Convention européenne des droits de l'Homme permet aux Etats parties de prendre des mesures extraordinaires en cas d'atteinte à leur intégrité territoriale ou encore à l'ordre public.

Il a regretté l'approche du Parlement européen qui s'est montré sceptique sur la levée des visas alors que la Commission européenne l'a officiellement recommandée dans son dernier rapport de suivi, une approche qui relève, non pas, d'un calcul "mathématique" mais d'une "décision politique".

En Grèce, la presse se fait l'écho de la fin du différend entre Athènes et Vienne sur la question des réfugiés ayant poussé la Grèce à rappeler son ambassadeur et à critiquer vertement les positions de l'Autriche et conduit à la fermeture de la route des Balkans devant les réfugiés qui se sont retrouvés bloqués en Grèce.

Le quotidien "Ethnos" écrit qu'après des mois marqués par des tensions diplomatiques, les deux pays ont normalisé leurs relations à l'occasion de la visite à Vienne du ministre grec des Affaires étrangères Nikos Kotzias et le retour de l'ambassadeur à son poste, ajoutant que le chef de la diplomatie grecque va effectuer des visites à d'autres pays de l'Europe orientale qui refusent l'accueil des réfugiés sur leur sol et critiquent avec force la politique grecque dans ce domaine.

Le quotidien "Ta Nea" rapporte que près de 54.000 réfugiés sont installés actuellement en Grèce, dont 8.400 dans les îles grecques en attendant leur identification pour les renvoyer en Turquie conformément à l'accord signé entre Ankara et l'Union européenne.

Selon la publication, la plupart des réfugiés dans les îles ont été autorisés à quitter les centres de rétention après 25 jours d'assignation réglementaire, mais ils sont interdits de quitter les îles, ajoutant qu'ils vivent dans des conditions difficiles et passent leurs journées à errer dans les îles qui manquent de moyens nécessaires de secours et d'assistance.

En Russie, le quotidien "Komsomolskaya Pravda" rapporte que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les pays du format de Normandie soutiennent la nécessité d'appliquer les accords de Minsk et appellent les autorités ukrainiennes à ne pas se dérober de leurs responsabilités.

Selon M. Lavrov, les ministres des pays du format de Normandie, réunis mercredi à Berlin, ont convenu d'un accord sur le retrait des armes, le respect du cessez-le-feu, la garantie de la tenue des élections dans le Donbass et l'amnistie générale, précisant que la question des élections doit être traitée lors de négociations directes entre les deux parties en conflit.

Et la publication d'ajouter que la réunion n'a pas réalisé un progrès sur les volets politiques du règlement du conflit dans le Donbass et que cette question doit être négociée par les deux belligérants, notant que Moscou continuera d'exercer son influence sur les régions de Donetsk et Lougansk pour mettre en oeuvre les accords de Minsk.

Citant le chef de la diplomatie russe, le quotidien rapporte que la partie ukrainienne cherche toujours des justifications pour retarder l'application de toutes les dispositions des accords de Minsk.

Par ailleurs, "Rassiskaya Gazeta" relève que la sous-commission "sécurité et défense" du groupe de contact sur l'Ukraine va examiner les idées proposées par les pays du format de Normandie en collaboration avec les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Le journal rapporte que M. Lavrov a souligné la nécessité de la poursuite des réunions des sous-commissions du groupe de contact à Minsk dans les plus brefs délais, estimant que les messages envoyés depuis Berlin aideront à progresser vers une solution au conflit.

Le quotidien rappelle que la réunion des pays du format de Normandie mercredi à Berlin est la 12-ème du genre sur l'Ukraine, ajoutant que le conflit dans l'est ukrainien a fait plus de 9.000 morts selon les statistiques de l'ONU et que malgré les nombreuses rencontres du groupe de contact (Ukraine, Russie, OSCE), tenue dans la capitale biélorusse, et l'instauration d'un cessez-le-feu, les hostilités se poursuivent de temps à autre.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 495

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara