Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Lundi 10 Mars à 15:46

Revue de la presse arabe du lundi 10 mars



Le Caire - Les journaux arabes, paraissant ce lundi, consacrent leurs colonnes, éditoriaux et commentaires aux travaux de la 141ème session du Conseil de la Ligue des Etats arabes au niveau des ministres des Affaires étrangères et aux conséquences et répercussions de la décision de l'Arabie Saoudite, des Emirats arabes unis et de Bahreïn de retirer leurs ambassadeurs de Doha, ainsi qu'à la situation sécuritaire au Bahreïn et à la crise en Syrie.



Ainsi, les journaux égyptiens évoquent les décisions issues du Conseil de la Ligue arabe, présidé par le Maroc et dont les travaux ont pris fin dimanche au Caire, notamment la feuille de route destinée à combattre le terrorisme.

Sous le titre "Le Conseil ministériel de la Ligue arabe entérine une feuille de route égyptienne pour combattre le terrorisme: réunion urgente à Marrakech des ministres de la Justice et de l'Intérieur pour examiner le mécanisme de mise en œuvre" , le quotidien Al Ahram écrit qu'en réponse à la proposition de l'Egypte lors du Conseil ministériel de la Ligue arabe, il a été décidé de tenir une réunion conjointe des ministres de l'Intérieur et de la Justice pour lutter contre le terrorisme.

Citant le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, président de l'actuelle session du Conseil de la Ligue, le journal indique que Marrakech abritera, mercredi et jeudi prochains, une conférence des ministres arabes de la Justice et de l'Intérieur en vue d'examiner le phénomène du terrorisme, prendre des décisions pragmatiques communes et adopter des résolutions fortes et rigoureuses pour combattre ce phénomène.

Le journal Achourouq indique, de son côté, que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a souligné la nécessité d'opérer une transition lors du traitement du phénomène du terrorisme de la dénonciation à la prise de décisions communes à travers l'échange d'informations et la lutte, outre la prise de décisions fermes, ajoutant que de telles actions constitueront des messages forts à tous les groupes et organisations terroristes selon lesquels le corps arabe est en mesure de confronter ce phénomène.

Le quotidien Al Joumhouriya fait état, pour sa part, de l'appel lancé par l'Egypte à l'ensemble des pays arabes pour une coopération tous-azimut susceptibles de lutter contre le terrorisme qui sévit toujours dans la région et s'impose plus que jamais, tout en menaçant les efforts de construction et du développement.

En Grande-Bretagne, la presse arabophone focalise sur les derniers développements de la crise syrienne et les efforts diplomatiques engagés pour trouver une solution politique à la guerre civile qui déchire ce pays plus de trois ans.

Le quotidien "Al Hayat" se fait l'écho de la libération des 13 religieuses et trois de leurs auxiliaires, qui avaient été enlevées par les rebelles le 3 décembre dans la ville syrienne de Maâloula.

Ces religieuses ont été libérées grâce à une médiation libano-qatarie-turque, prévoyant aussi la libération des dizaines de personnes détenues dans les prisons du régime de Bachar Al Assad.

Selon "Al Qods Al arabi", les preneurs d'otages ont présenté lors des négociations une longue liste de revendications dont notamment la libération de détenues syriennes dans les geôles du régime syrien, le retrait des forces syriennes des lieux de cultes chrétiens et des aides humanitaires.

Le journal "Al Arab" revient sur la réunion du Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères dont les travaux ont été dominés par le dossier syrien.

D'après les propos du secrétaire général de la Ligue arabe Nabil Arabi, cités par le quotidien, les pourparlers pour la mise en place d'un gouvernement de transition mettant fin au conflit syrien se heurtent à plusieurs obstacles.

Quant au quotidien "Al Chareq Al Awsat", il se fait l'écho de l'intervention faite, lors de la réunion du Conseil ministériel arabe, par le ministre saoudien des Affaires étrangères le Prince Saoud Al Faycal selon lequel le règlement de la crise syrienne demeure tributaire d'un changement des rapports de forces sur le terrain entre les rebelles et les forces de Bachar Al Assad.

La presse qatarie se focalise sur plusieurs questions, en particulier la crise du Conseil de coopération du Golf (CCG) après la décision de l'Arabie Saoudite, des Emirats arabes unies et de Bahreïn de retirer leurs ambassadeurs de Doha et l'annonce par le Qatar de poursuivre son soutien à la bande de Gaza, ainsi que la médiation du Qatar pour la libération des religieuses en Syrie.

Dans ce sens, le journal Al Watan a critiqué la décision de l'Arabie Saoudite, des Emirats arabes unis et de Bahreïn de retirer leurs ambassadeurs de Doha, exprimant son regret de voir, que parfois, des décisions ont besoin d'être évaluées dans leur contexte avec équité, transparence, sagesse et pragmatisme.

Evoquant la décision du Qatar de poursuivre son soutien et assistance à la bande de Gaza, le quotidien Al Raya estime que cette décision puise son importance de la conjoncture délicate à laquelle font face les Palestiniens bloqués et qui souffrent d'un manque sans précédent en matière des services de base, outre le fait qu'ils soient délaissés par les Arabes et la communauté internationale. Le Qatar a réitéré son engagement de soutenir la cause de la Bande de Gaza qui constitue pour Doha un intérêt constant et immuable, a-t-il poursuivi.

Quant au quotidien Acharq , il estime que le blocus imposé à Gaza par certains frères en suspendant des projets sociaux dans la bande et l'escalade israélienne qui augure d'une nouvelle agression ( ) sont autant de questions qui nécessitent un combat contre le projet de bafouer et violer les droits des Palestiniens qui militent contre la dernière colonisation en 21ème siècle.

Le journal Al Arab signale, de son côté, la médiation entreprise par le Qatar en vue de libérer les religieuses syriennes, rappelant qu'il ne s'agit pas de la première initiative et ne sera pas la dernière, dans le cadre des actions visant à ne pas exacerber la crise et faire éviter au peuple syrien davantage de tragédies.

Au Bahreïn, la presse locale s'est focalisée sur la situation sécuritaire après le dernier attentat terroriste dans la région de Dih, nord du pays, ayant fait trois morts parmi les forces de sécurité, dont un officier émirati.

A cet effet, les journaux Akhbar al Khalij , Al Wassat , Al Watan , Al Bilad et Al Ayyam font état de l'examen par le Conseil des ministres d'un amendement de la loi relative à la protection de la société contre les actes terroristes, qui stipule le durcissement des peines contre la violation de certaines de ses dispositions à travers la résistance par la force, la violence ou la menace, ajoutant qu'elle prévoit aussi la prise de dispositions préventives lorsqu'il s'agit de l'existence de preuves ou d'indications sur l'existence d'un crime terroriste.

Les quotidiens bahreïnis font, en outre, état de la conférence de presse du Parquet général, dimanche, sur l'explosion terroriste au cours de laquelle il a affirmé que les accusés, qui encourent la peine capitale et la déchéance de la nationalité, ont été reconnus membres d'un groupe terroriste et avaient poursuivi des entrainements par des éléments terroristes à l'extérieur du pays.

Les journaux libanais se sont intéressés à la libération des 13 religieuses libanaises et syriennes, enlevées par l'opposition syrienne il y a plusieurs mois, grâce à une médiation du Qatar.

Le quotidien Al Moustaqbal écrit qu'après quatre mois de leur kidnapping, elles ont été remises à la délégation de médiation qatarie et à la sûreté publique libanaise.

Le journal Assafir revient sur les détails de l'opération de libération des religieuses, indiquant que leur dernier chemin vers la liberté n'était guère de tout repos, rappelant que ce résultat est le couronnement d'un long processus de négociations épineuses s'étant poursuivies pendant trois mois avec la participation de plusieurs pays, dont le Qatar et sous la supervision du directeur général de la sûreté publique libanaise et l'égide du chef de l'Etat libanais.

Quant au journal Annahar , il estime que la question des religieuses de Maâloula est devenue une priorité des Libanais, dans la mesure où elle a suscité un intérêt particulier aussi bien auprès du public que des médias.

Concernant la déclaration ministérielle, le journal Al Akhbar note qu'au moment où la Commission chargée de son élaboration se réunit ce lundi pour poursuivre le débat sur l'article relatif de la résistance et sa nouvelle formule, le Liban officielle a tranché sur cette question devant la Ligue arabe après l'amendement du texte que le ministre libanais des Affaires étrangères avait amené de Beyrouth au Caire et dans lequel Israël n'était pas mentionné.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara