Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


MAP - publié le Mercredi 30 Octobre à 10:47

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine



Dakar - Les réactions suscitées par la Déclaration de Politique Générale et la crise de l'enseignement au Sénégal, les divisions au sein du parti démocratique populaire (PDP) au Nigéria, l'éventuel report des élections locales au Gabon, et le rejet de la demande de la liberté provisoire par la CPI de l'ex-président Laurent Gbagbo, forment l'essentiel des sujets développés par les journaux africains paraissant ce mercredi.



Au Sénégal, les quotidiens de la place continuent de s'intéresser à la situation politique sénégalaise et aux différentes réactions suscitées par la Déclaration de Politique Générale (DPG) faite par le Premier ministre, Aminata Touré, en début de semaine devant les membres de l'Assemblée Nationale.

Sous le titre "Mimi Touré cajolée par les libéraux: Compromis ou compromission?", +Le Rewmi Quotidien+ relève que les Libéraux ont caressé le Premier ministre dans le sens du poil.

De son côté, le + Sud Quotidien+ qui titre "Déjà deux pour Macky Sall", opère un retour dans l'histoire politique du Sénégal, en faisant un décompte du nombre des Premiers ministres qui ont siégé à la Primature. Dans ce sillage, il retient 6 chefs du gouvernement en 12 ans de pouvoir pour le Parti Démocratique Sénégalais (PDS), contre 5 pour le régime socialiste.

Sur un autre volet, la presse sénégalaise s'est focalisée sur la crise de l'enseignement et le bras de fer persistant entre les enseignants et le ministère de tutelle.

Dans ce cadre, le quotidien + Walfadjri+ se fait l'écho de l'exigence faite par les enseignants de l'Alliance pour la République (APR) (parti au pouvoir) pour le départ de Serigne Mbaye Thiam, ministre socialiste de l'Education, en titrant "Les enseignants de l'APR posent les jalons de la rupture". Selon ce quotidien, il est reproché à  Thiam "des errements dans la gestion de l'Education, ponctués, entre autres, par des faveurs accordées à des militants socialistes dans le recrutement d'enseignants.

Au Niger, les quatre otages français libérés mardi et la question de la confiance posée par le gouvernement, sont les principaux sujets commentés à la Une de la presse locale.

"Un ouf de soulagement pour la France et le Niger", écrit le quotidien +Le Sahel+ tout en notant que les quatre otages français enlevés à Arlit dans la région d'Agadez au Niger depuis le 16 septembre 2010 par Al-Qaïda au Maghreb Islamique, ont été enfin libérés.

Faisant savoir que les ministres français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, et de la Défense, Jean Yves Le Drian, qui séjournent à Niamey dans le cadre de ce dénouement heureux ont été reçus en audience hier par le président de la République, Issoufou Mahamadou, le journal relève que cette sortie brusque et impréparée du président de la République témoigne incontestablement son soulagement pour la libération de ces ressortissants français enlevés sur le territoire nigérien.

Le quotidien +L'Enquêteur+ souligne, pour sa part, que la question de confiance posée par le chef du gouvernement, Brigi Rafini, depuis une dizaine de jours, mais portée à la connaissance du public le lundi 28 octobre, peut entrainer, en cas de refus, la démission irrémédiable de son équipe.

L'acte, en apparence impulsé par le Premier ministre, ajoute la même source, serait, selon toute vraisemblance, inspiré par le chef de l'exécutif qui cherche légitimement à se rassurer sur la solidité de sa majorité parlementaire, suite à la défection de son grand allié, Hama Amadou, président en exercice de l'Assemblée nationale.

Au Nigéria, la presse continue à braquer ses projecteurs sur les divisions que connait le Parti Démocratique Populaire (PDP), au pouvoir.

Ainsi +Leadership+, +Daily Trust+ et +The Guardian+ indiquent que les informations faisant état de différends au sein du groupe des 7 gouverneurs dissidents du PDP, ayant créé le "Nouveau PDP", étaient infondées.

Citant le gouverneur de l'Etat du Niger (ouest du pays), Babangida Aliyu, (l'un des membres du G-7), ces journaux soulignent qu'il a catégoriquement démenti les informations selon lesquelles, il aurait quitté le "Nouveau PDP".

Au Gabon, la presse locale s'est focalisée essentiellement sur la possibilité du report des élections locales, initialement prévues Le 23 novembre prochain, ainsi que sur le sommet africain des TIC à Kigali, en présence du président de la république, Ali Bongo Ondimba.

Le ministère de l'intérieur n'ayant pu publier les listes électorales dans les délais impartis par la loi, soit au moins un mois avant le scrutin, les élections locales 2013, initialement programmées pour le 23 novembre prochain, s'acheminent vers un report inéluctable, souligne le quotidien +Gabon Matin+.

Ce cas de "force majeure", imputé aux délais supplémentaires pour l'enrôlement biométrique des électeurs, pourrait justifier une éventuelle décision de la Cour Constitutionnelle en ce sens, estime ce journal, faisant savoir que dans tous les cas un scrutin devrait se tenir avant la fin de l'année en cours.

Par ailleurs, le quotidien +L'Union+ indique que le chef d'Etat, Ali Bongo est plusieurs de ses homologues africains, qui participaient lundi et mardi à Kigali au sommet africain sur les technologies de l'information et de la communication (TIC), ont été unanimes à mettre l'accent sur la nécessité de faire de ce secteur une priorité en vue de permettre au Continent d'en tirer les meilleurs profits socio-économiques.

En Côte d'Ivoire, le rejet de la demande de liberté provisoire par la Cour Pénale internationale (CPI), de l'ex-Président Laurent Gbagbo, polarise l'attention de la presse locale, qui abonde à décortiquer la décision de la Chambre d'Appel de la Cour tout en épiloguant sur les prochaines "batailles juridiques" qui attendent l'hôte du quartier pénitencier de Scheveningen à la Haye.

Sous le titre "demande de mise en liberté provisoire, la CPI dit niet à Gbagbo", +Le Patriote+ soutient que l'on se dirige "vers la confirmation des charges et le procès de l'ex-dictateur", ajoutant que "sa vraie descente aux enfers a commencé".

Selon le journal, le refus de la liberté provisoire au "mentor de la Refondation" constitue "la grande victoire de Fatou Bensouda (Procureure de la CPI)" et un "ouf de soulagement pour les nombreuses victimes de l'ancien chef d'Etat ivoirien", car "leur bourreau ne respira pas la bouffée de l'air frais d'une liberté provisoire, ainsi en décidé hier (mardi) les juges de la Chambre d'Appel".

Abondant dans le même sens, +Le Nouveau Réveil+ pense que la CPI a brisé le rêve du Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo) et ajoute que "les victimes des exactions de la crise postélectorale sont soulagées".

Le journal fustige les préparatifs de l'accueil de l'ancien président comme ont laissé supposer les dirigeants du FPI, la veille de la tenue de l'audience de la CPI, qui croyaient dur comme fer que leur mentor a déjà fait ses valises et s'apprête à quitter sa cellule pour rejoindre les siens à Abidjan dans les jours à venir. "L'attente sera très longue (pour le FPI), on a attaché cabris, moutons et bœufs pour rien", note le journal.

Maintien de Gbagbo en détention, deux juges s'opposent", titre +Notre Voie+, qui présente les arguments des juges dissidents, alors que +Soir Info+, revient sur "les dessous du refus de la liberté à Gbagbo", tout en prévenant que "ce n'est pas fini".

Cour pénale internationale, Gbagbo reste en prison, les juges divisés" renchérit +l'Inter+, au moment où +Le Temps+ évoque pour sa part 'le sujet qui divise les juges de la CPI", et argue "les limites d'une comédie judiciaire" avant de signaler que "le Woody (garçon en langue bété, ethnie de M.Gbagbo) était serein pendant l'audience". "La Procureure Bensouda n'a toujours pas de preuves", ajoute le journal qui annonce que la Cour est attendue le 11 novembre .

En Ethiopie, La presse locale s'est focalisée sur la Conférence économique africaine 2013, l'exposition mondiale sur le développement Sud-Sud qu'abrite, Nairobi et le budget de l'ONU pour l'année 2014-2015.

Ainsi, +The Daily Monitor+ se fait l'écho de la déclaration du président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, à la Conférence économique africaine 2013, qui se tient du 28 au 30 courant à Johannesburg, appelant les chefs d'Etat et hommes d'affaires africains à faire plus que réaffirmer le dossier de l'intégration régionale afin d'assurer la croissance économique du Continent.

Ce quotidien rapporte également que le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a présenté lundi devant l'Assemblée Générale un projet de budget de l'organisation onusienne au titre de l'année 2014-2015, dont le montant s'élève à 5,562 milliards dollars.

Pour sa part, + The Ethiopian Herald+ s'intéresse à l'exposition mondiale sur le développement Sud-Sud qu'abrite la capitale kenyane, du 28 octobre au 1er novembre, à l'initiative du Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud.

Selon la publication, cette manifestation placée sous le thème "Bâtir des économies vertes inclusives", est le plus grand rendez-vous au monde pour les solutions de développement créées dans le Sud pour le Sud.

L'événement mettra l'accent sur les initiatives de l'économie verte qui ont amélioré le Produit intérieur brut (PIB) des pays pauvres, la quantité et la qualité des emplois dans différentes parties du monde, outre l'exploration du rôle que la coopération Sud-Sud jouera au-delà de 2015, indique le journal.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus