Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mardi 29 Octobre à 11:20

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine



Dakar - La déclaration de Politique Générale (DPG) lundi par le premier ministre sénégalais devant l'assemblée nationale, la recrudescence de la violence dans le nord-est du Nigéria, les consultations en cours autour de l'appel d'offre lancé au Gabon pour l'attribution de 43 blocs pétroliers, et les prochaines élections législatives au Mali, figurent au menu des quotidiens africains paraissant ce mardi.



Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine
aAu Sénégal, les quotidiens de la place ont réservé un large espace à la Déclaration de Politique Générale (DPG) faite par le premier ministre, Mme Aminata Touré devant l'Assemblée Nationale, et aux réactions que cette ''feuille de route'' du gouvernement sénégalais a suscitées.

Ainsi, le quotidien L'AS a titré "Mimi réussit avec brio son opération de séduction", faisant observer que l'opposition a qualifié cette DPG de ''discours réchauffé'' à l'Assemblée nationale. Selon Oumar Sarr, coordonnateur national du Parti Démocratique Sénégalais (PDS-opposition), cité par ce quotidien.

''Aminata Touré a surclassé tous les PM qui sont passés à l'Assemblée'', écrit, pour sa part, ''le Populaire''. Ce quotidien estime que Mme Touré a révolutionné la DPG avec un discours concis, chiffré et calibré dans le temps, tout en occultant la traque des biens mal acquis pour éviter la polémique.

Même son de cloche chez les quotidiens  Enquête et L'Observateur qui parlent de ''Mimi en chiffres'', avec ces ''8h du passage du premier ministre sénégalais à l'Assemblée Nationale''. L'Observateur y revient en détails, en citant un taux d'électrification en milieu rural qui va passer de 25 pc en 2012 à 60 pc en 2017, et de 28 milliards Fcfa qui seront mobilisés pour renforcer l'autonomisation des femmes, entre autres.

La Vérité du Jour parle d'un ''pari d'une vie meilleure pour les Sénégalais'', Direct- Info a, quant à lui, écrit : ''Mimi fixe le cap, un pari sur le social'', alors que le quotidien Walfadjri estime que Mme Touré a oublié son ''accélérateur et la traque des biens acquis qu'elle a débutée quand elle était ministre de la Justice''.

Au Nigéria, la presse met l'accent sur la recrudescence de la violence, à la suite des attaques meurtrières contre des soldats dans le nord-est du pays.

C'est ainsi que This Day, Leadership et The Nation rapportent qu'un hôpital de la ville de Damaturu, capitale de l'Etat de Yobe (nord-est), a reçu 35 cadavres en uniforme militaire après les attaques, attribuées au groupe armé Boko Haram, contre les forces de l'ordre.

Au Gabon, la participation du président de la République au sommet africain des TIC à Kigali, les consultations en cours pour l'attribution de 43 blocs pétroliers dans l'offshore profond et très profond et la célébration de la journée mondiale de la vue sont les principaux sujets développés par la presse locale.

Ali Bongo Ondimba est depuis hier à Kigali, capitale rwandaise, pour prendre part aux travaux du Sommet africain des technologies de l'information et de la communication (TIC), souligne le quotidien L'Union.

Sur le plan économique, la publication fait écho des consultations en cours autour de l'appel d'offres lancé par le ministère en charge du pétrole pour l'attribution de 43 blocs pétroliers dans l'offshore profond et très profond, soulignant que l'Etat cherche à diversifier ses partenaires dans le domaine de l'industrie pétrolière mondiale à associer à une meilleure mise en valeur des ressources naturelles du pays, en vue d'un partage équitable des revenus qui en seront issus.

Pour sa part, le quotidien Gabon Matin s'est intéressé à la célébration de la Journée mondiale de la vue, l'occasion, a-t-il relevé, pour des milliers des personnes en situation de vulnérabilité de se faire prendre en charge gratuitement, mais et surtout de sensibiliser à la priorité de la prévention pour la lutte contre les maladies oculaires.

En Ethiopie, la presse locale s'est focalisée sur la Conférence économique africaine 2013 qui se tient actuellement à Johannesburg et la réunion sur les changements climatiques et le développement en Afrique organisée, du 21 au 23 octobre courant, à Addis-Abeba.

Ainsi, The Daily Monitor consacre sa Une à la Conférence économique africaine 2013 qui se tient, du 28 au 30 octobre à Johannesburg, sous le thème "l'intégration régionale en Afrique". Selon ce quotidien, ce forum vise notamment à apporter des solutions fiables à même de renforcer l'intégration économique du continent et relever les défis auxquels l'Afrique fait face.

Pour sa part,  The Ethiopian Herald se fait l'écho de l'appel lancé par la Banque africaine de développement (BAD) lors de la conférence sur le climat pour une transition vers la croissance verte. Citant le vice-président de la BAD, Aly Abou-Sabaa, qui intervenait lors de l'ouverture de ce forum annuel, la publication relève que l'Afrique a besoin de changer sa trajectoire de développement afin de gagner le combat contre la pauvreté et le réchauffement climatique.

Le journal estime que l'Afrique a la possibilité de mettre à profit les progrès réalisés dans ce domaine plutôt que de tout réinventer, notant qu'afin de répondre aux défis auxquels il est confronté, le continent doit saisir cette opportunité pour utiliser les technologies rentables et efficaces déjà testées sur le terrain.

Au Niger, le quotidien Le Sahel, fait savoir que l'Assemblée nationale a rendu public hier la réception du document officiel du gouvernement qui souhaite, conformément aux dispositions de la Constitution, engager sa responsabilité devant le parlement, soulignant que le gouvernement veut poser la question de confiance devant l'Assemblée sur son programme de développement économique et social.

Il revient maintenant à l'Assemblée de déclencher la procédure qui débutera aujourd'hui à travers la tenue d'une conférence des présidents qui doit statuer sur cette requête et fixer la date de l'audition du premier ministre, Brigi Rafini, à l'Assemblée nationale. Et Le Sahel d'ajouter que le débat et la mise aux voix de la question de confiance doivent intervenir, au plus tard, le 7ème jour calendaire après le dépôt de la question à l'Assemblée.

Sur ce même sujet, le quotidien l'Enquêteur écrit que ''soit le gouvernement se rassurera, soit Brigi Rafini est entrain de vivre ses dernières heures à la tête du gouvernement''.

Au Mali, les journaux de la place continuent d'épiloguer sur les enjeux des prochaines élections législatives.

''Quelle configuration de l'Assemblée nationale nous annoncent les législatives de 2013?'', s'interroge L'Essor, qui affirme qu'un scénario inédit est peut-être en route, mais dont les principales tendances sont encore floues, notant que ce qui est à constater pour le moment, c'est que toutes les lignes de démarcation entre les partis politiques se sont estompées, au point que le mot ''adversaire'' doit être employé avec la plus grande précaution.

A l'origine de ce bouleversement, observe le journal, se trouve le trouble introduit dans bien des états-majors des partis politiques par le score exceptionnel réalisé par Ibrahim B. Keita à la présidentielle, relevant que la compétition entre les partis a perdu beaucoup de son acuité au cours de ces dernières années, l'attachement à l'étiquette s'est considérablement amoindri en deux décennies et les citoyens prêteront certainement plus attention à la crédibilité personnelle des candidats qu'au sigle que ceux-ci incarneront.

 Les Echos estime, pour sa part, que l'organisation prochaine des élections législatives se présente comme ''une patate chaude'' entre les mains du gouvernement, notant que les rencontres se multiplient sur les préparatifs du scrutin, notamment entre les le Premier ministre et les partis politiques mais le consensus ne semble pas se dégager, les uns et les autres regardant dans des directions opposées.

Pour Le Soir de Bamako, le constat qui ressort de ces candidatures validées par la Cour Constitutionnelle, c'est que la logique partisane n'est pas respectée, en ce sens que l'on retrouve des groupements de partis entre des formations de la mouvance présidentielle et celles se réclamant de l'opposition.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara