Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mardi 15 Septembre à 16:56

Réforme de l'éducation : 23 grands leviers pour l'émergence d'une école de la qualité, de l'équité, de l'épanouissement individuel et de la promotion sociale



Rabat - La vision stratégique de la réforme du système éducatif 2015-2030 repose sur 23 grands leviers devant favoriser l'émergence d'une l'école de la qualité, de l'équité, de l'épanouissement individuel et de la promotion sociale, a indiqué le président du Conseil Supérieur de l'Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFRS), M. Omar Azziman.



Omar Azziman
Omar Azziman
''Cette vision stratégique comporte 23 grands leviers de changement et de renouveau tendant à l'émergence de l'école de l'équité et de l'égalité des chances (8 leviers), de l'école de la qualité pour tous (7 leviers) et de l'école de l'épanouissement individuel et de la promotion sociale (6 leviers). Les deux autres leviers étant consacrés à la manière de conduire cette réforme", a expliqué M. Azziman qui était mardi l'invité du forum de la MAP autour du thème "Quelle stratégie pour une école de la qualité et de la performance pédagogique".

Le président du CSEFRS a relevé, à ce propos, que la réalisation de l'égalité des chances requiert, entre autres, de rendre l'enseignement préscolaire obligatoire, de l'intégrer dans le cycle de l'enseignement primaire et d'œuvrer à sa généralisation rapide, de faire bénéficier l'école en milieu rural, péri-urbain et dans les zones déficitaires d'une discrimination positive tendant à pallier les carences et les déficiences de ces milieux, de rendre effectif le droit d'accès à l'éducation et à la formation aux personnes handicapées ou dans des situations spécifiques, de renforcer la contribution du secteur privé à l'effort de généralisation équitable de l'enseignement.

Elle requiert aussi de doter les structures scolaires de l'encadrement et des équipements matériels et didactiques nécessaires à un enseignement de qualité, de renforcer les programmes de soutien scolaire et social au profit de ceux qui en ont besoin et enfin d'assurer l'assiduité des élèves et la durabilité de l'apprentissage et combattre toutes les formes d'abandon, de décrochage, de retard et de redoublement scolaires.

Quant à la réalisation de l'école de la qualité, a ajouté M. Azziman, elle passe par de nombreuses réformes dont la refondation des métiers de l'éducation et de la formation dans le sens de la reconsidération des conditions d'accès, la redéfinition des rôles et des missions et l'acquisition des compétences à même de garantir la qualité des apprentissages.

Elle passe également par la réforme du modèle pédagogique avec la révision des curricula, des programmes et des méthodes et l'adoption d'une nouvelle architecture linguistique, le renforcement du rôle de la formation professionnelle dans la promotion de l'emploi et du développement économique, le raffermissement de la place de l'Université en tant que locomotive de recherche, d'innovation et de développement. Il s'agit aussi d'instaurer des mécanismes d'orientation précoce dès le collégial, de mettre en place des cursus de formation professionnelle à l'instar du baccalauréat professionnel et de revoir les mécanismes d'accès et de sélection y afférents, a-t-il détaillé.

Pour ce qui est de l'école de l'épanouissement individuel et du progrès de la société, elle recommande à son tour d'actionner plusieurs leviers, notamment le renforcement de notre appartenance collective et de notre identité plurielle dans la diversité de ses composantes et de ses affluents et l'ancrage des valeurs civiques, religieuses et démocratiques en s'ouvrant sur les valeurs universelles, a encore dit M. Azziman.

L'adéquation des formations aux besoins de l'économie, à l'évolution des métiers, à l'émergence de nouveaux métiers, des métiers internationaux et des métiers du futur afin d'assurer aux lauréats les meilleures chances d'intégration dans la société, de contribution au développement et donc de réussite personnelle et professionnelle, est aussi un levier à mettre en oeuvre dans ce sens, a ajouté le président du CSEFRS.

"Parmi les autres leviers à actionner, figurent aussi l'intensification fonctionnelle des technologies de l'information et de la communication, le développement des corrélations entre la recherche, l'innovation et le développement et l'implication du secteur économique dans cette dynamique, qui avec d'autres facteurs, contribuent à hisser l'économie nationale au rang des économies émergentes et à faire entrer notre pays à l'ère de la société du savoir", a soutenu M. Azziman.

Le président du CSEFRS a par ailleurs indiqué que depuis la présentation de la Vision devant SM le Roi Mohammed VI, le 20 mai 2015, trois événements majeurs se sont produits.

Le moment le plus fort reste, incontestablement, le discours royal à l'occasion de la fête du trône qui revient sur l'urgence d'une réforme en profondeur de ce secteur vital, qui consacre la vision stratégique du Conseil dans ses choix, ses orientations et ses finalités , qui tranche les questions controversées concernant notamment la place des langues étrangères vis-à-vis de l'identité nationale, et les préjugés relatifs à la formation professionnelle, qui considère que la mise en œuvre de la réforme passe par l'appropriation de la vision, loin de tout parti pris idéologique ou partisan, la mobilisation de tous pour sa mise en œuvre et l'adoption d'une loi-cadre à même d'inscrire les principes de la réforme dans la longue durée, a expliqué Azziman.

L'autre événement majeur, a-t-il ajouté, est la réactivité du gouvernement et notamment les départements en charge de l'éducation nationale et de la formation professionnelle et du département de l'enseignement supérieur qui se sont mis à travailler sur les premières étapes de la mise en œuvre de la vision stratégique et sur la déclinaison des recommandations du Conseil en plans d'action et programmes opérationnels.

Le troisième événement, quant à lui, remonte au vendredi 11 septembre avec la réunion du comité d'orientation de la coopération entre les départements en charge de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique et le Conseil Supérieur de l'Education de la Formation et de la Recherche Scientifique, où il a été décidé d'organiser ensemble des rencontres régionales en novembre prochain pour présenter les premiers plans de mise en œuvre de la vision tels qu'établis par les ministères concernés.

Cette initiative qui s'inscrit dans le cadre de la démarche participative pratiquée par le Conseil vise à informer, à sensibiliser mais aussi à préparer la mobilisation indispensable à la réussite de la réforme, a-t-il expliqué.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara