Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Abdelkarim Chankou - publié le Jeudi 31 Mars à 10:36

Réforme constitutionnelle et 20 Février : Le train ne sifflera pas deux fois




Même si l’agenda royal se caractérise par une certaine intemporalité, le discours du 9 Mars où le Souverain a annoncé la réforme de l’actuelle Constitution qui n’a que 15 ans d’âge ne peut totalement se soustraire des évènements qui ont secoué et qui secouent encore des pays arabes voisins ou amis depuis le milieu du mois de décembre dernier. Ne serait-ce que parce que la feuille de route faisant office de cadre à la future réforme pour ne pas dire refonte annoncée par Mohammed VI peut servir de modèle aux pays arabes de la région comme l’a si bien souligné Hillary Clinton, la cheffesse de la diplomatie américaine. C’est dire le niveau des attentes internationales quant à la prochaine Loi fondamentale du Royaume.



Abdelkarim Chankou
Abdelkarim Chankou
Mais qui dit « attentes internationales » dit d’abord « attentes nationales ». Cela va de soi. Et pour cause ! L’ensemble de l’establishment politique marocain classique y compris les partis récemment crées a rejoint la mêlée pour faire ces propositions à la commission chargée par le Roi de mettre sur pied un projet constitutionnel qui sera ensuite soumis à l’appréciation du peuple par voix référendaire, probablement au cours de l’automne prochain.

D’après quelques bribes d’informations qui ont filtré des réunions marathons entre les partis et les associations se réclamant de la société civile comme « Alternatives » d’une part et ladite commission ad-hoc de l’autre, les représentants de ces derniers et ces dernières ont décidé de jouer le jeu et de faire des propositions allant sans le sens d’une constitution proche des standards internationaux en matière de démocratie universelle. Même si les débatteurs butent tous sur le fameux Article 19 (voir ci-dessous). En résumé, les partis islamistes come le PJD ne veulent pas que les prérogatives spirituelles du Roi soient écornées car la légitimité de ces partis est basée sur la religion et non la gestion de la chose publique si bien qu’ils se savent totalement insolubles dans une éventuelle « solution » laïque. Alors que des partis d’obédience marxiste bloquent en plus de ces prérogatives cultuelles sur la vraie signification de l’expression « frontières authentiques ». En clair ils ne veulent pas entendre parler d’un « grand Maroc » recouvrant ses terres spoliées. Ce qui n’est pas étonnant quand on sait que la parti de Annahj Addimocrati (Voix démocratique) dont la presse bénéficie de l’aide de l’Etat ne cache même plus ses sympathies pour le Polisario.

Je dis bien associations se « réclamant de la société civile ». Car la vraie société civile ou « majorité silencieuse » pour utiliser une précédente appellation, celle révélée au grand jour par les manifestations spontanées de la mouvance du Mouvement du 20 Février, constituée de jeunes sans aucune appartenance politique ni idéologique (hormis quelques cas infiltrés par les barbus ou les marxistes léninistes), est pour le moment tenue à l’écart des débats et ne sera vraisemblablement consultée que lors du référendum. Ce qui serait une erreur grave. D’autant que parmi ces jeunes des voix déçues et non des moindes se font déjà entendre.

Le train de l’histoire ne sifflera pas deux fois. A bon entendeur…

ARTICLE19 :

Le Roi, Amir Al Mouminine. Représentant Suprême de la Nation, Symbole de son unité, Garant de la pérennité et de la continuité de l'Etat, veille au respect de l'Islam et de la Constitution. Il est le protecteur des droits et libertés des citoyens, groupes sociaux et collectivités.

Il garantit l'indépendance de la Nation et l'intégrité territoriale du Royaume dans ses frontières authentiques.



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».