Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Jeudi 26 Mai à 10:33

Record d'affluence à Mawazine : plus de 250.000 spectateurs pour le concert de Alamri-Hajib-Stati, 180.000 pour le show de Hardwell



Rabat - La sixième journée du Festival Mawazine Rythmes du monde a été marquée mercredi soir par un record d’affluence sur la scène de Salé dédiée à la chanson marocaine, où les trois stars de la chanson chaâbi Hajib, Alamri et Abdelaziz Stati, se sont produits devant plus de 250.000 spectateurs, alors que le DJ de renommée mondiale Hardwell a réuni plus de 180.000 personnes sur la scène de l’OLM-Souissi à Rabat, selon les organisateurs.



Avec le record réalisé à Salé (250.000 personnes), le chaabi marocain a été résolument à l’honneur de cette 15ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde, à la faveur de cette soirée animée avec brio par Hajib, Alamri et Abdelaziz Stati. 

Le premier, fan inconditionnel de Fatna Bent Lhoucine, a rendu un vibrant hommage à la musique aïta. El Marsaouia, El Haouzia, El Mallalia… chacun de ces styles musicaux a été sublimé par Hajib comme lui seul sait le faire, notamment au travers de cette touche de modernité qui caractérise si bien ses morceaux. Danse, chant et ambiance bon enfant se sont donc emparés de la scène de Salé pour une soirée riche en émotions puisque Stati, véritable symbole de la fête et de la joie, a lui aussi foulé les mêmes planches ce mercredi 25 mai. Sa kamanja à bout de bras, c’est en chœur avec un public enjoué qu’il a repris ses plus fameux titres. 

Le très charismatique Alamri a aussi été au rendez-vous de cette soirée avec une musique festive et entraînante dont les Marocains sont particulièrement friands. 

Sur la scène OLM-Souissi, c’est un Hardwell fidèle à sa réputation qui a offert au public un show de folie. 

Son énergie, diablement communicative, a plongé le public de l’OLM Souissi dans une ambiance des plus underground. Celui qui a été sacré "Meilleur DJ au monde" par le très sérieux DJ Mag n’a concédé aucun répit aux spectateurs, jonglant avec aisance entre ses plus grands hits : Dareyou, Run Wild, Spaceman, Don’t stop the Madness, Never Say Goodbye… des titres aux noms évocateurs qui ont laissé une trace indélébile dans les annales du plus grand festival du Royaume.

Venu tout droit du Liban, Assi El Hallani a quant à lui fait vibrer la scène Nahda. C’est devant 80.000 personnes que le "chevalier de la musique arabe" a merveilleusement interprété les titres les plus emblématiques du patrimoine musical jabali, dont il est un fervent défenseur. Valsant entre textes profonds et musiques entraînantes, sa voix envoûtante a su conquérir une audience hétéroclite, mêlant fans inconditionnels et néophytes avides de nouvelles sensations musicales.

Le majestueux Théâtre National Mohammed V a quant à lui résonné au son de la voix singulière de la sublime Comorienne Imany. Tantôt sur fond de musique entraînante, tantôt accompagnée à la guitare, ce sont ses plus beaux titres qu’elle a interprétés avec beaucoup de poésie. Don’t be soshy, You will never know…, ses morceaux, aussi variés qu’intenses, sont une ode à cette culture africaine qu’elle s’évertue à promouvoir et dont elle est fière. Une musique intemporelle et des textes profonds auxquels le public a eu du mal à se défaire. 

Au Chellah, c’est un Antonio Castrignanò au meilleur de sa forme qui a fait découvrir ou redécouvrir la tarentelle au public rbati. Accompagné de son tambourin, c’est ce savant mélange de rythmes du monde reconnaissable entre mille qu’il a généreusement servi à un public littéralement sous le charme. "La musique adoucit les mœurs", un adage qui n’a jamais autant collé à la peau d’un artiste. 

Enfin, c’est un véritable voyage à travers le temps qu’a offert Faiz Ali Faiz. Un concert haut en couleurs, à l’instar de tous les shows qui ont fait de Bouregreg une scène incontournable du festival.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 15ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du monde (20-28 mai), invite au partage et à la convivialité entre les cultures en réunissant des artistes venus des 4 coins du monde, dont des stars mondiales et des grands noms de la musique arabe, mais aussi des figures du répertoire marocain et des jeunes talents de la scène nationale.

Créé en 2001, le festival Mawazine Rythmes du Monde est le rendez-vous incontournable des amateurs et passionnés de musique au Maroc. Avec plus de 2 millions de festivaliers pour chacune de ses dernières éditions, il est considéré comme le deuxième plus grand événement culturel au monde.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara