Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Larbi Amine - Lemag - publié le Mardi 29 Octobre à 12:01

Rapport Tannock : Le Maroc évolue, l’Algérie et le Polisario régressent




Lemag : Le parlement européen qui a adopté après profonds amendements, mardi 22 octobre, le rapport sur la situation des droits de l'Homme dans la région du Sahel, présenté par l'eurodéputé britannique Charles Tannock, a reconnu ouvertement la transformation confirmée du Maroc vers la démocratie et en même temps a constaté les sombres abysses que sont, l’Algérie et le Polisario.



Plénière du parlement européen - PH Archive
Plénière du parlement européen - PH Archive
L’Algérie qui a investi gros, en moyens financiers, pour acheter une condamnation du Maroc, par l’Europe à l’occasion de ce rapport, qui était dans sa formule première, déséquilibré, s’est vue, après les amendements apportés à ce rapport par les eurodéputés, encombrée par sa dure réalité de pays défaillant, en perpétuelle régression généralisée.

Entre un Maroc qui évolue politiquement, humainement, économiquement et culturellement et une Algérie et un Polisario qui ne fonctionnent qu’en mode régression et répression, le parlement européen a dressé ces constats et souligner les vérités.

Le Maroc qui évolue

Dans le rapport Tannock, il a été souligné :

- L'engagement du Maroc en matière de consolidation des droits de l'Homme.

- La signature et la ratification par le Maroc de plusieurs traités internationaux relatifs aux droits de l'Homme, notamment la convention internationale des Nations Unies pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Convention des Nations Unies contre la torture, la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes et la Déclaration des Nations Unies sur la protection des défenseurs des droits de l'homme.

- Les invitations marocaines aux délégations internationales ad hoc, y compris les différentes procédures spéciales et notamment le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture.

- Les conclusions des Nations Unies sur les droits culturels au Maroc qui observent avec satisfaction les dispositions relatives au respect des droits culturels qui ont été incluses dans la nouvelle constitution marocaine et saluent la mise en place d'une chaîne de télévision sahraouie.

- Le travail efficace du Conseil National des Droits de l'Homme (CNDH) et les efforts, reconnus par les Nations Unies, déployés pour améliorer la documentation des allégations de violations des droits de l'homme au Sahara, en particulier par l'intermédiaire du CNDH, qui dispose de bureaux à Laâyoune et Dakhla.

- L'accueil positif réservé par le gouvernement marocain aux recommandations du CNDH et l'adoption, par le Maroc, en 2012 de trois des cinq recommandations du Conseil de Sécurité des Nations unies sur la situation des droits de l'Homme au Sahara.

- Le rôle de chef de file que le Maroc joue en Afrique et dans la région du Sahel dans les domaines de la lutte contre le terrorisme et pour la promotion de la coopération pour le développement.

Le Parlement européen, en conclusion a salué les avancées du Maroc et son engagement en faveur de la poursuite de ses réformes démocratiques, et a ainsi exprimé sa volonté à intensifier ses relations avec le royaume dans le cadre du Statut avancé.

L’Algérie et le Polisario qui régressent :

En face de ce Maroc se démocratisant, l’Algérie et le Polisario, des abysses dictatoriales déshumanisées, où les graves atteintes des droits de l’homme, sont réalités quotidiennes.

Ainsi, le parlement européen s’est alarmée via le rapport Tannock, de la dure vie imposée inhumainement aux sahraouis des camps du Polisario, par ce dernier et par l’Algérie.

Le rapport a énuméré les graves conditions dans lesquelles gisent les détenus des camps, auxquels sont interdits tous les droits, de libre circulation, de libre expression ou de libre choix.

Le rapport a noté et condamné :

- Le manque d'informations claires concernant le nombre précis des habitants des camps de Tindouf, et il a exigé du Polisario et de l'Algérie de cesser leurs menaces de carnage à chaque fois qu’un recensement régulier internationalement mené, est demandé.

- La pauvreté et le manque de services de base dans les camps de Tindouf, surtout en ce qui concerne la nutrition, les soins de santé et l'accès à l'eau potable.

- La pauvreté dans les camps de Tindouf, associée à une absence de perspectives à long terme pour bon nombre de sahraouis, qui rendent ces derniers, faciles proies, des groupes terroristes algériens, qui terrorisent la région toute entière et y sèment, au profit d’obscures bénéficiaires, la déstabilisation.

- Le danger lié au recrutement facilité des jeunes sahraouis dans les réseaux algériens criminels et  terroristes et qui profitant de la perméabilité douteuse des frontières, ont embrasé le nord du Mali.

- L’enlèvement de trois travailleurs humanitaires européens dans le camp de Rabouni en octobre 2011.
 
Le rapport Tannock a en fin ordonné à l’Algérie d'assumer ses responsabilités pour améliorer la situation des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf, et a appelé à accorder aux observateurs indépendants des droits de l'homme, un accès libre, régulier et illimité, aux camps et à enquêter rigoureusement sur chaque fait rapporté.

               Partager Partager


Commentaires