Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Dr Ben Kirat - publié le Dimanche 15 Juillet à 22:37

Ramid et le PJD piétinent sur la moralité face au défit économique et social.






Ramid et le PJD piétinent sur la moralité face au défit économique et social.
“Nous n'acceptons pas la dépénalisation des relations sexuelles consentantes hors mariage, pour les personnes majeures, du fait qu'il s'agit de débauche qui attente aux principes de l'ordre public marocain, dont la religion constitue l'un des fondements.” Ramid dans Aufait

Si débauche il y a, ca n'empêche que les rues des villes du Maroc et des marocaines en Europe grouillent du 'Business' sexuel [pour ne pas citer le cas des bonnes marocaines en Arabie Saoudite et au MO en général, (voir reportages de la presse marocaine)].

Les marocains et les marocaines ne sont pas moins responsables que le reste du monde, ni sur le point des mœurs, ni sur leur responsabilité sexuelle. Si Kardaoui et Zemzemi autorisent la masturbation et l'usage d'outils fétiche soit en plastic ou plus naturel comme les carottes, les relations sexuelles en dehors du mariage doivent être aussi permises, sinon on aurait plus de pédophilie, de prostitution et de viol avec des mariages forcés, que Ramid avec son silence sur le sujet sanctionne, parait-il. Voilà la débauche d'un ministère et d'un gouvernement incapable de gérer l'économie, l’emploi des jeunes ou procéder à une vrai reforme de justice dans le pays, en particulier la révision du code pénal 490 et ses retombés sur les jeunes victimes de viol, mais ne cesse de se replier sur des sujets vains et d’une moralité démodée et sans logique et en même temps s’adonner sans relâche à l’introduction de censures des libertés individuelles ou de la presse. Voilà que l’Association marocaine des droits de l’Homme demande l’abrogation de l’article 490 qui prohibe et punit les relations sexuelles hors mariage, ou voir encore le cas que Sanaa el Aji nous rapporte: «… en plus de la chronique de Larhzioui et son interview télévisée, ont tous heurté ceux qui ont peur de voir le corps de la femme échapper à leur emprise, plus qu’ils ne sont dérangés par un manquement aux règles de l’islam.»

Ou encore la franchise que Khadija Ryadi, la présidente de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) qui n’hésite pas de nous rappeler de la réalité qui existe sur le sol marocain: «Nous savons tous les relations sexuelles en dehors du mariage sont courantes au Maroc. Le fait que tout cela soit caché favorise les abus et les atteintes aux libertés individuelles».

Le courage et le défis de ses marocaines ne s’arrêtent pas là, ou faut-il ajouter l’adaptation marocaine de la célèbre pièce théâtrale Monologue du vagin, écrite par l’Américaine Eve Ensler en 1996. Ces défenseurs de la liberté sexuelle, pour la plus part des laïcs ou des humains tout court, qui sont le porte-parole de toute la classe libre du Maroc et demande de plus en plus l’abrogation de l’article 490 du code pénal et de rendre justice à la société marocaine et aux victimes de ses viols perpétrés par ses hommes qui se cachent derrière le voile d’un islam à leur façon.

Ni le sexe hors mariage ni le fétichisme ne transforment les marocains à la débauche, sauf chez ceux qui pensent de cette manière et se sentent la débauche en eux-mêmes et y resteront dans la débauche. L’acte sexuelle est le plus naturel de la vie, car les animaux ne demandent pas au Cadi, ni à Ramid un acte de mariage pour avoir ‘une relation sexuelle’. Ramid doit retourner au Msid ou à l’Ecole coranique pour enseigner son ‘catéchisme’ et non diriger un ministère, et non n’importe quel ministère, mais celui de la Justice. SM avait bien raison d’avoir eu ses doutes sur cet individu d’occuper un poste si important dans le Royaume Chérifien du Maroc.

Ramid, n’arrive pas à distinguer entre le consentement des adultes et leurs libertés, d’une part, et la prostitution et ses vices de l’autre. La prostitution doit être gérée, surement, et c’est un problème de mœurs et de société dans les pays musulmans que chrétiens et d’autres. C’est un sujet tellement compliqué qui divise l’opinion publique, académique et religieuse. Ce n’est pas une réserve unique à Ramid avec une vision des œillères.

Au diable avec l'hypocrisie des autres et chacun est responsable devant Dieu, et seulement devant Dieu, de ses actes et non du Fkih du Douar, que Ramid représente avec les petits dictats de son clan.

Voir:
http://www.moroccoboard.com/component/search/?searchword=dr%20h%20ben%20kirat&searchphrase=all&Itemid=58
http://www.moroccoboard.com/viewpoint/122-dr-hussein-ben-kirat-/5619-morocco-fatwas-soothsayers-and-quacks-
http://www.lonelyplanet.com/travelblogs/235/150745/Moroccan+Justice+Minister+Makes+his+First+Gaffe?destId=355506
http://riadzany.blogspot.com.es/2012/03/moroccan-justice-minister-makes-his.html
http://www.moroccoboard.com/viewpoint/64-author/997-the-moroccan-islamist-party-ostrich-strategy


Tagué : Ben Kirat

               Partager Partager


Commentaires