Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Abdellatif Chamsdine - publié le Samedi 5 Juillet à 11:57

Ramadan 1435 : Leçons Hassanies ou « Causeries religieuses » ?






Larousse précise qu’une « causerie » est un « discours familier, sans prétention ». C’est une parlotte, c’est-à-dire une parole oiseuse, insignifiante. « Causerie » renvoie également à l’un des poèmes de Baudelaire qui ouvrent les Fleurs du Mal. Le poète y exprime dans un registre élégiaque sa tristesse et sa souffrance à cause de la femme aimée. Ainsi,

« Causerie » connote, au mieux un état d’âme poétique, au pire, la légèreté, la vacuité du propos, son inutilité.

Nous restons étonné de voir que, depuis si longtemps, on continue d’appeler « causerie » un événement religieux éminemment spirituel et didactique de très haute facture, et en présence de SM le Roi, Amir Almouminine (Commandeur des Croyants).

Il est sans doute temps de repenser cette traduction inconvenante et péjorative qui ramène la spiritualité et la solennité de l’évènement au niveau d’une parlotte.

« Leçons Hassanies » est, de notre point de vue, la traduction la plus pertinente.

Le terme « Leçons » préserve le sens originel en arabe « Addourouss », c’est-à-dire l’apport d’un savoir nouveau. L’auditoire de ces « Leçons », de haut niveau international, est composé des hauts gradés de l’armée, d’intellectuels, de corps diplomatiques et de personnalités politiques éminentes. Le discours de la « Leçon », au sens propre du terme, est prononcé en ouverture par le ministre des Habous¹. Après lui d’autres personnalités expertes, femmes et hommes de toutes nationalités, prennent la parole pendant les jours suivants. Le thème est religieux. Le locuteur s’appuie sur un verset coranique pour mener une savante réflexion didactique à portée morale locale et universelle, ayant prise sur l’actualité. Tout au long du mois béni, la spiritualité, à partir du Livre sacré, Le Coran, est mise à l’honneur. Les Leçons Hassanies sont diffusées sur les chaînes nationales, et on peut les revoir sur le site du Ministère.

Ainsi, pour citer des exemples proches de nous, la « Leçon Hassanie » d’ouverture de Ramadan 1434 (juillet 2013) a porté sur le thème suivant : « Le sentiment patriotique chez les Marocains à travers l’histoire ». Cette Leçon inaugurale conduite par le ministre des Habous, Ahmed Ataoufiq, prend magistralement en compte les mutations du monde et rappelle à la société marocaine son identité historique autour de la Monarchie.

Le jeudi 5 Ramadan 1435 (03/07/2014) le ministre a prononcé le discours de la « Leçon » inaugurale sous le thème :
« La préservation des rites ancestraux et la religion, et ses moyens dans le Royaume marocain ». Là encore, le contexte immédiat impose une telle thématique. La montée du mondialisme, du terrorisme et de l’extrémisme religieux dans les régions du Sahel et du Moyen Orient, nécessitent une reprise en main de la destinée de la patrie pour la protéger d’un environnement menaçant, agressif et dangereux.

Ces deux exemples de « Leçons Hassanies » récents suffisent à démontrer très concrètement que nous sommes extrêmement loin de la légèreté de la « causerie ».

Les « Leçons Hassanies » sont une exclusivité marocaine. Elles sont uniques dans le monde arabo-musulman.
La première Leçon Hassanie date de 1963, en même temps que l’élection du 1er parlement marocain. C’est SM Feu Hassan II, roi visionnaire hors pair, qui a instauré ces « Leçons » pendant le mois béni de Ramadan, pour préserver la patrie de la montée de forces gauchisantes et laïcardes qui menaçaient l’unité de la société marocaine et son patrimoine culturel et cultuel. Il a ainsi fait inscrire dans la Constitution l’Islam en tant que religion d’État et le Roi Commandeur des Croyants.

Aujourd’hui, SM Mohamed VI n’est pas moins hors pair et visionnaire que son illustre père. Face à l’exacerbation des extrémismes religieux, politiques, ethniques et laïcards qui secouent le monde et agitent périodiquement le peuple marocain, le Souverain chérifien, tout en perpétuant la tradition des « Leçons Hassanies », vient de signer un Dahir royal² interdisant aux préposés religieux (Imams) de pratiquer la politique. La mosquée est le lieu de la spiritualité, le parlement le lieu du débat politique.

Cette nouvelle initiative royale instituant la séparation des pouvoirs religieux et politique est une forte contribution en faveur de la paix et la stabilité au Maroc, dans un environnement régional et mondial incertain.

Le Club des Explorateurs (The explores club) vient de discerner, ce mercredi 2 juillet 2014, la plus haute distinction à SM le Roi. Le Souverain a surclassé Angela Merkel, deuxième sur le podium, et Barack Obama, bon troisième. Le premier qui a eu droit à un tel honneur est le président des États-Unis Théodore Roosevelt. C’est une fierté pour le peuple marocain. C’est une reconnaissance internationale des efforts du Maroc et de son premier serviteur, SM le Roi Mohamed VI, pour la consolidation de l’État de droit.
Le Maroc est un État multiséculaire, moderne, émancipé et adulte. En matière des droits de l’homme, de tolérance, du vivre-ensemble, et de contribution au développement des sciences, il n’a pas de leçon à recevoir. Il en a plutôt à donner. C’est ce qu’il fait au moins depuis 1963, particulièrement à travers les « Leçons Hassanies » du mois béni de Ramadan. « Leçons » au sens propre comme au figuré. Rien à voir avec la « causerie ».


¹ Site du Ministère des Habous
² Bulletin officiel du 1er juillet 2014.


Abdellatif Chamsdine
Diplômé de 3ème cycle Université Paris7 Jussieu
Chroniqueur-Enseignent engagé dans la réflexion et la recherche sur l’Éducation et la Diaspora marocaine.
Président Fondateur de l’AFM2R (Association Franco-Marocaine des 2 Rives) : afm2r.france@bbox.fr



               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles