Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Kamal Znidar - publié le Vendredi 1 Novembre à 20:46

Racisme et montée de l'islamophobie en Europe






Le racisme est un système d'idéologies individuelles ou collectives selon lesquelles il existe des races dans l'espèce humaine et une hiérarchie entre elles. Les individus sont réduits à un ensemble de critères identitaires considérés comme spécifiques et sur lesquels il est porté des jugements de valeur : inférieurs, nuisibles, etc. Ces idéologies servent à légitimer des doctrines politiques racistes qui recherchent la colonisation du monde, la favorisation et la domination de leur race, considérée comme pure et supérieure, sur les autres ethnies raciales.

L'idée d'une inégalité originelle et permanente entre les différentes races humaines est incontestablement l'une des croyances les plus anciennes et les plus universelles qu'a connu le monde depuis le début de l'histoire humaine. Cette pensée, qui stipule qu'un groupe ethnique est une communauté éminente par rapport au reste, vise à établir une véritable hiérarchie entre les différents groupes raciaux pour sacraliser et favoriser une lignée humaine considérée comme « race supérieure », légitimer la xénophobie des autres masses considérées comme « races inférieures » et la privation de leurs droits, et justifier la colonisation et l'asservissement des autres nations dont on souhaite annexer les territoires et exploiter leurs peuples.

Ce concept de race et des inégalités raciales a entraîné très vite l'apparition du communautarisme et du racisme partout au monde. Déjà à l'époque antique, les anciens Grecs et Romains considéraient les autres peuples comme des « barbares », prohibaient toute union avec eux, et légitimaient leur colonisation et leur esclavage. Plus tard au 15ème siècle, l'expansion des Européens se soldait par un renforcement des attitudes xénophobes, racistes, colonialistes, et des génocides dans le nouveau monde.

En 1853, Gobineau a publié son « Essai sur l'inégalité des races humaines ». A l'aide d'arguments n'ayant rien de scientifique, il prétendait que toutes les bonnes qualités et les idéaux humains ont été réunis chez d'anciens habitants de la Perse : les Ariens ou Aryens. Cette théorie a été reprise par les Européens qui assimilaient ces Aryens à tous les blancs d'Europe autres que les Juifs et les Slaves. Ces fantasmes ont entraîné la colonisation de l'autre contrée du monde, l'extermination d'une grande partie de la population des autres ethnies et l'esclavage du reste.

A partir de la seconde moitié du 19ème siècle, les superpuissances européennes étendaient leur domination sur le reste du monde. Sûr de la supériorité de sa culture et de sa race ethnique, l'Europe se lançait une nouvelle fois dans les conquêtes coloniales et les crimes contre l'humanité sous-couvert d'apporter la civilisation au reste des races humaines estimées « inférieures ». Dès les années 1880, la chasse aux colonies s'accélérait. Les dirigeants politiques se convertissaient à des guerriers qui visaient le monopole des sources de la puissance : richesses naturelles et humaines ; et les humanistes et les religieux, convaincus de leur supériorité et de leur mission civilisatrice, se transformaient à des terroristes qui miraient l'universalisation forcée de leurs idéaux et de leur foi chrétienne.

Pour manipuler le monde et légitimer leur politique colonialiste dans les territoires qu'ils estimaient « arriérés », ces ethnocentristes Européens avançaient qu'ils apportaient les bienfaits de leur civilisation aux autres peuples. Ils alléguaient qu'ils vont mettre fin aux guerres locales, sauver les attardés de la pauvreté et l'obscurantisme, développer l'infrastructure, ouvrir des écoles et des hôpitaux, et réaliser autant de progrès socioéconomiques.

Quand on observe aujourd'hui la situation actuelle des colonisations d'hier, on se rend compte que les slogans publicitaires de la politique colonialiste européenne n'étaient que des opiums pour trahir le monde et favoriser la politique expansionniste des seigneurs européens. Ces peuples ont vécu hier une histoire sanglante de l'impérialisme européenne, et aujourd'hui ils continuent à vivre dans la pauvreté, l'obscurantisme, les crises socioéconomiques, et subissent la terreur et l'humiliation pratiquées par la masse dirigeante mise au pouvoir par les colonialistes européens et soutenue financièrement et militairement par l'union européenne et la maison blanche pour maintenir leur règne et favoriser leur politique extérieure et leurs intérêts impérialistes.

Aujourd'hui en Europe, une grande partie de ceux qui ont quitté les anciennes colonisations pour partir vivre dans le continent européen subsiste grâce à la solidarité sociale, habite des logements nauséabonds, et vit dans des conditions horribles. Le revenu familial de cette gente stigmatisée par des étiquettes ségrégationnistes tel que : sales arabes, racailles, bougnouls, etc., est excessivement inférieur à la moyenne nationale de leurs pays européens. Les meilleurs emplois sont réservés aux autochtones européens, tandis que les travaux subalternes reviennent aux allochtones. Ces étrangers sont considérés par les ethnocentristes de l'Europe comme un péril pour la culture, l'identité et les valeurs européennes. Ils sont regardés comme une menace pour l'ordre public et la sécurité des aborigènes européens qui doit subir un ethnocide à travers une guerre idéologique et médiatique qui vise la destruction de leurs cultures (Guerre contre l'Islam et le communisme à titre d’exemple), voire un génocide pour exterminer leurs races (Interventions militaires en Afghanistan, Irak, etc.).

Deux poids, deux mesures. A la moindre erreur, les gouvernements européens et leurs médias n'hésitent pas à dénoncer haineusement les « racailles de banlieue » en les traitant des fois par les « nazis de banlieue », et en parallèle, ils dénient l'égalité des citoyens en fermant les yeux face au racisme ancré dans la mentalité d'une partie des journalistes et des Hommes de la politique… Sans parler de l'exploitation prostitutionnelle sauvage, la violence sexuelle et les actes racistes violents que subissent les allochtones dans ces pays des droits de l'Homme.


Tagué : Kamal Znidar

               Partager Partager


Commentaires