Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz



K.B. - publié le Vendredi 2 Novembre à 08:32

Rabat 'ibère' sa rage




Tout ce vacarme diplomatico-judiciaire ibérique à cause de la juteuse moisson faite par Paris dans le cadre de la première visite d'Etat au Maroc du président français Nicolas Sarkozy du 22 au 24 octobre dernier, laquelle visite s'est couronnée, malgré le lancement par le Juge Patrick Ramaël d'un mandat d'arrêt contre deux généraux et 3 anciens barbouzes marocains, par la signature d'une rafale de contrats d'une valeur totale de 3 milliards d'euros dont certains conclus de gré à gré, ce qui a mis en colère Madrid* qui en a visiblement marre de se contenter de miettes.



Madrid est mécontent de Rabat et tient à le faire savoir. Depuis la visite historique du Premier ministre espagnol socialiste José Lui Zapatero Rodriguez au Maroc juste au lendemain de la victoire de son parti aux élections législatives de mars 2004, les relations entre Rabat et Madrid n'ont pas cessé de s'améliorer.

Visite d'Etat exceptionnelle du roi Juan Carlos au Maroc en janvier 2005 précédé peu de temps avant par l'octroi du conseil du ministre espagnol de prestigieuses distinctions à plusieurs proches collaborateurs du roi Mohammed VI dont les généraux Hosni Benslimane et Hamidou Laanigri qui ont reçu chacun la médaille de la grand-croix de l'ordre d'Isabelle la Catholique, l'équivalent du Wissam Al Mohammadi qui est l'une des plus hautes distinctions du royaume chérifien.

Lais la lune de miel entre les deux royaumes voisins s'est vite rembrunie pour virer carrément à l'éclipse totale.

En moins d'une semaine, celle courante, le juge Baltasar Garzon déclare recevable une plainte d'une association polisarienne qui accuse quelque 31 hauts responsables marocains d'exaction et de crimes contre l'humanité au Sahara entre 1976 et 1987 dont l'actuel patron de la gendarmerie royale, le général de corps d'armée Hosni Benslimane.

Et le roi Juan Carlos annonce une visite en début de la semaine prochaine dans les présides de Ceuta et Melilla ! Une annonce violemment réprouvée par le gouvernement marocain par la voix de son chef, fraîchement installée, Abbas El Fassi. Sans oublier la condamnation à plus de 40.000 ans de prison, ferme des Marocains accusés d'avoir participé aux attentats du 11 mars 2004 à Madrid.

Tout ce vacarme diplomatico-judiciaire ibérique à cause de la juteuse moisson faite par Paris dans le cadre de la première visite d'Etat au Maroc du président français Nicolas Sarkozy du 22 au 24 octobre dernier, laquelle visite s'est couronnée, malgré le lancement par le Juge Patrick Ramaël d'un mandat d'arrêt contre deux généraux et 3 anciens barbouzes marocains, par la signature d'une rafale de contrats d'une valeur totale de 3 milliards d'euros dont certains conclus de gré à gré, ce qui a mis en colère Madrid* qui en a visiblement marre de se contenter de miettes.

(*) Bientôt le tour de Bonn, de Amsterdam, de Bruxelles et de Rome, de suivre l'exemple de la diplomatie politico-judiciaire


Tagué : madrid, maroc, paris, rabat, rage

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles