Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Jaafar Hanafi - publié le Vendredi 29 Mai à 10:21

Qui suis-je?






Quand le cœur déploie ses amours…, et mon pays ses valeurs…

C’est juste une devinette.

On dit que mon grand père était un illettré, têtu comme tout, il disait noir même si c’était blanc, qu’il avait trois femmes qu’il traitait comme des esclaves, qu’il avait une horde d’enfants livrés à eux-mêmes, une multitude de terres livrées à elles mêmes, qu’il passait son temps à hurler pour faire valoir son autorité… même si pendant tout ce temps il ne faisait rien…
On dit que ma grande mère était illettrée et un peu plus, qu’elle subissait sans plus, qu’elle donnait à manger à ses enfants de petites bricoles auxquelles elle n’arrivait pas à donner le moindre goût, qu’elle laissait ses enfants livrés à eux mêmes… les affaires domestiques livrées à elles mêmes.

On dit que mon père était petit clochard qui sillonnait Melilla en guise de quelques bières et quelques « tapas » quand il avait des sous, qu’il rentrait tard à la maison pour hurler et faire valoir son autorité avant de se coucher… qu’il se réveillait tard pour hurler un peu plus pour faire valoir son autorité avant de vaquer à ses occupations…, celui qui n’avait point d’occupation que marmonner à longueur de journée, qu’il avait une horde d’enfants livrés à eux-mêmes, une multitude de terres livrées à elles mêmes…

On dit que ma mère était de celles qui subissaient sans plus comme ma grande mère, … on dit qu’elle était tout simplement comme ma grande mère…

On dit que mon oncle était un trafiquant qui sillonnait l’Europe en quête de petites ou grandes fortunes…, qu’un autre oncle était parlementaire illettré qui sillonnait les partis politiques en quête de richesses… qu’un autre oncle était de ceux qui faisaient de la politique en quête de la prison…

On dit et on n’arrête pas de dire, alors qui suis-je ?

On dit que le Rif est cette terre égarée quelque part qui ne produit que pentes abruptes et incultivables, idéaux bornés et révolutionnaires, trafiquants de drogue et trafiquants tous confondus…,
On dit que le Rif est cette terre qui ne donne que des maux de tête à ceux qui ne lui veulent que du bien…
On dit tout cela et on n’arrête pas de dire alors qui suis-je ?
Je suis un enfant du Rif tout simplement…, mais le Rif, le vrai …
Je suis un enfant marocain tout simplement…, mais le Maroc, le vrai.
Mon grand père était cette grande stature dont les rides du visage sont chargées d’histoire et de sagesse… Celui qui à participé à une bataille rude contre l’occupant et remodelé toutes ces pentes abruptes en terrasses pleines de vie… Mon grand père est celui qui a remanié la rudesse de la terre en grande noblesse… Mon grand père est celui qui a su empreindre la personnalité rifaine et marocaine d’une grande dignité et qui a inculqué cette dignité à ses enfants… Mon grand père est celui qui disait toujours noir même si c’était blanc par ce qu’il avait une vision prospective et pleine d’espoir. Il savait qu’au lever du jour le noir deviendrait blanc.

Ma grande mère est celle qui a maintenu une culture ancestrale intacte au bout de ses doigts…, des doigts qui ont pétri une pate à base de blé pour confectionner un pain inégalé… des doigts qui ont préparé durant des lustres un couscous aux courges arrosé d’un lait d’une blancheur immaculée et dont le goût est aussi inégalé… Des doigts qui ont esquissé sur un Bendir de très belles mélodies qui portent en elles toute l’histoire du Rif et de notre pays et qui elles aussi sont inégalées…

Ma grande mère est cette stature bien portante que même mon grand père bute sur sa grande notoriété…
Mon père est celui qui a hérité de son père beaucoup de sueur, pour continuer par arroser avec, cette grande terre pour mon bien et le bien de mes frères et sœurs… Mon père est celui qui a sillonné le grand bleu méditerranéen pour nous émerveiller avec la meilleure sardine du monde. Mon père est celui qui a sillonné toute la terre du Rif pour nous nourrir avec une pomme de terre dorée, des raisins à faire rougir de honte ceux venus d’ailleurs, un melon fleurant merveilleusement notre pays… Mon père est celui qui nous a construit une belle maison sur une pente abrupte, avec du bêton, des briques et beaucoup de sueur…

Ma mère est celle qui a su négocier un virage très serré et qui bute droit sur la modernité… Elle a négocié ce virage sans perdre la moindre valeur de notre culture… Ma mère est celle qui nous prépare un couscous aux courges arrosé d’un lait d’une blancheur immaculée et dont le goût est inégalé. Ma mère est celle qui nous prépare un flan en dessert qui viens d’ailleurs et dont le goût est aussi est inégalé. Ma mère est celle qui a agrémenté notre culture avec des touches de modernité pour mon bien et le bien de mes frères et sœurs…
Ma mère est celle qui a hérité de ma grande mère dignité, notoriété, notre culture et beaucoup de sueur…

Mes oncles sont ceux qui ont immigré en Allemagne, en Hollande ou en Belgique, pour faire du Rif et de notre pays, ce qu’il est aujourd’hui : de très belles maisons, de grands immeubles, une grande dignité et beaucoup d’espoir…

Alors qui suis-je ?
Je suis un enfant du Rif tout simplement…, mais le Rif, le vrai …
Je suis un enfant marocain tout simplement, mais le Maroc, le vrai.
Je n’emprunterais jamais ces barques qui transportent des immigrés clandestinement à El Ejido, parce que ma mère et mon père m’ont appris qu’en travaillant, mon pays est plus reconnaissant que toutes les serres d’El Ejido…
Je ne succomberais jamais à cette poudre qui vient du Nord, ou ces comprimés qui viennent de l’Est, parce que ma mère et mon père m’ont appris qu’en gardant la tête sur les épaules et les pieds sur terre…, la richesse de mon pays est plus reconnaissante que les meilleures drogues du Monde…

Je n’emprunterai jamais ces chemins minés par ces idéologues pervers, pour combattre je ne sais qui et je ne sais quoi, parce que mon père et ma mère m’ont appris qu’aimer et à accepter l’autre tel qu’il est, c’est l’arme la plus redoutable contre la folie humaine. C’est toute la grandeur de mon pays et la noblesse de son histoire.
Je ne regarderai jamais ces chaines de télévision qui nous crachent dessus et à longueur de journée sang, feu et haine, mon père et ma mère m’ont appris à savourer les belles couleurs dont regorge mon pays, à respirer l’air empreint de liberté, à rester marocain ni moins ni plus…

Je resterai dans le sillage de mon grand père et de mon père pendant les vacances scolaires pour les voire travailler dur comme fer sur le rivage et dans les champs…, je ferai autant en classe…
Je suis ce petit enfant qui, avec sa mère et son père, applaudit de tout cœur et avec toute la sincérité du Monde au passage du cortège royal, par ce que personne ne m’oblige à le faire.
Je suis cet enfant qui continuera par écrire sur le sable doré du littoral rifain et sur la jolie parure verdoyante du massif Rifain la très belle histoire du Rif et de notre pays.
Je suis cet enfant qui continuera par écrire sur le sable doré de notre Sahara et sur la jolie parure verdoyante du moyen Atlas, du grand Atlas…, des plaines du Haouz…, la très belle histoire de notre pays.

Je suis un enfant du Rif tout simplement…, mais le Rif, le vrai…
Je suis un enfant marocain tout simplement…, mais le Maroc, le vrai.
Je suis un grand potentiel pour mon pays le Maroc…
Je suis le Rif que beaucoup ne connaissent pas…
Je suis le Maroc nouveau…


Tagué : Jaafar Hanafi

               Partager Partager