Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Courrier international - publié le Mercredi 9 Septembre à 08:49

Qui est Abdelaziz El-Omari, le nouveau maire de Casablanca ?



Directeur général du Parti de la justice et du développement, homme de confiance du Premier ministre Abdelilah Benkirane, Abdelaziz El-Omari vient d’être nommé à la tête de la mairie de Casablanca.



“Qui aurait cru que Abdelaziz El-Omari serait le futur maire de la ville de Casablanca ?” demande Aujourd’hui Le Maroc.  Tandis que TelQuel le classe parmi “les principaux gagnants du dernier scrutin électoral”.

En effet, les élections régionales et communales qui ont eu lieu le 4 septembre ont donné une large victoire aux candidats du Parti de la justice et du développement (PJD). Ainsi le PJD arrive en tête dans les conseils régionaux et il est notamment premier dans cinq des douze régions du pays, dont celles de Casablanca, de Rabat et de Fès. Et s’il arrive en troisième position au niveau des communes, le parti islamiste est passé de 1 513 conseillers municipaux en 2009 à 5 021 lors de ce scrutin, soit un bond d’environ 232 %, souligne TelQuel.

Et à Casablanca, il dispose de la majorité absolue avec 74 sièges sur un total de 147. Une majorité qui a permis au PJD au pouvoir de désigner Abdelaziz El-Omari comme maire de la ville. Ce dernier occupe depuis mai 2015 le poste de ministre chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile.

Père de quatre enfants, qualifié par des membres de son parti d’“intègre et [de] pragmatique”, Abdelaziz El-Omari “a rapidement gravi les échelons du parti. Il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur d’Etat en électronique de l’école Mohammedia (1994), d’une licence en droit public (2010) et d’un master en gouvernance locale (2014) de la faculté de froit de Mohammedia”, relate Aujourd’hui Le Maroc, qui signale qu’Abdelaziz El-Omari venait à peine de déménager de Casablanca à Rabat pour mieux assumer sa mission de ministre.

“Ainsi cet homme de confiance d’Abdelilah Benkirane va être obligé de revenir s’installer dans la grande métropole où il est appelé à imposer un nouveau style de gestion pour régler les divers problèmes du ressort de la mairie : les bidonvilles, les marchands ambulants, la gouvernance, la communication avec les Bidaouis [les habitants de Casablanca, en référence au réseau ferroviaire desservant la ville]…”

Source

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara