Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Dr Ben Kirat - publié le Lundi 8 Juillet à 14:31

Quelques indices de la démocratie marocaine sous le gouvernement Ben Kirane






Quelques indices de la démocratie marocaine sous le gouvernement Ben Kirane
La corruption n’a pas changé car elle a introduit d’autres preneurs qui étaient exclus dans les régimes précédents, c’est au tour des Islamistes descendants du bled de former leur classe moyenne, comme l’ont fait avant eux les Istiqlalien, le PAM, le MP, l’USFP, le RNI et d’autres de moindre importance. Mais, le ministre de l’éducation a bien incriminé les lycéens, ces futurs faiseurs de troubles, et d’introduire la police en classe pour contrôler les fraudes. Chapeaux! Mais, et les autres crimes et vrais criminels et corrompus du Maroc, qu’est-ce que vous avez fait?

Tu parles, tout va bien au Maroc, nous sommes maintenant tous à égalité, tous les partis politiques jouent leur part.
Vous voulez dire prennent leur parts?
Mmm, je n’ai pas dit ça, oh! Salaud tu veux me faire dire des choses que je ne comprends pas?
Moi aussi je ne comprends pas, seulement je registre ce qu’on me raconte dans ma Halkﻗa ou Joutia. (BK)

Le RAMED, autre chose que je ne comprends pas, mais il ne faut même pas en parler car tout le système est à revoir: il n’est pas praticable et encore moins équitable et reste flou dans son organisation et dans son application. Plusieurs cas de négligence grave ont été signalés y inclus des décès et au moins une immolation. Voilà quelques chiffres dont je ne comprends rien: Le RAMED, pour 8,5 millions de bénéficiaires, déclaration du 18 Décembre 2012, et voilà le dernier résultat annoncé par Hussein Ouardi: «4,56 millions de personnes ont été inscrites au Régime d'assistance médicale (RAMED) depuis son entrée en vigueur le 13 mars 2012 et jusqu'au 1er juin 2013, dont 1,5 million détiennent le récépissé, tandis que 1,7 millions de cartes sont prêtes, a indiqué lundi le ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi», ça veut dire que personne n’a accès au service et sont dans le limbe entre inscription et cartes prêtes mais non délivrées, oui? Est-ce qu’il faut payer du Zakat ou corrompre l’employé, ce qui a poussé un citoyen au moins à s’immoler, pour la recevoir, mais impossible de trouver cette carte magique qui change de tiroir et nécessite une contrepartie pour sortir de la magie des quarante ‘sages’, ‘Sésame, ouvre-toi’, ou encore le désordre, «Mettant le doigt sur certains dysfonctionnements que connait le RAMED, le ministre a souligné l'existence de 70.000 porteurs de la carte de ce régime qui bénéficient, en même temps, de la couverture médicale obligatoire, une donne qui ralentit l'octroi de ces cartes, selon lui.» N’est-ce pas ici le problème majeur du système qui devait être uniforme sans distinction aucune entre les citoyens et leur fonction, un système de santé unique pour tous et avec une carte médicale pour tous les marocains sans distinction aucune. Ceux qui veulent prendre le privé ça serait leur affaire et non celle de la citoyenneté ou de l’État, car ils doivent contribuer au système national qu’ils veulent en bénéficier du système ou non, car au cas d’accident grave de circulation et d’autres, on se dirige vers l’hôpital le plus proche et non, nécessairement vers des cliniques privés.

Quant aux programmes de la télévision marocaine, elle se limite à répéter les mêmes informations pour ne rien dire et pendant 24 heures pour passer des messages dépourvus de sens et que les marocains n’arrivent même pas à comprendre, parce qu’ils sont vides de toute information lucide, mais de généralités et des flous sans détails ni clarté. Pourquoi gaspiller tant d’argent pour multiplier des chaines qui répètent la même propagande tout le long de la journée et une bonne partie de la nuit, au lieu de diversifier, car convertir la 6 en une chaîne internationale en langue Anglaise et el Maghrébia en une chaîne en langue Française et une autre en Espagnole, car toutes ces langues font partie de l’héritage marocain et feront bien l’affaire et avancer plus les intérêts du Maroc que le fait la 6 à présent. Peut-être faut-il convertir la 2M encore en programme pour les idiots des feuilletons Turcs et d’Amérique Latine et même Marocains comme ‘Nass el Hحawma’ ou ‘Ras Lamhحayane’ et d’autres, enfin ce n’est qu’une suggestion, il faut avoir de l’humour comme même pour plaire à Ben Karane et sauvegarder l’identité marocaine et son dialectal et sa perfection artistique de doublement odieux. Le projet d’une télévision régionale reste à avoir le jour, car cette initiative pourrait contribuer au développement de la région, au moins ses habitants pourraient entendre un autre appel de prière au niveau local plutôt que l’agacement d’interrompre les programmes, déjà très médiocres, pour écouter l’appel qui ne concerne que Rabat et sa région, voilà une démocratie dictatoriale, car sans ses appels le Maroc deviendra moins musulman qu’il l’est maintenant.

Mais vous oubliez qu’il y a des programmes marocains à la télévision, qui sont refuge et asile des fous! Est-ce ça la société marocaine? Il faut revoir ces programmes d’urgence, car on se demande s’il y a des gens normaux au Maroc ou seulement des fourbes et des idiots comme des feuilletons les présentes au quotidien à la TV marocaine? Mais, répliqueront les autres, comme ça nous n’avons pas à engager des acteurs chers pour d’autres productions que les marocains ne peuvent pas comprendre, ils ont besoin du regard de soi. Ah oui, maintenant je comprends, les marocains sont mentalement retardés. Pire encore, mon ami me raconte, - ils comprennent mieux ce doublement des films turcs et étrangers avec les mêmes voix et le même langage sans sens, avec des histoires banales et sans fond, c’est facile à retenir. Est-ce vraiment par ces exemples que le Maroc va avancer? Mais films turcs, quel culture cinématographique le Maroc est entrain de soutenir? Quelle technique de doublage le cinéma marocain est en train de développer? Le même dialogue avec les mêmes voix sans sensibilités ni émotions. Ça plaît peut-être à Monsieur Ben Karane et son ministre de la culture ou à la direction de la communication, me dit-on: je vous assure qu’ils comprennent très bien ce dialectal vulgaire de leur tribu et qui convient au sens de leurs humours et commérages, sinon de bonnes affaires pour assurer les contrats avec nos amis corrompus de l’AKP, nous voulons être comme eux, suivre leur modèle, n’est-ce pas ce qu’a annoncé Ben Karane tout au début de son mandat?

La démocratie ça veut dire aussi avoir ce paysan, soi-disant ‘ingénieur en mécanique?’ Mais incapable de pratiquer son métier et préfère prêcher au Msid sédentaire de ses aïeuls avec son rosaire qu’il continue de porter sur lui quand il reçoit les leaders politiques étrangers douteux pour les exorciser au siège du gouvernement. Heureusement que Makarios n’est plus au pouvoir pour faire face à un rosaire plus long et une croix plus lourde autour de son cou, comme la tâche qu’il occupait, et tout ce que fait Ben Karane est de prier dieu de le délivrer de Satan et de le reconduire sur le bon chemin, car il ne sait quoi faire ou dire, sauf réciter le rosaire ‘al Hamdulillah, Allahu Akbar 33 fois et continuer ad infinitum, espérant un miracle tombant du ciel pour résoudre le problème croissant de l’économie du Maroc et ce depuis son arrivée au pouvoir. Ben Karane connait bien sa Soura, car la mécanique de nos jour le dépasse, donc il ne lui reste que le Jama’ع ou Msid et par ses limites ne mérite même pas une Mosquée/Masjid, et il est temps de plier bagages vers la campagne là où il appartient.

La démocratie marocaine encore c’est l’échec de Ban Karane d’organiser et les élections et la régionalisation, et comme l’échec de Morsi, et tous les domaines sont concernés, sociaux, économiques et politiques, et en particulier le ministère de l’éducation avec une réussite de 37,91% au Bac en première session de 2013 au Maroc. Pertes de ressources et négligences d’éduquer les jeunes marocains qui sont la base du futur du pays, et de créer un système qui réponde aux exigences d’apprentissage des élèves. Le système ne marche pas et c’est la faute du gouvernement et il revient à eux de se réunir avec les enseignants et de revoir les raisons de ces défaillances et de promouvoir le recyclage des professeurs moins performants et du népotisme de ses décideurs placés au ministère sans expériences pédagogiques. Il faut une réussite avoisinant les 100%. Pour dévier l’opinion publique de l’échec total de la promesse de Ben Karane de s’attaquer à la corruption au Maroc, il envoie la police aux classes de Lycées du Royaume pour intimider les adolescents, au lieu de laisser la tâche aux surveillants des établissements, pratique internationale. Il n’est pas de la juridiction de la police, car celle-là a un rôle en dehors des établissements scolaires et non dans les affaires internes de l’éducation. La triche est sanctionnée par l’échec d’office et n’a pas de criminalité dans le monde scolaire. La criminalité est une chose et la surveillance et l’intimidation pendant les examens est tout à fait une autre chose, un souci et de l’angoisse en plus pour les jeunes, tandis que rien ou presque rien ne se fait pour combattre la criminalité de la drogue qui se pratique au quotidien dans les enceintes externes des établissements scolaires et la corruption administrative endémique partout au Maroc. Il faut s’attaquer à la cible faible et facile! Voilà à quoi se résume le mandat de Ben Karane.

Annexe A

Extrait d’une lettre déjà envoyée à la RTM le 9 mars 2002.

77 Aldrich Road
Summertown
Oxford OX2 7SU
Oxford, le 19 mars 2002.

Prose démodée vide d’information

Radio-Télévision Marocaine (RTM)
1 Chaine
Téléjournal
Rabat
Maroc

Messieurs,

C’est avec beaucoup d’hésitations que je trouve, enfin, l’occasion de partager avec vous ma préoccupation et celle de plusieurs marocains résidents à l’étranger de voir chaque fois la répétition intégrale des messages royaux envoyés aux chefs d’Etat (et reçus). Ceci, comme vous le savez, n’est qu’une formalité diplomatique, qui s’échange entre chefs d’Etat, même les moins considérés. Donc ce n’est pas parce que le Maroc a un rôle plus important que les autres ou qu’il jouit d’un privilège particulier. C’est une perte de temps de nous faire part du contenu du message. Les noms des personnes impliquées feront l’affaire, si vous y insistez.

La répétition de lecture du même message, d’une prose démodée sinon archaïque, à plusieurs chefs d’Etat n’impressionne personne, car ceux qui savent lire n’ont pas besoin d’apprendre le style diplomatique répétitif, rédigé par les spécialistes de l’écriture et de la communication, et vide de contenu pour les téléspectateurs, et ceux qui ne savent pas lire ne vont pas comprendre cette charabia diplomatique, et en plus ne s’intéressent guère aux affaires étrangères quand ils ont besoin du travail, de l’éducation, de la sécurité sociale et d’un service de santé adéquat.

Prière d’arrêter de nous accabler de cette information inutile et mettre vos journalistes dans l’embarras de lire, de façon mécanique, des textes vides de sens et qu’on essaye de faire passer pour de la poésie ou de la prose parfaite du scribe Babylonien ou de l’écrivain public qui se félicite de son style qu’il se répète depuis plusieurs années et ne s’arrête de s’étonner de la merveille de sa création.

Ceci est loin de toute transparence ou de ce que vous appelez au Maroc “démocratie”; c’est loin de tout ça et la loi votée en ce mois de Mars 2002 en témoigne.

Déjà l’information que vous nous donnez est médiocre, essayez de trouver, au moins, le courage de nous informer des événements qui se passent dans d’autres régions, villes et villages du Maroc, à part votre concentration sur l’axe Rabat-Casa-Marrakech. [Le programme régional, même inadéquat, a disparu de l’écran]. Le Maroc est plus vaste que ça; il va de Tanger à Lagouira sur l’Atlantique, et de Saïdia à Glayb el Yadkhi, c’est à dire de la Méditerranée à la Mauritanie, à l’est du pays. Pourquoi ne pas faire des rappels aux sujets de projets qui traînent et ceux qui ont bien dépassés la date d’échéance, par exemple l’autoroute Sidi el Yamani-Tanger, Settat-Marrakech?

Quant à l’hypocrisie de l’appel à la prière en interrompant les programmes, de temps en temps et quand ça vous arrange, pour annoncer une des prières, mais ces appels à la prière ne concernent que Rabat-Salé, et pourquoi arrêter les programmes pour faire plaisir à ces deux villes seulement, au détriment de tous les téléspectateurs au Maroc et à l’Etranger? Pourquoi ne pas interrompre les programmes tout le long de la journée pour annoncer les prières dans toutes les villes du Maroc et d’Europe? C’est ridicule, non? Alors finissons-en. Les gens qui veulent prier savent bien les horaires et les muezzins des mosquées ont cette tâche-là avec leurs haut-parleurs dans chaque coin de quartiers des villes, villages et bourgs. Les téléspectateurs n’ont pas besoin de la télévision pour les rappeler. Or, c’est la même hypocrisie qui domine.

Si vraiment, vous avez l’audace de parler de démocratie et de transparence et aussi bien du professionnalisme du journaliste, parlons-en alors d’information réelle au peuple marocain et au reste du monde.

Quant aux rencontres des partis politiques (je ne dirais pas Congrès car ça serait un abus de cette expression) par les chefs de tribus que représentent les 16 régions du Maroc, on se trouve avec plus de chefs de tribus que de régions, donc de chef de partis politiques au Maroc, petits chefs et grands chefs, peut-être petits caïds et grands caïds de l’ère coloniale (comme dirait peut-être M. Bhiri), dépourvus de tout programme politique. Malgré la capacité et l’intégrité de certains, leur rassemblement ne traite que de leur organisation interne, c’est-à-dire la course au pouvoir et aux différents postes au sein du parti, au cas d’échec de l’un comme de l’autre, on se précipite vers la création d’un autre parti, c’est tout ce qui manque au Maroc, un autre parti. Mais où est l’intérêt du citoyen? Comment gérer le Maroc et assainir son économie? En fin de compte, quel intérêt avons-nous d’écouter ou de regarder ces petits meeting de quelques petits partis crépuscules dont les leaders se prennent avec des grands airs d’éclairés, mais au fait, ils sont incapables d’initier la moindre démarche politique pour avancer la société qu’ils prétendent représenter ou espèrent représenter? Quel est leur apport et qu’est-ce qu’ils présentent comme alternatif par rapport aux autres partis? Quelles solutions vont-ils présenter pour résoudre la question du chômage, de la santé, et de l’éducation nationale etc…? Nous parler de l’unité territoriale du Maroc, ça tout marocain le sait et c’est le devoir de tous et de chacun (c.-à-d. de tous les Marocains là où ils se trouvent dans le Monde) donc, assez de cette démagogie politique et retournons au “Pain nu” dont nous sommes tous à la recherche.

Voilà certains débats que devrait exposer vos programmes et vos journalistes, et non pas présenter certains reportages inouïs et livrés dans un langage dépassé par les événements de l’histoire. Qu’on le veuille ou non, le satellite étranger, non seulement européen mais aussi Arabe, a transformé l’opinion marocaine. Alors soyez au rendez-vous avec l’actualité ou vous allez disparaître, personne ne branchera ni sur la Première chaîne ni sur la Deuxième s’il n’y aurait une réforme fondamentale, à commencer par l’objectivité, la critique et s’éloigner le plus possible du clientélisme de toute nature.

Ceci-dit, je dois mes respects, entre autres, à M. Bhiri, Sakina Boucherie, Zoubida Fethi, Saïd Jdidi, Fatima Baroudi qui, tour à tour, surprennent les téléspectateurs de leurs talents et font de leurs émissions un succès. Bonne continuation!

Salutations distinguées


Dr. Ben Kirat
NB depuis l’envoi de cette article bien des choses ont changé, mais certaines, jamais.


Tagué : Ben Kirat

               Partager Partager