Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



MAP - Imad Honsali - publié le Mercredi 4 Novembre à 15:00

Quarante ans après la Marche Verte, le bilan des réalisations en matière de développement des provinces du sud est considérable






Paris - Quarante ans après la Marche Verte, le bilan des réalisations en matière de développement des provinces du sud est considérable, a affirmé le Directeur général de l'Observatoire d'études géopolitiques de Paris, Charles Saint-Prot.
Quarante ans après la Marche Verte, le bilan des réalisations en matière de développement des provinces du sud est considérable
"Le Maroc a accompli des efforts gigantesques pour mettre ces provinces délaissées lors de l'occupation espagnole au niveau du reste du pays", a souligné l'universitaire français dans une déclaration à la MAP, notant qu'il s'agit d'efforts financiers, technologiques, éducatifs, sanitaires et administratifs. 

"D'un désert où il n'y avait aucune infrastructure, où les maigres populations étaient laissées à l'abandon, où les soins de santé et l'éducation étaient inexistants, les efforts marocains ont permis de développer des territoires désormais dotés de routes, d'aéroports, de ports, de villes, de services de santé, d'écoles, d'usines de dessalement d'eau, de réseaux électriques", a-t-il fait observer, rappelant que les ressources nouvelles ont été mises en valeur dont les ressources halieutiques, les énergies renouvelables et le tourisme. 

"Il est notable que les choix ont été faits dans une logique de développement durable", a encore dit M. Saint-Prot pour qui le développement économique des provinces du Sud est une réalité qui a été possible grâce à la volonté politique de la monarchie et à la mobilisation de tout le peuple marocain. 

L'objectif a été de combler les retards, comme cela s'est fait dans d'autres régions du Royaume (par exemple, le Nord et l'Oriental), pour que chacun puisse participer à la marche en avant du Maroc, a affirmé l'expert français, faisant remarquer que "ce développement, dû aux sacrifices consentis, a été une grande cause nationale pour montrer au monde que le Maroc était chez lui et qu'il construisait sérieusement son avenir dans toutes ses régions". 

"Ce qu'a fait le Maroc personne d'autre ne l'aurait fait, personne n'aurait consenti les mêmes efforts parce qu'il fallait véritablement une volonté et un enthousiasme national", a indiqué M. Saint-Prot. 

Il a aussi affirmé que dans un monde arabe en crise, menacé par les séparatismes et les divisions, la réussite de la réunification du Maroc dans le cadre d'un grand projet national de renouveau et de développement global est l'un des rares motifs d'espoir. "C'est pourquoi, le conflit artificiel entretenu par l'Algérie, qui depuis 1975 tente de créer un mouvement séparatiste fantoche (le polisario) au Sahara marocain, est particulièrement blâmable", a-t-il expliqué. 

Pour M. Saint-Prot, "il est temps que la communauté internationale apporte tout son soutien au Maroc, qui propose une solution réaliste et crédible, et invite clairement l'Algérie à mettre un terme à un conflit artificiel qui est un facteur de déstabilisation supplémentaire dans une région sahélo-saharienne où l'on déplore la montée en puissance des groupes extrémistes et terroristes". 

"Or, il est notoire que les groupes terroristes sévissant dans la région sahélo-saharienne, AQMI et autre MUJAO, ont avec le Polisario des relations d'autant moins surprenantes que tous ont la même matrice algérienne", a-t-il conclu.

               Partager Partager