Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz



MAP - publié le Mardi 17 Novembre à 17:48

Provinces du Sud: appel au renforcement des infrastructures pour assurer le rayonnement du paysage culturel






Guelmim- Les acteurs culturels dans les Provinces du sud du Royaume, en particulier dans la région Guelmim-Oued Noun, appellent de leurs vœux au renforcement des infrastructures culturelles et artistiques pour la revalorisation du patrimoine culturel et des compétences créatrices locales.
Tout en saluant les efforts déployés dans ce sens depuis la récupération de ces provinces, ces acteurs culturels insistent sur la nécessité de soutenir la création culturelle et artistique à travers la construction de théâtres, de musées, de salles d'exposition et de cinéma, comme condition sine qua non pour donner une forte impulsion au secteur culturel dans la région et permettre aux créateurs et hommes de culture de disposer d'espaces pour l'exercice de leur passion.

Dans des déclarations à la MAP, plusieurs acteurs ont relevé que la création d'une dynamique culturelle et artistique dans les provinces du sud requiert l'élaboration d'une approche claire prenant en considération les spécificités socioculturelles de la région et ses besoins en infrastructures, tout en associant l'ensemble des acteurs impliqués dans la chose culturelle.

Bouzid Laghla, chercheur en culture populaire, souligne dans ce sens que l'élaboration d'une politique culturelle globale implique la mise sur pied d un plan précis par un "conseil national de la culture", et qui sera concrétisé par des acteurs locaux et régionaux de façon à respecter le principe de la diversité culturelle.

Il a mis l'accent sur l'importance d'une bonne gouvernance et de la transparence dans le soutien aux projets culturels au niveau régional, concernant aussi bien le théâtre, le cinéma que le livre, tout en cessant de considérer le patrimoine local matériel et immatériel comme un folklore, selon ce chercheur. 

De con côté, le chercheur en culture hassanie, Taleb Bouya Laatiq, a fait remarquer que le manque de soutien aux hommes de culture dans les provinces du sud pour vulgariser et publier leurs écrits et thèses sur l'histoire du Sahara marocain constitue le point faible des efforts de promotion de la culture dans cette région, ajoutant que la publication des études et recherches continue de se faire à un rythme lent dans les provinces du sud en dépit de l'importance de ces écrits pour la préservation de la mémoire des régions du Sahara. 

Pour sa part, Ibrahim Haissane, chercheur dans le patrimoine littéraire et esthétique sahraoui, fait le même constat et insiste sur le rôle important dévolu aux institutions et à la société civile dans la valorisation et la préservation du patrimoine culturel hassani, à travers d'abord la réalisation d'un diagnostic de la situation culturelle actuelle et des besoins de la région, l'échange d'expériences avec les acteurs culturels marocains et étrangers, l'organisation d'ateliers et d'activités permettant aux jeunes de montrer leurs compétences.

Il a également mis en relief l'importance de l'édification de musées ethnographiques et archéologiques pour exposer les différentes œuvres et productions du citoyen hassani, ainsi que de la mise à niveau de l'élément humain à travers notamment des bourses d'études et des facilités pour l'organisation d'expositions dans d'autres régions du Royaume.

               Partager Partager