Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



MAP - publié le Mardi 10 Novembre à 17:27

Provinces du Sud : Le taux brut de scolarisation des enfants âgés de 6 à 22 ans passe à 81,8 pc en 2014






Rabat - Le taux brut de scolarisation des enfants âgés de 6 à 22 ans, tous niveaux confondus, dans les provinces du Sud est passé de 67,4 pc en 2004 à 81,8 pc en 2014 contre respectivement 56,1 pc et 74,9 pc à l'échelle nationale, selon le Haut-commissariat au plan (HCP).
Provinces du Sud : Le taux brut de scolarisation des enfants âgés de 6 à 22 ans passe à 81,8 pc en 2014
Cette évolution dépasse ainsi les performances réalisées, dans ce domaine, par des régions aussi avancées dans ce domaine que celle de Casablanca-Settat avec 79,3 pc ou de Rabat-Salé-Kénitra avec 78,8 pc, précise le HCP dans un note intitulée : "40 ans après la Marche Verte : croissance économique et développement humain dans les régions du sud du Maroc".

Par ailleurs, le nombre moyen d'années d'études de la population âgée de 25 ans et plus a été de 3,4 années en 2004 et de 4,6 années en 2014, dépassant ainsi à cette date la moyenne nationale de 4,4, relève la note. 

Concernant la proportion, dans cette même tranche d'âge, des personnes ayant au moins un niveau scolaire équivalent ou supérieur à l'enseignement collégial, elle est ainsi passée de 23,8 pc en 2004 à 33,3 pc en 2014 contre respectivement 23 pc et 30,4 pc au niveau national. 

Quant à l'espérance de vie scolaire, elle a évolué de 11,4 années en 2004 à 13,5 années en 2014, dépassant le niveau de 12 années observé, à l'échelle nationale, ou encore ceux de 12,7 ou de 12,5 années relevés respectivement dans la région de Casablanca-Settat et celle de Rabat-Salé-Kénitra.

Concernant le chômage, les taux enregistrés par les 2 recensements de 2004 et 2014 se maintiennent autour de 24 pc touchant particulièrement, comme au niveau national, la catégorie des jeunes et des détenteurs de diplômes.

C'est là une des priorités dont devraient surement se saisir les nouvelles institutions élues dans le cadre de la régionalisation avancée et ce d'autant plus que ces régions, bénéficiant d'une forte et constante solidarité nationale, connaissent une remarquable amélioration des niveaux de vie de leur population, une quasi-éradication de la pauvreté et une réduction sensible des inégalités sociales.

               Partager Partager