Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



MAP - publié le Vendredi 11 Décembre à 12:08

Projection à Washington du film documentaire "Polisario: L'identité d'un front"






Washington - "Polisario: L'identité d'un front", un film documentaire du réalisateur Hassan El Bouharrouti, qui retrace l'histoire du conflit artificiel autour du Sahara marocain, a été projeté, jeudi soir au National Press Club à Washington.
Projection à Washington du film documentaire
Organisée à l'initiative de l'Ambassade du Maroc aux Etats Unis à l'occasion de la célébration du 40è anniversaire de la glorieuse Marche Verte, la projection de ce film, qui met à nu l'implication avérée de l'Algérie dans l'enlisement de ce différend régional monté de toutes pièces, a pour objectif d'éclairer l'opinion publique internationale sur les tenants et aboutissants de cette question.

Elle vise également à mettre en évidence la légitimité et la justesse de la cause nationale, tout en donnant l'occasion aux jeunes générations d'avoir des informations solides et précises sur ce litige qui n'a que trop duré, à cause des manœuvres pernicieuses des adversaires du Royaume.

Ce film retrace aussi les enjeux idéologiques et géopolitiques derrière la création du front "polisario", et le soutien politique de certains acteurs régionaux dans l'apparition de cette entité fantoche qui hypothèque aujourd'hui l'avenir de la région toute entière et porte atteinte à l'intégration économique et sécuritaire régionale. 

D'une durée de 90 minutes, cette œuvre cinématographique passe en revue les principales étapes historiques du conflit autour du Sahara marocain et jette la lumière sur la genèse du front "polisario", créé au départ par des étudiants sahraouis dans le cadre de la lutte contre l'occupation espagnole, avant qu'il ne soit instrumentalisé par le régime algérien, obnubilé par la poursuite d'une chimérique hégémonie régionale, en vue de déstabiliser le Maroc et porter atteinte à ses intérêts suprêmes. 

Elle démontre aussi l'absence de toute légitimité du polisario à défendre une quelconque population ou cause, et bat en brèche les allégations fallacieuses des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume, non négociable et indivisible, et qui s'obstinent dans leur stratégie anti-marocaine pour perpétuer ce différend au grand dam des populations du Maghreb qui aspirent à davantage d'intégration, de progrès et de prospérité. 

Ce film, riche en informations et en documentations, met en exergue également les témoignages à la fois précieux et accablants de membres fondateurs de ce mouvement séparatiste ayant regagné la Mère-Patrie, de personnalités marocaines et de militants des partis politiques, ponctués d'images et d'archives historiques qui démontrent l'implication flagrante de l'Algérie dans ce différend régional et le soutien inconditionnel apporté par le régime algérien à ces mercenaires qui n'hésitent pas à utiliser les souffrances des populations des camps de Tindouf comme fonds de commerce illégitime au vu et au su de la communauté internationale. 

A cet égard, le film lève le voile sur le calvaire et la situation intenable que vivent les populations séquestrées dans les camps de Lahmada, véritable mouroir à ciel ouvert, dans le sud-ouest algérien, ainsi que sur toutes les atrocités et formes d'oppression subies par ces Sahraouis, dont les droits les plus élémentaires sont bafoués par ces milices qui obéissent à leurs donneurs d'ordres à Alger, afin de les empêcher de regagner le Royaume où ils pourront jouir de leurs libertés et droits et mener ainsi une vie digne auprès de leurs familles et proches. 

Le documentaire met aussi en lumière les souffrances, notamment psychologiques des femmes sahraouies sous le joug du polisario, les déchirements de leurs familles et l'endoctrinement de leurs enfants et leur déportation vers des pays éloignés, comme le Cuba et en Amérique Latine, où ils sont élevés dans l'idéologie de la haine viscérale véhiculée contre le Maroc par les séparatistes et leur mentor algérien.

               Partager Partager