Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Ahmad Hanine - publié le Vendredi 15 Février à 15:30

Procès de Gdeim Izik : Les familles des victimes en attente du verdict






Procès de Gdeim Izik : Les familles des victimes en attente du verdict
Suite aux événements ayant suivi le démantèlement, par les forces de l’ordre, du campement de Gdeim Izik , le 8 novembre 2010, 11 éléments parmi les forces de l’ordre ont trouvé la mort. Ainsi, dans une vidéo filmant le démantèlement de ce campement par les autorités marocaines, on peut facilement voir l’un des fauteurs de trouble égorger un élément des forces de l’ordre marocaines tandis qu’un autre urine, à visage découvert sur le cadavre d’un élément de la protection civile. 24 prévenus furent traduits devant le tribunal permanent des Forces Armée Royales, juridiction compétente en vertu de la loi pour connaître de cette affaire. Ces prévenus sont poursuivis pour crimes de constitution de bandes criminelles, de violences sur les forces de l’ordre ayant entraîné la mort avec préméditation et de mutilation de cadavres. Le procès de ces 24 accusés, qui se poursuit toujours, fut ouvert le 1er février 2013, et a été reporté d’une semaine en vue de permettre aux avocats de la défense de préparer leur dossier et de convoquer des témoins. Traumatisés par le sort réservé à leurs proches dans l’exercice de leur devoir national, les familles et amis des victimes n’ont eu de cesse, depuis l’arrestation des accusés, de demander que justice soit rendue. En ce sens, et en vue d’attirer l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur leurs douleurs et leurs souffrances, les familles et amis des victimes se sont organisés dans le cadre d’une structure portant le nom de la Coordination des familles et amis des victimes des événements de Gdeim Izik (COFAV).

En effet, après presque 24 mois d’attente, les familles et amis des victimes se sont félicités de voir les accusés comparaître devant la justice. A leurs yeux, cette comparution fut considérée comme une victoire. Loin de toute volonté de vengeance, les familles des victimes ont exprimé leur confiance en la justice marocaine et ont appelé à l’application de la loi. En ce sens, le président du collectif des familles des victimes de Gdeim Izik, Ahmed Atertour, a tenu à souligner que « (…) la souffrance des familles restera vivace tant que le verdict n’est pas prononcé » et d’ajouter que « (…) notre rôle est justement de leur montrer qu’il y a des crimes qui doivent être punis et que l’impunité n’a pas sa place dans le Maroc d’aujourd’hui, quels que soient les prétextes invoqués ». Les familles des victimes ont également exprimé leur satisfaction quant aux conditions exemplaires dans lesquelles se déroule le procès.

Dans une tentative d’inverser les rôles et de véhiculer des contrevérités afin de détourner l’opinion publique internationale, la machine propagandiste du Front Polisario tente vainement de présenter ces 24 accusés comme des victimes poursuivies pour leurs opinions politiques indépendantistes. Il convient de préciser que les actes reprochés aux accusés sont des faits illicites qualifiables pénalement. Indépendamment de toute considération politique, le tribunal permanent des Forces Armées Royales traite cette affaire conformément aux dispositions du dahir n°1-56-270 du 6 rebia II 1376 (10 novembre 1956) formant code de justice militaire, du code pénal et du code de la procédure pénale.

In fine, conscient de la nécessité de rendre justice aux victimes des événements de Gdeim Izik et à leurs familles, le tribunal permanent des Forces Armées Royales observe strictement la loi. En témoignent les rappels à l’ordre du juge aux accusés qui tentent de politiser le procès et de se présenter comme des prisonniers politiques.


*Ahmad Hanine
Analyste au Centre d’Etudes Internationales



               Partager Partager