Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Stéphane Richard : Orange étudierait un rachat de Canal+ en cas de... | via @lemagMaroc https://t.co/hBzYztbJ0I https://t.co/oNgFfGqDnb



Imounachen Zitouni - publié le Mercredi 11 Décembre à 22:06

Prix discount et vies au rabais






La crise aidant, le bas prix est devenu l’argument choc pour vendre et pousser à la consommation. Seulement, si l'on regarde de près, la baisse de prix n’est pas toujours dépourvue d’effets collatéraux néfastes, parfois dramatiques.

Quand on est en situation de monopole, de pseudo-monopole et que les producteurs s’accaparent des marges colossales sur les produits vendus, la baisse des prix est, certes, une nécessité. Dans ce cas, elle est bénéfique, morale et salvatrice. Mais quand celle-ci se fait au détriment de la sueur et des droits des travailleurs, elle devient immorale, non justifiée et destructrice.

Aujourd’hui, Cette course effrénée vers les produits les moins chers est entrain de détruire tout un pan du commerce de proximité, et à plus grande échelle l’économie de bien des pays. Car, augmenter les bénéfices et assurer les droits sociaux des salariés sont deux logiques antinomiques. De même, le paradis de l’investisseur se situe toujours aux abords de l’enfer du travailleur.

Ainsi, l’investisseur occidental, gorgé de grands principes relatifs aux droits de l’homme, n’hésite pas un instant à quitter l’Europe ou les salariés ont de vrais droits et des prestations sociales pour aller s’installer en Chine, pays ou les salariés travaillent sans relâche, avec obligation de résultats pour des salaires misérables et sans aucune prestation sociale.

Comble de l’ironie, même la Chine jusque là, considérée comme l'Eldorado des hommes d’affaires en quête d’enrichissement express, est aujourd'hui jugée "s’être embourgeoisée". Et les investisseurs sont allés à la recherche de contrées ou la main d’œuvre est encore moins chère, et ils ont trouvé : Le Bangladesh.

Ce pays est devenu la coqueluche des grandes marques du secteur du textile. La main d’œuvre y est la moins chère au monde. Du moins, pour le moment.

Ce pays, justement, a connu il n’y a pas si longtemps, un accident tragique découlant directement de cette frénésie du bas prix. 1200 personnes ont péri car leur patron n’a pas respecté les mesures de sécurité les plus élémentaires lors de la construction de son usine de fabrication. Et cela, bien entendu, pour faire des économies et être le moins cher. Cette bâtisse n’a pas tenu et s’est écroulée, malheureusement, sur ses pauvres occupants.

Aujourd’hui, le modèle économique doit obligatoirement être repensé. Nous devons aller vers un modèle ou l’homme serait l’élément central et son bien être la finalité, et non des modèles ou celui-ci est considéré juste comme un outil de production. Car, le vrai développement est celui qui permet aux patrons de faire des bénéfices tout en permettant aux salariés de vivre dans la dignité. Autrement, on n'est pas loin d'un nouvel esclavagisme, celui des temps modernes.



               Partager Partager


Commentaires