Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AA - publié le Mercredi 13 Janvier à 09:54

Presse allemande : Poutine n’exclut pas d’accorder l’asile politique à al-Assad



«Accorder l’asile politique à al-Assad n’est pas une chose difficile», a déclaré le président russe dans une interview au journal allemand Bild.



AA / Ankara / Gamze Turkoglu
AA / Ankara / Gamze Turkoglu
Le président russe Vladimir Poutine n’a pas exclu d’accorder le droit d’asile au président syrien Bachar al-Assad «le cas échéant», soulignant que «cela ne sera pas une chose difficile».
« Il est encore trop tôt pour parler de ce sujet», a déclaré Poutine dans une interview accordée au journal allemand Bild, en réponse à une question sur la disposition de la Russie à accorder le droit d’asile à al-Assad.
«Nous avons déjà accordé le droit d’asile à [Edward] Snowden [ancien conseiller de la NSA], et c’est bien plus difficile que de l’accorder à al-Assad», a-t-il lancé.
Et d’insister: «Nous ne voulons pas que le même scénario irakien et libyen se reproduise en Syrie».
Il a également mis en garde contre le risque de voir le scénario libyen se reproduire en Egypte «si le président égyptien Abdelfattah al-Sissi ne contrôle pas la situation dans le pays, en agissant avec courage et responsabilité».
A la question «considérez-vous Bachar al-Assad, qui a ouvertement mené des attaques contre son peuple, comme votre allié ?», Poutine a répondu : «Comme vous le savez, cette situation est très sensible. Je pense que le président syrien a commis beaucoup d’erreurs […], l’actuelle situation en Syrie aurait pu être évitée si la guerre civile n’avait pas été embrasée par l’argent, les armes et les combattants [étrangers]».
Il a, en outre, mis l’accent sur l’impératif de parvenir à [former] un gouvernement qui reflète la volonté du peuple syrien, et de voir le processus de transition en Syrie se dérouler de manière démocratique. «Cela ne nécessitera peut-être pas le départ d’al-Assad», a-t-il dit, ajoutant «qu'al-Assad reste ou non au pouvoir, ce n’est pas bien important ».
Poutine a, par ailleurs, nié que les raids russes en Syrie ait fait des victimes civiles, accusant les médias internationaux de partialité.
Il a notamment accusé les médias occidentaux d’avoir «tenté de passer sous silence le raid américain sur un hôpital de Médecin Sans Frontières à Kunduz, en Afghanistan, l’an dernier».

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara