Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


Lemag - Agence - publié le Jeudi 17 Avril à 09:35

Présidentielles: Les algériens "votent" depuis 8h (GMT+1) ce matin



Alger - Les bureaux de vote ont ouvert jeudi à 08H00 (GMT+1), pour le premier tour de l'élection présidentielle en Algérie, un scrutin placé sous haute surveillance.



PH Getty
PH Getty
Quelque 23 millions électeurs ont jusqu'à 19H00 pour départager les six candidats en lice, à leur tête le président sortant Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, qui fait figure de favori devant son challenger Ali Benflis.

En plus d'une armada de fonctionnaires chargés des aspects administratif et logistique, plus de 260.000 membres des services de sécurité sont mobilisés pour sécuriser cette élection au niveau de 50.000 bureaux de vote répartis sur les 48 wilayas du pays.

Les Algériens établis à l'étranger, un peu plus d'un million d'inscrits sur les listes, ont commencé à s'exprimer, samedi dernier, dans les centres installés à cet effet dans les pays d'accueil, conformément à la loi électorale qui permet d'avancer de cinq jours le vote des expatriés par rapport au scrutin national.

Dans certaines régions du grand sud algérien, des bureaux itinérants ont commencé, dès lundi, à recevoir les électeurs afin de permettre aux populations des zones nomades et enclavées d'accomplir leur devoir.

Les résultats définitifs de ce scrutin, dont la campagne a été qualifiée de la plus houleuse de l'histoire du pays, ne doivent être connus que le lendemain, c'est-à-dire vendredi.

Selon la loi électorale, si au premier tour du scrutin, aucun candidat n'obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, un deuxième tour est organisé, pour les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix au premier tour.

Outre le président Bouteflika et son rival Benflis, candidat malheureux en 2004, deux autres postulants ont déjà pris part à la course pour le Palais d'El Mouradia, à savoir la secrétaire générale du Parti des Travailleurs, Louisa Hanoune, qui s'est présentée à deux reprises en 2004 et 2009, tout comme le président du Parti Ahd-54, Ali Faouzi Rebaine.

Le plus jeune des prétendants à la magistrature suprême, Abdelaziz Belaïd, président du Front El Moustakbal, et Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), font leur baptême de feu.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara