Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Samedi 12 Novembre à 09:57

Présidentielle en France : pour la 1ère fois, la droite organise une primaire





Pour la première fois, la droite organise les 20 et 27 novembre une primaire, avec sept candidats dont un ancien président et deux anciens Premiers ministres, pour choisir son représentant à la présidentielle de 2017, en affichant une certitude: ravir le pouvoir aux socialistes.
 
Six des sept candidats appartiennent au parti Les Républicains: Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, unique femme de la compétition, Jean-François Copé. Le septième, Jean-Frédéric Poisson, est le président du Parti Chrétien démocrate, allié à LR.

L'organisation d'une primaire n'allait pas de soi dans une famille politique encore marquée par la figure tutélaire du Général De Gaulle, pour qui la présidentielle était "la rencontre entre un homme et le peuple de France". Mais après le succès populaire de la primaire de la gauche en 2011 et la défaite de Sarkozy, elle s'est imposée à droite.

Selon les sondages, les deux finalistes de cette primaire "de la droite et du centre" seraient M. Juppé, ancien Premier ministre de Jacques Chirac (1995-1997) et actuel maire de Bordeaux, et l'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy (2007-2012). François Fillon arriverait en troisième position.

Les mêmes sondages prédisent unanimement la victoire de Juppé au soir du 27 novembre, une hypothèse que réfutent les sarkozystes, pour qui les sondages méconnaissent la réalité du corps électoral de cette primaire.

Savoir qui viendra voter est en effet la grande inconnue du scrutin. C'est un reproche récurrent adressé par les sarkozystes aux juppéistes: que leur champion veuille gagner avec l'aide des centristes, et même d'une partie de la gauche, ce qui l'amènerait, selon eux, à exercer une "alternance molle", quand leur propre champion conduirait au contraire la "véritable alternance" avec le quinquennat "désastreux" de François Hollande.

"Je suis le seul qui peux battre largement Marine Le Pen", présidente du FN, au second tour de la présidentielle, réplique Juppé, un argument réitéré avec force par ses soutiens depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

- Fillon trouble-fête -

Dans le cas où seuls les sympathisants LR viendraient voter, Sarkozy, qui reste le préféré dans son parti, pourrait remporter la mise. Un corps électoral élargi aux centristes ferait pencher la balance vers le maire de Bordeaux, qui a reçu le soutien de François Bayrou, président du MoDem et bête noire de Sarkozy et de Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI.

A moins que Fillon joue le trouble-fête. L'ex et unique Premier ministre de Sarkozy ne cesse en effet de dénoncer le "diktat" des sondages. Se présentant comme le candidat au programme "le plus radical" Fillon prédit que la compétition sera "très serrée" entre Juppé, Sarkozy et lui.

Après des prestations jugées favorablement lors des deux premiers débats entre les candidats, M. Fillon espère grappiller de nouveaux points grâce au troisième et dernier débat, jeudi prochain.

La droite espère être en mesure de réunir au moins trois millions de personnes. Il y a à cela plusieurs raisons objectives: faire au moins aussi bien que la gauche en 2011, conforter la crédibilité du gagnant qui serait élu sur une large assise. La troisième raison est d'ordre pécuniaire et vitale pour un parti aux finances exsangues: chaque électeur versera deux euros à chaque tour, en plus de signer une charte lui demandant de s'engager à "respecter les valeurs républicaines de la droite et du centre".

La somme récoltée permettra aussi à LR de récupérer l'avance globale de 5 millions d'euros accordée aux candidats pour les aider à faire campagne (qui s'ajoute à leurs fonds propres, constitués des dons de leurs partisans). L'éventuel solde sera réservé au gagnant pour la campagne présidentielle.

Tous les électeurs régulièrement inscrits sur les listes électorales peuvent voter dans l'un des 10.228 bureaux de vote partout en France. Les Français de l'étranger, qui se sont pré-inscrits, voteront par voie électronique.

Pour éviter le psychodrame de la guerre Fillon-Copé de 2012, l'opération est supervisée par une Haute Autorité "strictement indépendante de tout parti politique" et placée sous la direction de la juriste Anne Levade. Côté politique, y est adjointe une "Commission nationale d'organisation", dirigée par le député LR Thierry Solère.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara