Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


Agence - publié le Lundi 28 Novembre à 17:10

Présidentielle en France: la gauche fragmentée, la droite prête à en découdre





Face à une droite française en ordre de marche pour la présidentielle de 2017 sous la houlette du très conservateur François Fillon, et à une extrême droite prête à en découdre, la gauche apparaît plus que jamais fragmentée avec une guerre ouverte entre François Hollande et son Premier ministre.

"Nous sommes proches (...) de ce qu'on pourrait baptiser un suicide collectif", a averti lundi le porte-parole du parti socialiste au pouvoir, Olivier Faure.

Plombée par l'impopularité record du président Hollande, déchirée par des divergences idéologiques profondes - sur l'économie, l'Europe, la laïcité -, la gauche semble au bord de l'implosion.

Alors qu'une primaire de toute la gauche est prévue fin janvier, plusieurs candidats ont décidé de s'en dispenser, dont le porte-voix de la gauche contestataire, Jean-Luc Mélenchon ou l'ex-ministre de l'Economie "ni de gauche, ni de droite" Emmanuel Macron, tous deux crédités de plus de 10% dans les sondages.

Au sein même du parti socialiste, les couteaux sont tirés, jusqu'au sommet de l'Etat où le président français - qui doit dire prochainement s'il se représente - fait face aux assauts répétés de son Premier ministre Manuel Valls, désormais ouvertement "prêt" à briguer une investiture à la présidentielle.

Au lendemain de rumeurs de démission du chef du gouvernement, immédiatement démenties, les deux hommes se sont retrouvés lundi en tête à tête pour leur déjeuner hebdomadaire, qui s'annonçait tendu.

"Il ne peut y avoir (...) de confrontation politique dans le cadre d'une primaire entre un président de la République et un Premier ministre", a assuré M. Valls au chef de l'Etat, selon son entourage.

François Hollande s'est donné jusqu'au 15 décembre pour annoncer sa décision et rares sont les proches qui doutent de son désir de se lancer dans la course. D'ici là, le président laboure la France en affirmant que le pays "va mieux" et que "ses engagements ont été tenus".
 
La gauche est condamnée au rassemblement si elle veut faire mentir les sondages qui annoncent un second tour de la présidentielle entre une droite portée par le succès de sa primaire et une extrême droite remontée à bloc par la poussée populiste en Europe et aux Etats-Unis.

Si les candidatures continuent de se multiplier, "il n'y aura pas de gauche au second tour et la gauche sera éliminée pour longtemps", a mis en garde Olivier Faure.

L'ambiance délétère à gauche offre un contraste frappant avec l'enthousiasme qui se manifeste dans le camp de la droite, dont la primaire a rassemblé plus de 4,5 millions d'électeurs les 20 et 27 novembre.

Longtemps à la traîne dans les sondages, parfois raillé en "Mister nobody", François Fillon, ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012), a écrasé dimanche son rival Alain Juppé lors du second tour de scrutin, en remportant plus de 66% des voix.

Une victoire claire et nette pour ce conservateur au calme imperturbable, qui avait déjà réussi à éliminer l'ancien président Sarkozy au premier tour.

Investi sur un programme très libéral en économie (500.000 suppressions d'emplois publics, augmentation du temps de travail) et conservateur sur les sujets de société (il est hostile à l'adoption plénière pour les couples homosexuels), il s'affiche désormais en position de force, à cinq mois de la présidentielle.

A ce stade, tous les sondeurs prédisent une élimination de la gauche au premier tour de la présidentielle, et un face à face final entre François Fillon et la candidate d'extrême droite, Marine Le Pen.

Mais s'il veut battre cette dernière, le représentant de la droite va devoir séduire des électeurs du centre, voire de la gauche, estiment des experts.

Son programme "devrait bouger un petit peu pour être plus rassembleur, moins clivant, notamment sur les aspects socio-économique", estime le politologue Jean-Yves Camus.

"Jamais la droite et la gauche n'auront paru autant aux antipodes", soulignait lundi le quotidien économique Les Echos. "La droite est en route pour l'alternance. (...) La gauche prend le chemin exactement inverse et court vers l'explosion".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara