Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



MAP - publié le Lundi 24 Novembre à 12:12

Président du sénat belg: l'Algérie commet une erreur par son attitude vis-à-vis de la question du Sahara




L'Algérie commet une erreur très grave par son attitude vis-à-vis de la question du Sahara, a affirmé le président du Sénat belge, Amand De Decker.



"Il est tout à fait dommage de constater que par l'attitude du gouvernement algérien" la question du Sahara ne connaît toujours pas d'issue, a-t-il indiqué vendredi lors d'une rencontre avec des journalistes.

Il est aussi dommage de voir que "le Maroc n'ait pas pris sa juste et légitime place au sein de l'Union africaine à cause de cette question", a-t-il ajouté, qualifiant cette situation d'"inacceptable".

Le président du Sénat belge a salué à cet égard "les initiatives qui ont été prises par le Maroc au niveau des Nations Unies", soulignant que la Belgique soutient la diplomatie marocaine dans cette importante question.

De Decker a, par ailleurs, salué les efforts déployés par le Maroc dans différents domaines, ainsi que les progrès accomplis et qui sont estimés à leur juste valeur par l'Union européenne qui vient d'accorder au Royaume un Statut Avancé.

Le Maroc, a-t-il souligné, est le pays le plus poche de l'Europe en termes de coopération, d'ouverture et de participation au progrès de l'ensemble de la région. Il joue "un grand rôle dans le rapprochement entre les peuples, à travers la promotion du dialogue des cultures et la lutte contre l'intolérance", a-t-il ajouté.

Le président du Sénat belge a appelé, à cet égard, à unir toutes les forces de l'ensemble des pays de la Méditerranée pour le triomphe de ces valeurs.

"Nous vivons tous autour de notre mer commune, la Méditerranée, nous avons une grande partie de notre culture qui nous est totalement commune, nous devons en faire une force pour construire un monde euro-méditerranéen prospère", a-t-il conclu.

               Partager Partager


Commentaires