Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Abdelaziz Barre - publié le Mercredi 20 Mars à 09:50

Pour la consolidation de la confiance entre le Maroc et la Côte d’Ivoire




Officiellement établies en 1963, date à laquelle a eu lieu l'échange des premiers ambassadeurs, les relations maroco-ivoiriennes ont été constamment renforcées et développées. Aussi, la première visite du Roi Mohammed VI en Côte d’Ivoire, à partir du 18 mars 2013, témoigne-t-elle de l’importance que le Maroc accorde à cet allié africain traditionnel d’Afrique qui a connu, durant de nombreuses années, une instabilité marquée par de violents affrontements armées. Une instabilité qui a rendu nécessaire une intervention onusienne à laquelle participe le Maroc dans le cadre de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), déployée depuis mars 2004.



Pour la consolidation de la confiance entre le Maroc et la Côte d’Ivoire
Considéré comme étant un pays à fort potentiel économique, la Côte d’Ivoire s’est engagée depuis l’élection du président Alassane Ouattara dans un processus de reconstruction de l’économie nationale et de réforme politique afin de redonner confiance aux bailleurs de fonds internationaux et aux investisseurs nationaux et étrangers, leur permettant ainsi de contribuer aux efforts de réhabilitation et de modernisation des infrastructures du pays.

A cet égard, il convient de noter la confiance des hommes d’affaires marocains qui ont investi 20 milliards de Francs CFA dans une cimenterie située dans la zone industrielle de Youpougon à Abidjan, pour la construction de logements sociaux afin de remédier au déficit en matière d'habitat. Cette cimenterie qui devrait être visitée par le Roi lors de son séjour en Côte d’Ivoire commencera sa production au cours de l’année 2013 et permettra la création de plus de 1 000 emplois directs.

Cette implication des investisseurs marocains dans un contexte sécuritaire encore précaire dans le pays a été favorablement accueillie par le président Alassane Ouattara.

Il n’en demeure pas moins que la Côte d’Ivoire qui soutient le Maroc dans la défense de son intégrité territoriale est un partenaire important pour le redéploiement économique en Afrique de l’Ouest où la présence de plusieurs banques marocaines représente un support important pour les entreprises nationales.

De même, la finalisation de l’accord paraphé en novembre 2002 avec l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont fait partie la Côte d’Ivoire, devrait permettre de lever les entraves au développement des échanges commerciaux avec les pays de la région. Dans ce cadre, les pouvoirs publics marocains ont pris l’initiative d’organiser des opérations de promotion commerciale prenant la forme de « Caravanes Export Afrique » dans plusieurs pays d’Afrique occidentale et centrale.

Ainsi, depuis 2009, des missions économiques, composées de représentants du ministère du Commerce extérieur, du Centre marocain de promotion des exportations (Maroc Export) et de diverses entreprises opérant dans différents secteurs, se sont rendues en Cote d’Ivoire.

Après le recul enregistré en 2008 et en 2009, avec des sommes ne dépassant pas les 500 millions de dirhams, les échanges commerciaux entre le Maroc et la Côte d’Ivoire sont passés de 659 millions de dirhams en 2010 à 675 millions de dirhams en 2011, soit un accroissement de l’ordre 2,4%. Une évolution des échanges imputable à la progression des achats auprès de ce pays, qui sont passés de 128 millions de dirhams en 2010 à 137 millions de dirhams en 2011. Sans oublier les exportations marocaines qui ont atteint 538 millions de dirhams en 2011 contre 531 millions de dirhams seulement en 2010.    

Les principaux produits importés sont les conserves, les produits alimentaires, le cacao, le coton et le bois. Tandis que les ventes marocaines portent principalement sur les produits alimentaires, laitiers, les poissons et les produits pétroliers.

La visite du Roi dans ce pays devrait être un nouveau point de départ pour la relance de la coopération, notamment le volet commercial qui constitue un élément fondamental dans le rapprochement des individus et dans la croissance économique. La stabilité en Côte d’Ivoire est par conséquent un atout qui doit être pris en considération par les opérateurs économiques des secteurs publics et privés marocains dans leur stratégie de développement de leurs activités extérieures.    

Abdelaziz Barre
Chercheur au Centre d'Etudes et de Recherches en Sciences Sociales


Tagué : Abdelaziz Barre

               Partager Partager