Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



Ahmed Bellasri - Emarrakech - publié le Mercredi 1 Août à 18:09

Pour Alger, il y a désaccord et non conflit avec le Maroc sur la question du Sahara




Alger : «Tout d'abord, il convient de préciser que le rapport du Département d'état évoque un désaccord et non pas un conflit politique entre l'Algérie et le Maroc sur la question du Sahara occidental», explique une source diplomatique algérienne.



Pour Alger, il y a désaccord et non conflit avec le Maroc sur la question du Sahara
Selon Alger, il s'agit, donc, de désaccord et non de conflit sur la question du Sahara Occidental.  « le désaccord est notoire puisque chaque pays a une position bien arrêtée sur cette question ainsi que sur les voies de son règlement. La version de l'agence que vous citez  parle abusivement de "conflit" politique comme si l'on voulait donner injustement un caractère bilatéral à une question qui relève de la responsabilité des Nations unies », précise toujours la source diplomatique algérienne, rapportée par la presse.

Cette déclaration répond à l'information citée par la  MAP et selon laquelle Washington pense que le conflit politique entre le Maroc et l'Algérie sur la question du Sahara continue de représenter une «entrave à une coopération antiterroriste approfondie» au niveau régional. «Le différend politique entre l'Algérie et le Maroc sur la question du Sahara […] a continué d'être une entrave à une coopération antiterroriste approfondie dans la région en 2011», écrit la MAP, citant le dernier rapport du Département d’État américain sur la lutte contre le terrorisme.

Pour Alger, Rabat, via la MAP, "tente maladroitement" d’exploiter le dernier rapport du Département d’État sur la lutte contre le terrorisme pour renforcer sa position sur le dossier du Sahara occidental.

Ainsi, pour Alger, la coopération antiterroriste est une question bilatérale, comme l’est celle de la réouverture des frontières terrestres. «Elle fait partie des sujets inscrits au titre des prérequis de la consolidation des rapports entre les deux pays au même titre d'ailleurs que la coopération efficiente dans le domaine de la lutte contre la drogue et les stupéfiants», ajoute la source diplomatique algérienne.

               Partager Partager


Commentaires