Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mardi 15 Juillet à 09:11

Plus de 10.000 femmes meurent chaque année en Afrique à cause du paludisme



Nairobi - Plus de 10.000 femmes et jusqu'à 200.000 enfants de moins d'un an trouvent la mort chaque année en Afrique à cause de l'infection du paludisme pendant la grossesse, révèle un nouveau rapport publié lundi à Nairobi.



Le traitement préventif du paludisme intermittent pendant la grossesse et l'utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide peut réduire de près de 20 pour cent le risque de décès dans les 28 premiers jours de la naissance, a déclaré le directeur exécutif du Programme Roll Back Malaria (RBM), Thomas Teuscher, lors de la présentation du rapport.

Le paludisme est une cause majeure d'anémie chez les femmes enceintes et peut conduire à la mort de la mère lors de l'accouchement, en raison de l'hémorragie. Il est également responsable de la mortinatalité, de naissance prématurée et de faible poids à la naissance, ce qui augmente le risque de décès dans les premiers jours de la vie de l'enfant.

Chaque année, ajoute le Dr Teuscher, on estime à 125 millions de grossesses dans les zones de forte transmission du paludisme dans le monde, sachant que les femmes enceintes dans les zones d'endémie palustre ont un risque de 50 pc plus élevé d'infection au paludisme pendant la grossesse que les femmes non enceintes. " Nous devons faire tout notre possible pour gérer ces moments précieux et permettre à toutes les femmes d'accoucher sans le risque de cette maladie mortelle ", a-t-il dit.

Entre 2009 et 2012, plus de 94.000 décès de nouveau-nés ont été évités, à la faveur d'interventions à grande échelle contre le paludisme pendant la grossesse. La mise en œuvre de mesures de prévention efficaces contribue positivement à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement, en particulier ceux liés à l'amélioration de la santé maternelle et la réduction de la mortalité infantile.

Les auteurs du rapport appellent à un engagement renouvelé et à une plus grande collaboration pour améliorer l'accès aux interventions et rendre efficace la lutte contre le paludisme.

Au Kenya, les autorités ont mis à contribution dans leurs efforts tendant à intensifier la lutte contre le paludisme une initiative de l'USAID qui a contribué avec 1 million de moustiquaires supplémentaires à la campagne lancée dans tout le pays. Le pays a réussi à réduire de plus de 50 pc la maladie et les décès dans toutes les provinces à l'exception de l'Ouest et la région de Nyanza, selon le ministère de la Santé.

Cette maladie demeure incontestablement l'un des grands défis à relever en matière de santé et l'une des principales causes de mortalité au Kenya et en Afrique, avec plus d'un million de morts chaque année et trois milliards de personnes affectées, soit la moitié de l'humanité.

               Partager Partager


Commentaires

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara