Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



MAP - publié le Samedi 5 Mars à 17:36

Plan d'autonomie au Sahara: Ban Ki-moon devrait faire entendre la voix de la raison à l'Algérie et au polisario




Washington - Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, devrait faire entendre la voix de la raison à l'Algérie et aux séparatistes du polisario, écrit l'ancien diplomate américain et spécialiste de la région, Robert Holley, soulignant que ces deux parties doivent, dans ce sens, se rendre à l'évidence et embrasser les vertus du plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine.



"L'Algérie et le polisario doivent se rendre à l'évidence et embrasser la réalité selon laquelle +une solution politique mutuellement acceptable+ passe impérativement par le renoncement à toute idée chimérique relative à la création d'un micro-état, dans une zone dangereuse déjà très fortement fragilisée", souligne M. Holley, dans une contribution publiée sur le site "www.moroccoonthemove.com".

Le Maroc a mis sur la table "une offre plus que généreuse garantissant l'autonomie dans cette partie du Royaume", rappelle-t-il, affirmant que le plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, avait déjà été qualifié de "sérieux, crédible et de réaliste par Washington et par bien d'autres pays".

La question du Sahara n'a donc qu'une seule solution, à savoir le plan d'autonomie, relève-t-il, ajoutant que "la cause de la paix sera grandement servie si les Nations Unies s'inscrivent dans une dynamique visant à ramener l'Algérie et le polisario à cette évidence".

Le régime algérien et le chef ad vitam aeternam des séparatistes doivent laisser "les populations qui croupissent dans les goulags de Tindouf choisir leur propre destinée ( ) et regagner la mère patrie en vue de retrouver les leurs et où ils sont les bienvenus", soutient M. Holley.

Alger et le polisario doivent, dans ce contexte, "libérer la voie et laisser le Haut-commissariat des Nations Unies aux réfugiés mettre en place un programme de rapatriement volontaire vers le Maroc", a-t-il insisté, ajoutant que la communauté internationale se doit de mettre le polisario et l'Algérie face à leurs responsabilités pour ce qui est de la situation humanitaire affligeante qu'endurent les pensionnaires dans les camps de Tindouf.

"Les Nations Unies doivent aussi expliquer au régime algérien et aux séparatistes que la communauté internationale n'a plus de patience vis-à-vis des détournements à l'échelle industrielle de l'aide humanitaire destinée aux populations retenues contre leur gré dans les camps de Tindouf", poursuit-il, en stigmatisant dans ce sens le rejet par ces deux parties du recensement de ces populations.

"Il est temps pour le régime algérien et le polisario d'écouter ce message de raison et de se rendre à l'évidence", note Robert Holley, rappelant que le secrétaire général de l'ONU avait, à maintes reprises, souligné que l'impasse dans laquelle se trouve la question du Sahara "est devenue une bombe à retardement qui doit impérativement être neutralisée au moment où la situation sécuritaire dans la région sahélo-saharienne continue de menacer la paix et la sécurité en Afrique du nord et subsaharienne".

               Partager Partager