Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14



Mostafa KHEIREDDINE - publié le Lundi 20 Juin à 12:07

"Pirater le pentagone", une expérience inédite lancée par le Ministère de la défense des Etats Unis

Pour le renforcement de la cybersécurité






Mostafa KHEIREDDINE
Mostafa KHEIREDDINE
D’emblée convient-il de préciser que l’encyclopédie Wikipedia définit la cybersécurité comme étant « l'ensemble des lois, politiques, outils, dispositifs, concepts et mécanismes de sécurité, méthodes de gestion des risques, actions, formations, bonnes pratiques et technologies qui peuvent être utilisés pour protéger les personnes et les actifs informatiques matériels et immatériels (connectés directement ou indirectement à un réseau) des états et des organisations».

Dans une expérience inédite (Hack the Pentagon), le département américain de la défense a invité les hackers à forcer la main au système d’information du Ministère. Inscrite dans le cadre d’un concours ouvert aux génies américains de l’informatique, cette initiative, sous forme de compétition, se veut une occasion pour les challengeurs de détecter les failles des systèmes numériques du pentagone.

Porteur de l’initiative et un féru des nouvelles technologies de l’information et de la communication, le Secrétaire d’Etat américain à la défense s’est dit, lors de l’annonce des résultats, qu’il est « convaincu que cette initiative novatrice permettra de renforcer nos défenses numériques et, finalement, d'améliorer notre sécurité nationale».

Confrontés à des menaces et attaques permanentes par des hackers, le gouvernement des Etats-Unis, et le département de la défense en premier, ambitionne par ce projet de renforcer la sécurité des systèmes d’information.

Ainsi, plus de 1400 hackers inscrits au concours, ont été invités à prendre part à cette initiative de piratage du système de données du pentagone, et seulement 250 ont soumis un ou plusieurs rapports de vulnérabilité. De ces rapports, 138 ont été considérés par le pentagone comme sérieux et admissible à une prime.

Il importe de préciser que le pentagone ne se limitera pas à cette expérience. Force est de constater qu’une série de programmes sont conçus pour détecter les vulnérabilités du système, aussi bien au niveau des applications, des sites Web, que les réseaux du ministère.

Dans un monde globalisé et interconnecté, l’un des dangers de l’Internet est d’exposer les institutions, les organisations et les personnes aux menaces et attaques informatiques et à l’escroquerie. Pour se prémunir contrer ce mouvement, connu sous l’appellation de la cybercriminalité, les gouvernements, ayant pris conscience de la gravité du phénomène, ont mis en place des stratégies nationales de cybersécurité.

S’agissant du Maroc, hormis une simple circulaire du chef de gouvernement en date du 10 mars 2014, et qui invite les ministères à sécuriser leurs systèmes d’information, la stratégie nationale de la cybersécurité approuvée en 2012 peine à se déployer. Ce qui laisse penser qu’avec la montée en puissance des modes opératoires cybercriminels, la Direction Générale de la Sécurité de Systèmes d’Information (DGSSI), en tant qu’autorité nationale chargée de la sécurité des systèmes d’information (SSI), est d’ores et déjà, au mire du chantier de la protection des systèmes d’information contre les menaces et attaques informatiques.

Mostafa KHEIREDDINE
Urbaniste senior
Université de Montréal
Chercheur en sciences de la ville



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0