Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


MAP - publié le Jeudi 26 Mai à 16:12

Personnel de santé: 959 morts en deux ans dans des violences



Genève - Près de 600 attaques contre les travailleurs de santé ont fait 959 victimes durant la période 2014-2015 dans le monde, dont plus d'un tiers en Syrie, indique-t-on jeudi auprès de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).



La plupart des attaques constituent "de graves violations du droit international humanitaire", a déclaré à la presse à Genève le directeur de la gestion des risques d'urgence à l'OMS, Rick Brennan.

Il présentait pour la première fois des statistiques concernant les attaques dont font l’objet les travailleurs, les structures de santé et les patients lors de crises et de conflits armés. Parmi les 959 personnes tuées dans le cadre d'attaques contre le secteur de la santé, 352 se trouvaient en Syrie, où l’on recense près de 700 blessés sur les 1.561 constatés au total.

L'OMS a en outre déploré le manque de réponse sur la question du personnel de santé, soulignant qu’il devient "de plus en plus difficile" de garantir la sécurité de ces travailleurs dans les conflits. Parmi les autres zones les plus dangereuses pour le personnel sanitaire figuraient en 2015 les territoires palestiniens (34 attaques), le Pakistan (16 attaques), la Libye (14 attaques), le Yémen (9 attaques) et l’Irak (8 attaques).

"Les deux tiers de ces attaques ont été délibérées", estime l'OMS, tout en rappelant que de telles violences sont "de graves violations du droit international humanitaires et peuvent même parfois être considérées comme des crimes de guerre".

Les États membres de l’OMS avaient donné leur feu vert à un vaste programme de réaction rapide aux situations d’urgence sanitaire, à l’occasion de la 69e Assemblée mondiale de la santé réunie cette semaine à Genève.

L'organisation, mise en cause pour sa lenteur lors de l’épidémie d'Ebola en Afrique, sera ainsi en mesure de concrétiser l'une des réformes les plus importantes de son histoire.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus