Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



par Shujuaddin Qureshi - publié le Vendredi 5 Mars à 06:00

Pakistan: une caravane de la paix exprime sa solidarité avec les victimes de violence

None






Karachi (Pakistan) – Il s'agissait d'un rassemblement inhabituel à la gare de cantonnement de Karachi où plus d'une centaine de personnes issues d'organisations de la société civile, du monde politique, des syndicats se sont rassemblées, aux côtés d'intellectuels et de journalistes, pour défendre une cause pacifique. Parmi toutes ces personnes, soixante d'entre elles, dont plus d'une douzaine de femmes, faisaient partie d'une caravane de la paix qui avait quitté Karachi pour Peshawar le 13 février dernier afin d'exprimer leur solidarité avec les habitants de Peshawar et de la North-West Frontier Province (NWFP).

L'idée d'organiser une caravane de la paix avait surgi lors d'une réunion de consultation de la Coalition pour la Paix du Pakistan (PPC) au Club de la Presse de Karachi en novembre 2009. Les participants de la société civile avaient souligné la nécessité de former une délégation pour visiter les zones de la NWFP frappées par le terrorisme. L'objectif de la caravane était d'exprimer la solidarité avec le peuple de la province; de mobiliser la classe populaire, la société civile et les partis politiques contre le terrorisme; d'exercer une pression sur le gouvernement pour qu'il assume la responsabilité du maintien de l'ordre public; de s'élever contre la ''guerre contre la terreur'' menée par les Etats-Unis; et de créer une concorde entre les classes populaires en ces temps difficiles.

Lorsque le train a sifflé pour annoncer le début du voyage, les participants de la caravane et leurs amis situés sur la plate-forme ont scandé des slogans pour la paix. A la gare, nombreux étaient ceux qui se réjouissaient de voir des organisations de la société civile exprimer leur solidarité avec la classe ouvrière qui fait face à des difficultés économiques dues à des mesures économiques et politiques inadaptées.

A Hyderabad, deuxième plus grande ville de la province de Sindh et premier stop de la caravane, un grand nombre d'activistes de la société civile attendaient avec impatience de se joindre aux membres de la caravane. Hommes, femmes et enfants ont fait pleuvoir des pétales de fleurs et scandé des slogans tels que « Nous voulons la paix pas la guerre » et « Nous voulons la paix pas des bombes ». Le Joint Action Committee (JAC) d'Hyderabad a publié un communiqué dans lequel il soutient l'initiative, déclarant que le peuple de Sindh, la terre des soufis, s'oppose à toutes formes de terrorisme.

La caravane a ensuite fait route vers Khanpur, une petite ville pakistanaise de la province du Punjab, où seuls deux activistes se sont joints aux participants. A Multan, autre ville du Punjab, des intellectuels, des dirigeants syndicalistes, des écrivains, des journalistes et des habitants ont également rejoint la caravane.

« Le silence est criminel et nous sommes reconnaissants à ceux qui ont brisé ce silence, » déclara un chef local, Saleem Lodhi.

Alvin Muran a souligné la diversité des participants: « Il y a des musulmans, des chrétiens et des hindous dans cette caravane, ce qui rend compte de la véritable situation du Pakistan. »

En arrivant à Lahore, dans la soirée, la caravane a été saluée par des centaines d'activistes issus des syndicats et de la société civile ; par des travailleurs de l'Awami National Party (ANP), un parti politique de gauche, ainsi que par plusieurs organisations de la société civile dont le South Asia Partnership (SAP-PK), un mouvement qui s'efforce de donner du pouvoir aux sections marginalisées de la société et d'influencer la politique en faveur du peuple ; par la Strengthening Participatory Organization, une organisation qui soutient les organisations communautaires et les institutions d'intérêt public du Pakistan; par le Bonded Labour Liberation Front, une organisation qui vise à éliminer le travail en servitude et le travail des enfants; et par GIYAN, une fondation à Lahore qui oeuvre pour la culture et les droits de l'homme; et par PILER, l'Institut pakistanais pour le travail, l'éducation et la recherche.

L'objectif principal de la visite consistait à célébrer Peshawar et la résilience de ceux qui vivent au beau milieu de la terreur. Durant leur séjour de deux jours à Peshawar, les 16 et 17 février, la centaine de participants ont bénéficié d'un accueil chaleureux. SAP-PK et Aman Tahreek, un organisme représentatif des organisations de la société civile, a organisé un déjeuner pour les participants au Grand Hotel de la ville. Le représentant d'Aman Tahreek, Syed Alam Mehsood, a donné une conférence sur le conflit et les causes qui sont à l'origine de la « talibanisation ». Plus tard, les participants à la caravane ont manifesté sur la route principale en scandant des slogans contre la guerre et contre les talibans.

Dans la soirée du 16 février, la délégation a également visité le mausolée de Rehman Baba, un poète soufi du XVIIème siècle, qui a été bombardé par les militants taliban en mars 2009. Les gardiens du mausolée ont expliqué à la délégation les dommages que le monument avait subis. La caravane a également participé à une réunion publique à Hayatabad laquelle rassemblait plus d'un millier d'ouvriers. La soirée s'est achevée par une réception du Parti du peuple pakistanais (Sherpao) organisée par Sikandar Hayat Sherpao, membre élu de l'assemblée provinciale de la NWFP qui avait été antérieurement blessé dans un attentat suicide, et par le sénateur Haji Ghufran.

Le lendemain, lors d'un déjeuner, le gouverneur de la NWFP, Owais Ahmed Ghani, déclarait que la visite de la caravane avait remonté le moral de la population et constituerait une étape capitale dans la réduction de la peur qu'inspiraient les talibans. Un thème semblable fut débattu au Club de la Presse de Peshawar où la caravane s'est arrêtée pour exprimer sa solidarité aux journalistes qui avaient été visés par un kamikaze en décembre 2009.

Pour le dernier stop, la délégation a rendu visite à Bacha Khan Markaz au Peshawar, le QG de l'ANP. Les principaux chefs de l'ANP et les représentants de la délégation, dont Mian Abdul Qayom, un dirigeant syndicaliste de Faisalabad, ont pris part à la discussion. Les dirigeants de l'ANP ont fait savoir qu'ils nourrissaient l'espoir de voir l'initiative de la caravane de la paix rassembler les peuples des différentes régions du pays.

###

*Shujuaddin Qureshi est attaché de recherche principal à l'Institut pakistanais pour le travail, l'éducation et la recherche (PILER). Article abrégé distribué par le Service de Presse de Common Ground (CGNews). Le texte est disponible dans son intégralité en anglais sur www.dawn.com.

Source : Dawn.com, 24 février 2010, www.dawn.com
Reproduction autorisée.

Source : http://www.commongroundnews.org/article.php?id=273...


               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles