Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



MAP - publié le Mardi 17 Mai à 15:51

Ouverture à Dakhla d'un Forum international sur le dialogue des cultures et des civilisations




Dakhla - Les travaux d'un Forum international sur le dialogue des cultures et des civilisations se sont ouverts, lundi au palais des congrès de Dakhla, sous thème "le rôle de l’Université dans la construction civilisationnelle et la promotion de la culture du dialogue", avec la participation de plusieurs experts, intellectuels et acteurs civils et sociaux.



Cette rencontre internationale initiée par le Forum de Dakhla pour les cultures et l’Association des lauréats de l’Université Mohammed V de Rabat, vise à mettre en valeur le rôle de l’Université et de l’action académique dans le dialogue civilisationnel, le renforcement de la coopération entre l’Université marocaine et les universités étrangères dans le dialogue humain et scientifique, le développement des connaissances en matière des droits culturels et la sensibilisation à l’importance de la protection juridique et judiciaire des cultures et des civilisations.

Cette manifestation culturelle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des nouveaux rôles constitutionnels de la société civile, notamment en matière de sensibilisation et de mobilisation des citoyens autour des questions nationales cruciales, et du renforcement des bases théoriques et cognitives du dialogue.

A cette occasion, le président d'honneur du Forum de Dakhla pour les cultures, Tariq Tlati a affirmé que la mondialisation, avec ses aspects négatifs et positifs, a généré un nouvel ordre de savoir, qui a bouleversé le contenu et la méthodologie des réflexions intellectuelles et scientifiques, dans une tentative de transcender le modernisme et du post-modernisme.

M. Tlati a insisté sur le fait qu’ils existent des pays qui essayent de déstabiliser d’autres et créer des mouvements sécessionnistes, visant à porter atteinte à leur stabilité et à leur développement, soulignant que la différence entre les Hommes, n’entraîne pas toujours des rancunes et des conflits, si elle est alimentée par le sentiment de tolérance, de paix et de respect de l'autre. Pour sa part, le président de la région de Dakhla-Oued-Eddahab, Yanja El Khattat, a affirmé que le choix des organisateurs de la région Dakhla-Oued-Eddahab pour l’accueil de cette manifestation scientifique découle de leur volonté d'en faire une destination pour les experts, les penseurs et les chercheurs de tous continents, afin d’encourager le débat et l’échange des expériences et des expertises.

La région de Dakhla Oued Eddahab est riche par son patrimoine culturel et civilisationnel, ses ressources naturelles diversifiées et son emplacement stratégique, de même qu'elle est capable d'atteindre un véritable décollage économique, et de devenir un exemple pour les régions du sud, a précisé M. El Khattat.

De son coté, le président de l'Université Sultan Moulay Slimane de Béni Mellal, Bouchaib Mernari, a souligné que l'humanité est entrée dans une ère de mondialisation galopante et d'universalité globalisée, ce qui nécessite le dialogue entre les cultures, les civilisations, les modes de vie et les valeurs, notant que la logique de réclusion et de fermeture n'est plus tolérée et devrait céder sa place à l'ouverture sur le monde, conformément aux exigences du troisième millénaire.

Les conditions du dialogue civilisationnel consistent en la reconnaissance d'autrui et le bannissement de la discrimination et du rejet de l'autre, a t-il fait remarquer, soulignant la nécessité de consolider le droit à la différence dans le cadre de la liberté, la responsabilité, l'égalité et du partenariat, visant à réaliser les objectifs humains qui consistent en la lutte contre les conflits dévastateurs et la diffusion de la culture de modération, de tolérance et de paix.

M. Mernari a relevé, dans ce cadre, la nécessité d'une interaction entre les mécanismes institutionnels, consistant en l'Etat, les partis, les syndicats, les associations, les ONG et les autres acteurs de la société civile, notant que l'université revêt une grande importance dans la réalisation de cette interaction.

Cette rencontre est marquée par la présence du Wali de la région, gouverneur de Oued Eddahab Lamine Benomar, des présidents d'universités et doyens de facultés, des parlementaires, des représentants des collectivités territoriales et provinciales de la région, en plus de représentants des Universités de Nouakchot (Mauritanie), de Dakar (Sénégal), de Georgetown (États Unis) et de Murcie (Espagne) et des étudiants des classes préparatoires de Dakhla.

Ce programme scientifique, organisé du 16 au 18 courant s'articule autour de cinq axes portant sur "l'université et la région: deux mécanismes de mise en œuvre du dialogue", "le fait académique: un moyen de renforcer les valeurs universelles communes et de consolider le dialogue entre les cultures", "l'importance de la référence juridique et judiciaire dans la consolidation de la culture de dialogue et des droits de l'Homme", "la diversification et le multilinguisme: bases essentielles de dialogue" et sur le rôle de la diplomatie universitaire.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».