Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Abdelkarim Chankou - publié le Vendredi 9 Mars à 11:16

O. Jazouli et les antisémites




Abdelkarim Chankou - Quoi de plus ordinaire en fait que trois maires de villes méditerranéennes sœurs qui se rencontrent pour signer un accord de partenariat dans un secteur porteur comme le tourisme. D’autant que Haïfa avec ses 270.000 habitants abrité 8 % d’arabes et plusieurs dizaines de milliers de juifs marocains. Nous avons nous-mêmes, maintes fois, encouragé ce type de coopération sur ce site même (Lire en bas).



Le 22 février dernier, en marge du 12ème dîner annuel du CRIF Marseille-Provence présidé par Isidore Aragones, Omar Jazouli, le maire de Marrakech et son homologue israélien de Haïfa, Yona Yahav, avaient signé un document avec Jean-Claude Gaudin le sénateur-maire de Marseille. Ce document porte sur la formation commune d'étudiants en tourisme israéliens, marocains et français dans la cité phocéenne. Un geste de « générosité et de fraternité » selon le premier magistrat de Marseille. Les choses sen seraient restées là si des opportunistes du panarabisme et des causes perdues n'avaient pas fourrée leurs nez dans cette histoire, sommes toutes banales, en accusant Omar Jazouli de pactiser avec le sionisme.

Quoi de plus ordinaire en fait que trois maires de villes méditerranéennes sœurs qui se rencontrent pour signer un accord de partenariat dans un secteur porteur comme le tourisme. D'autant que Haïfa avec ses 270.000 habitants abrité 8 % d'arabes et plusieurs dizaines de milliers de juifs marocains. Nous avons nous-mêmes, maintes fois, encouragé ce type de coopération sur ce site même (Lire en bas).

Devant la levée de boucliers orchestrée par ces opportunistes des causses perdues, toujours les mêmes, le pauvre Omar Jazouli se défend d'avoir signé un quelconque document dans un cadre tripartite. On le comprend : la horde de charognards réclame sa peau et demande au ministre de l'Intérieur de le révoquer ! Rien que ça ! Nous sommes en fait à quelques mois des élections communales et législatives : ne serait-il pas plus logique d'atteindre le verdict des urnes pour savoir ce que les Marrakechis pensent de leur maire. Non ! ces donneurs de leçons qui hier encore acceptaient des millions de barils de pétrole en cadeau de la part de Saddam Hussein, sont pressés d'en découdre avec le premier des édiles de la cité ocre. Lequel a toujours su échapper aux guets-apens de ses détracteurs, manipulés par des forces occultes, qui veulent faire main basse sur la cité la plus prospère du Maroc. Qu'à Dieu ne plaise !

Ici Tanger, bonjour Marseille!
Euromed : Juppé montre la voie



               Partager Partager