Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM


MAP - publié le Mercredi 29 Octobre à 17:08

Nouvelle découverte sur les mouches des fruits: quatre variétés ne forment qu'une seule espèce (FAO)



Rome - Quatre variétés de redoutables ravageurs ailés des cultures fruitières sont, en fait, une seule et même mouche des fruits, selon les résultats d'une recherche mondiale diffusés mardi, rapporte l'Organisation des Nations-unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO).



La mouche aux diverses appellations (Orientale, Philippine, Invasive, Asiatique de la Papaye) appartient en fait à la même espèce biologique, à savoir Bactrocera dorsalis, responsable de préjudices incalculables à l'horticulture et à la sécurité alimentaire à travers l'Asie, l'Afrique, le Pacifique et certaines parties de l'Amérique du Sud.

Cette découverte est le fruit d'une collaboration internationale entamée en 2009 et coordonnée par la FAO et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avec la participation d'une cinquantaine de chercheurs de 20 pays. Elle a été précédée d'une approche intégrative axée sur un examen empirique ayant fait appel à diverses disciplines.

Selon les experts, fait-on observer de même source, cette découverte devrait réduire certaines restrictions au commerce international tout en facilitant les mesures de lutte contre la capacité de reproduction de ces insectes nuisibles.

Les résultats de l'étude ont, par ailleurs, rendu encore 'plus simple'' l'utilisation des méthodes qui recourent à la technique de l'insecte mâle stérile pour empêcher la multiplication des colonies de ravageurs.

Cette technique, explique la FAO, consiste à lâcher dans les zones infestées un nombre considérable de mâles qui auront été auparavant stérilisés au laboratoire par de faibles doses de radiations. Ces mâles vont s'accoupler dans la nature avec des femelles sauvages mais celles-ci n'auront pas de descendance.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus