Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



Daniel Abdal-Hayy Moore - CHNEWS - publié le Lundi 28 Avril à 11:27

Notre meilleur ange




Daniel Abdal-Hayy Moore : Philadelphie – La nature humaine semble être programmée pour la rivalité. Que l’on adopte le point de vue darwinien ou bien le point de vue théologique, cela n’annonce rien de bon pour la paix sur la terre, ni pour les hommes de bonne volonté. “Pourquoi ne pouvons-nous pas tout simplement nous entendre ? ”, voilà qui pourrait être le mantra de l’histoire des hommes, résonnant à travers tous les systèmes politiques et tous les systèmes de croyance, partout où ceux-ci convergent. Transcender les rivalités par la compassion et la patience représenterait alors un pas spirituel en direction de cette tolérance consciente sur laquelle ont insisté toutes les religions révélées.



Avec cela à l’esprit, la visite du pape aux Etats-Unis fut, pour ceux d’entre nous qui ne sont pas catholiques, l’occasion d’élargir nos télescopes mentaux et d’aller regarder au-delà de la fanfare des titres de presse. Ce fut l'occasion de prendre à cœur l'importance du respect interconfessionnel dans un monde de plus en plus rétif.

Etant donné les tensions avec la communauté musulmane mondiale qui ont suivi l’allocution du pape à Regensburg en 2006, il est juste de dire que les musulmans ont observé la visite de près. Le baptême télévisé d’un musulman converti au catholicisme pendant l'office de Pâques était aussi un événement sérieux et potentiellement explosif qui aurait pu être interprété comme un affront délibéré de la part du pape et qui aurait pu susciter une réaction violente des musulmans (Dieu merci ce ne fut pas le cas). Après tout, les musulmans croient que l’islam est, dans l’antique enchaînement des enseignements divins, la révélation finale, et le fait que quelqu’un s’en détourne au profit d’une révélation plus ancienne est quelque chose dont, selon notre code spirituel, il ne faut pas faire étalage en public, dans la mesure où on peut y voir une récusation active et du message plus récent (l'islam), et de son Messager.

Pour les musulmans, si l’amour profond pour le Prophète Mahomet et le fait de prendre vigoureusement position pour l’islam sont des questions graves et sensibles c’est parce que nous attachons une immense valeur à l’islam – non parce que nous aurions une mauvaise opinion du christianisme, que le Coran mentionne à plusieurs reprises comme une religion légitime aux yeux de Dieu, tout comme le judaïsme. Mais la sensibilité humaine est comme l’amadou sec trop près des flammes – j’ai toujours eu le sentiment que les musulmans auraient mieux fait d’ignorer Les versets sataniques de Salman Rushdie lors de sa parution, au lieu de catapulter ce livre au rang de best seller et eux-mêmes au rang de représentants peu flatteurs de l’islam.

Il est impératif que les musulmans révèrent la dévotion des chrétiens et de tous les autres croyants au même titre que la leur, et qu’ils accueillent tout homme ou toute femme de Dieu parmi eux, en souvenir de Lui, en oubliant les détails de leurs divergences théologiques. Le Coran dit:

"Certes, ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Nazaréens, et les Sabéens, quiconque d'entre eux a cru en Dieu, au Jour dernier et accompli de bonnes œuvres, sera récompensé par son Seigneur; il n'éprouvera aucune crainte et il ne sera jamais affligé." (Le Coran 2:62)

S’il est vrai que l’Eglise a son propre programme au cours de cet épisode américain, le Pape aurait aussi intérêt à étendre sa bonne volonté à la communauté musulmane américaine, laissant de côté les différends théologiques qu’il pourrait avoir avec les croyants non catholiques. Mais il est tout aussi important que les musulmans se souviennent que le Prophète Mahomet a été envoyé pour apporter la miséricorde à toute l’humanité, comme nous le dit le Coran. Il nous dit que la bonté envers notre prochain, quelles que soient ses convictions ou ses orientations, et même envers les manifestations pacifiques de l’incroyance gagne le bon plaisir de Dieu et nous rapproche de notre Prophète par l’imitation de ses vertus.

Le respect pour l’autre, surtout entre entités religieuses, est un des attributs les plus nobles de l’humanité, digne d’être cultivé. La violation de ce respect a entraîné d’innombrables tragédies humaines. En restant humbles et en renonçant à l’orgueil sous toutes ses formes, nous évacuons toute possibilité de rivalité mal intentionnée et laissons le champ libre à celui que Lincoln appelait "notre meilleur ange".

* Daniel Abdal-Hayy Moore, poète et écrivain musulman, vit à Philadelphie. Visitez ses sites: www.danielmoorepoetry.com et www.ecstaticxchange.wordpress.com.


               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles