Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



par Ayesha Tammy Haq - publié le Jeudi 17 Septembre à 22:42

Nettoyer le Pakistan






Lahore – La population du Pakistan est jeune. 70% du pays a moins de 30 ans et la plupart de ces jeunes demandent ce que l'avenir du Pakistan leur réserve. Le sentiment général est que la génération de demain n'a pas d'avenir et que les jeunes sont résignés au désespoir.

Mais la situation est en train de changer avec Murtaza Kumail Khawja, Saif Hameed et Omar Rasheed, qui brisent les clichés au sujet de cette jeunesse pakistanaise sans éclat. Leur histoire tourne autour de ce que le Pakistan doit faire: engagement, propriété, énergie, communauté, sacrifice et plus. Ces jeunes gens, âgés d'une petite vingtaine d'années, sont des étudiants qui consacrent leurs dimanches à construire un Pakistan meilleur pour leurs concitoyens.

Inspirés par le Lawyers Movement, ils voulaient faire quelque chose qui touche tous les citoyens au-delà des classes. Ils se sont appelés Zimmidar Shehri ou Citoyens Reponsables et ont entrepris de nettoyer Lahore.

Ils se sont d'abord arrêtés à Anarkali, un quartier commercial de Lahore très connu, où plus de 60 jeunes hommes et jeunes femmes, issus des quartiers les plus riches de la ville, sont venus pour ramasser les déchets et les jeter comme il se doit. Au début, les riverains et commerçants du quartier ont assisté, quelque peu perplexes, au ramassage de leurs ordures. Mais cette attitude a été de courte durée.

Les jeunes gens sont revenus tous les dimanches et, tous les dimanches, ils ont enregistré une participation croissante de la part des habitants du quartier. Ayant commencé il y a quelques mois, les Citoyens Responsables se sont ensuite attaqués au Ghalib Market et à Main Market à Lahore. Ils ont vu les gens du coin passer du stade de simples participants au stade de citoyens proactifs qui envisagent maintenant des solutions pratiques à des problèmes de base, à l'instar de ce vendeur installé dans Main Market qui a suggéré d'attacher les sacs en plastique afin qu'ils ne s'envolent pas.

Il est merveilleux de voir de jeunes pakistanais faire preuve d'autant d'enthousiasme et de passion pour transformer le Pakistan en un pays dont les Pakistanais ont besoin. Leur mission est de faire naître un esprit communautaire chez tous les Pakistanais. Et plus encore, de travailler main dans la main pour construire un Pakistan nouveau et meilleur où les lois s'appliquent à tous les citoyens de la même manière, où tous les citoyens sont tenus pour responsables, où les nominations sont faites sur le mérite et où le gouvernement comprend ce que signifie service public car seuls les pays qui écoutent leur peuple prospèrent.

La liste de leurs souhaits risque de paraître ambitieuse mais ils se donnent les moyens de les réaliser.

Ils font appel à tous les citoyens mais ils ciblent surtout les jeunes; si un réel changement doit intervenir, il ne viendra qu'avec les générations à venir qui auront pris possession du pays.

Pour créer l'intérêt public, les Citoyens Responsables se sont servis de tous les instruments privilégiés par cette génération technologiquement futée – les groupes Facebook avec des membres par milliers mettent en communication des citoyens qui partagent le même avis comme le font les téléphones portables et Internet. Leur réseau est immense et en expansion.

Ce qui suit, pour reprendre leurs mots, explique comment ces jeunes gens sont devenus des Citoyens Responsables:

Les cinq premiers Citoyens Responsables ont été inspirés par les infractions au code de la route. Nous avons été inspirés par les ordures. Et nous avons été inspirés par le fait que le pays que nous aimons est celui de l'une des plus grandes populations de bidonvilles au monde.

Depuis sa création, notre pays a connu un régime militaire, l'agitation politique et maintenant le terrorisme. Ce sont ces facteurs qui maintiennent le Pakistan à la une de la presse internationale mais qui font peu pour réellement changer la vie quotidienne des citoyens. C'est ce que nous souhaitons faire.

Nous souhaitons faire naître un esprit communautaire, en travaillant coude à coude avec eux tout en nettoyant les ordures qui se sont accumulées pendant plus d'une année sur la place du marché, en convainquant l'imam du quartier de conserver des livres dans sa mosquée pour que les jeunes puissent les lire, en amenant de jeunes médecins dans les bas-quartiers pour qu'ils soignent gratuitement les patients ou en recueillant, auprès de nantis, une poignée d'aliments pour remplir les mains des mendiants dans la rue.

Nous ne pouvons devenir une nation que si nous comprenons qu'il nous faut vivre ensemble et mourir ensemble et que la communauté que nous construisons est source de puissance, tandis que la communauté que nous laissons se dégrader sera à jamais notre plus grande faiblesse. Nous devons rassembler les gens. Nous devons enseigner aux hommes et aux femmes à aimer leur terre autant qu'ils aiment leur propre maison. C'est notre mission.

Il est de notre devoir de vous dire que le succès de notre pays dépend de vous; la responsabilité de le remettre sur pied vous appartient; la responsabilité d'en faire un bon pays (un grand pays) vous appartient. C'est pour cette mission que les cinq premiers Citoyens Responsables ont vidé leurs poches, sacrifié leur cœur et leur esprit et c'est une mission pour laquelle ils consacreront, si besoin est, leur vie.

C'est ce dévouement qui permettra au Pakistan d'avancer sur le chemin du progrès, de changer l'existence de citoyens ordinaires et de d'insuffler l'espoir à chacun d'entre nous.


###

*Ayeshaa Tammy Haq est juriste spécialisée en droit des sociétés, animatrice de talk show et journaliste indépendante. Article distribué par le Service de Presse de Common Ground
(CGNews) avec l'autorisation du Daily Times.

Source : Daily Times, 21 août 2009, www.dailytimes.co.pk.
Reproduction autorisée.

Source : http://www.commongroundnews.org/article.php?id=261...


               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles