Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


eMarrakech - publié le Jeudi 22 Mars à 17:47

Mustapha Khalfi : La presse électronique est l’avenir de l’information au Maroc



eMarrakech : Le ministre de la communication s’est prononcé pour un Etat régulateur, non interventionniste, se contentant de fournir aides et soutiens au secteur à l’importance médiatique et économique majeure.



Mustapha Khalfi : La presse électronique est l’avenir de l’information au Maroc
Mustapha Khalfi a évoqué, lors d’un entretien accordé au quotidien londonien arabophone, Al Quds Al Arabi, parue jeudi, la nécessité pour le Maroc de promouvoir le secteur des médias électroniques, vu qu’ils représentent l’avenir de la presse, à l’image de ce qui est le cas dans le monde.

Il a souligné le caractère interactif et instantané de l’information sur support électronique et l’audience importante qu’elle engendre, en comparaison avec la presse papier, n’ayant jamais réussi sa propagation auprès du public.

Sa liberté, son oxygène à la presse électronique

Si l’Etat se doit d’intervenir pour subventionner la presse électronique, il devrait moins s’immiscer dans son fonctionnement, rassure le ministre :

« Sa liberté ne doit être atteinte que par des régulations légales déterminées collégialement  avec les professionnels du métier » précise Khalfi, qui relève que c’est grâce à sa liberté que la presse électronique marocaine a su surmonter, ses manquements en ressources humains efficientes et ses maigres moyens financiers, réalisant des performances fort louables, valant au Maroc une sixième place en la matière à l’échelle du monde musulman.

Une régulation avantageuse, rajoute le ministre, flanquée d’une reconnaissance professionnelle (cartes professionnelle, encadrement et formation) et d’une assistance techniques de qualités (providers de qualité, accès facilité à l’information), donneront des ailes à ce secteur, fort porteur, non seulement pour l’information au Maroc mais au delà pour l’économie nationale toute entière.

Il faut à l’image des autres compartiments de la profession de l’information, déterminer un code déontologique saint, qui éviterait aux 400 sites de média électronique marocains, de souffrir des maux du secteur à savoir l’immaturité professionnelle : Les diffamations, les fausses informations ou les atteintes aux valeurs sacrés de la nation telles que énoncées dans la constitution…

Khalfi n’a également pas omis de noter l’importance de la mise à niveau entrepreneuriale, pour les organes de presse électronique, garante d’un climat saint de travail où droits et obligations sont clairs pour tous.

Pour Khalfi, l’occasion est en or pour le Maroc de se doter d’un secteur médiatique respectable, réussissant à rapatrier un public marocain éparpillé entre médias d’occident et d’orient, lequel phénomène, mette en danger le patrimoine culturel et civilisationnel voir spirituel marocain.

Un Défi, espère Mustapha Khalfi, n’est relevable que par le concours de tous.    

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara