Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Claire Ulrich - publié le Samedi 17 Décembre à 22:58

Monde arabe : Merci Mohamed Bouazizi ! Merci Sidi Bouzid !

None






Les internautes du monde entier ont célébré aujourd'hui le premier anniversaire de la "Révolution arabe", qui a débuté par l'immolation d'un vendeur de fruits et légumes de Sidi Bouzid en Tunisie, Mohammed Bouazizi.

Ce billet fait partie de notre dossier Révolution Tunisie 2011.

Les internautes du monde entier ont commémoré aujourd'hui le premier anniversaire de la “Révolution arabe”, qui  a débuté par l'immolation d'un vendeur de fruits et légumes de Sidi Bouzid en Tunisie, Mohammed Bouazizi. Ce qui a commencé par le geste d'ultime protestation d'un homme atteint dans sa dignité a allumé dans le monde arabophone et ailleurs un incendie de contestation qui brule toujours, quelles qu'aient été et soient les mesures mises en place par les dictateurs et leur appareil.

Mohamed Bouazizi s'est immolé par le feu le 17 décembre et est décédé de ses blessures le 4 janvier 2012.

Des millions d'arabes se sont depuis soulevés depuis dans tout le Moyen Orient pour demander des réformes politiques, législatives, sociales et économiques. Quand ces soulèvements ont été réprimés par des dictateurs, les manifestants ont répliqué en demandant un changement de gouvernement. Ben Ali, en Tunisie, a été le premier à tomber, en janvier ; suivi par Hosni Moubarak en Egypte en février ; puis le colonel Mouammar Kadhafi, qui a régné sur la Libye pendant 42 ans, a été renversé et tué en octobre dernier. La chute de ces trois dictateurs sont des étapes fondatrices de ce mouvement de protestation qui a commencé très exactement le 17 décembre 2011 et a été baptisé par les médias occidentaux “Le Printemps arabe”. Mais les révolutions du monde arabe sont loin d'être achevées.

Aujourd'hui, les internautes rendent hommage à Mohamed Bouazizi. Son geste a provoqué une onde de choc, mettant soudain les Arabes, leurs besoins et leurs aspirations sur l'avant-scène du débat politique mondial. A l'heure où ce billet est écrit, des manifestants continuent d'être tués, persécutés et attaqués dans le monde arabe, avec quelques faibles demandes adressées aux dictateurs par les gouvernements étrangers de faire preuve de plus de retenue dans leur traitement des contestataires. Des milliers de personnes ont perdu la vie, ont été blessées ou handicapées à vie. Beaucoup de ces soulèvements ne montre aucun signe d'affaiblissement et les dictateurs, qui refusent de partager le destin d'un Bel Ali, d'un Moubarak ou d'un Kadhafi, ainsi que leurs supporters, refusent également de plier.

Mohamed Bouazizi's grave in Sidi Bouzid

La tombe de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid. Photo partagée par Ayman Mohyeldin sur sa page Facebook

Sur Twitter, le Mauritanien Mouritaniya commémore [en arabe] la mort de Mohamed BouAzizi en  écrivant :

رحمة الله عليه , مات فأحيا أمة
@mouriytaniya: Qu'Allah accorde la paix à ton âme. Il est mort en donnant naissance à une nation.

La Tunisienne Imen B. [arabe] :

الثورة سراب و لكن سيدي بوزيد واقع
@__Imen: La Révolution est un mirage, mais Sidi Bouzid est une réalité.

Le Tunisien Mohammed Ali Chebaane a publié plusieurs tweets consacrés à cet anniversaire:

@MedAliChebaane: Aujourd'hui, je ne célèbre pas, aujourd'hui, je me souviens : travail, liberté, dignité nationale. #SidiBouzid

@MedAliChebaane: Je suis allé à  #SidiBouzid plus de 10 fois cette année et je sais que les mêmes frustrations sont toujours vives là bas   #DontForget

@MedAliChebaane: Un an plus tard, nos familles n'ont toujours pas reçu les compensations prévues par les voleurs de l'ancien régime. La lutte continue ! #SidiBouzid

Son compatriote tunisien Walid Saad note :


@walidsa3d:
Cette révolution à tué deux membres de ma famille, et cela me fait trop mal, dans tous les sens possibles du terme. Mais je l'aimerai toujours  #SidiBouzid #Bouazizi

Youssef Cherif, également en Tunisie, commente :


@Faiyla
: L'Ancien temps, lorsque nous étions les “terroristes mondiaux” est révolu ; maintenant, nous somme  la #personnalité de l'année” du New York Time #Time #PersonOfTheYear !

En Libye, Ismael Zmirli écrit :

@ChangeInLibya: Merci Bouazizi de nous avoir rendu notre fierté, rendu notre amour pour nos pays et pour avoir permis au monde de réaliser que nous étions humains, nous aussi. RIP.

Le présentateur de télévision saoudien Ali Al Dafiri écrit [arabe] :

بعد هذا اليوم .. أصبح العالمُ العربيُّ عـربـة خضارٍ ثائرة
@AliAldafiri: Après aujourd'hui, le monde arabe est devenu un stand de fruits révolutionnaire.

Le Syrien The 47th poursuit :

@THE_47th : Tu es mort. Et la peur est morte aussi… #RIP #Bouazizi

Noon Arabia, Yéménite, tweete :

@NoonArabia:  Malgré la violence continue et l'injustice, nous nous raccrochons toujours à l'espoir, grâce à #Bouazizi qui nous a libérés et nous a donné une raison de résister.

Mona Kareem, qui appartient à la communauté de 100 000 personnes apatrides du Koweït :

@monakareem: Merci #Bouazizi de nous avoir rappelé que nous avons la dignité #Arabspring

L'activiste égyptienne Gigi Ibrahim promet :

@Gsquare86: En ce jour, l'an dernier, #BouAzizi s'est immolé par le feu, et a poussé un monde entier sur la route de la liberté, nous ne reviendrons jamais en arrière  ! #FreeEgypt

Sur mon compte Twitter, j'ai moi même demandé :


@JustAmira
: N'est-ce pas incroyable que depuis #SidiBouzid, les choses ne cessent de se produire dans le monde arabe ? On ne nous a jamais dit qui faisait une chose : qui tue les gens ?

Vous pouvez lire bien d'autres réactions en suivant les hashtags #SidiBouzid et #Bouazizi sur Twitter.

Ce billet fait partie de notre dossier sur la révolution tunisienne en 2011



Source : http://fr.globalvoicesonline.org/2011/12/17/92085/...


               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».