Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



DR IDRISSI MY AHMED - publié le Vendredi 5 Février à 21:07

Mme Student et les amours secrètes du Barzakh - Les chroniques de Mme Student, épisode 53




Souris et tu guériras. Ou fais comme dans la chanson : ‘’Je baisse le ton et je reviens au sujet ’’ !



Et même si, dois-je me taire et laisser cette flamme fulgurante me consumer ?

_ D’hake, tebra ! Disais-je ce matin, à Hassan du journal, qui avait la mine bien renfrognée ! Et, toi, comment vas-tu, chère madame Student ? Tu Viens, pour un nouveau bilan de santé ?
_ Quelque chose me manque, si je ne te vois pas. C’est devenu chronique, Chef. Je vais et je viens.
_ Souris et tu guériras. Ou fais comme dans la chanson : ‘’Je baisse le ton et je reviens au  sujet ’’ !
_ Non, ça c’est un western. Et puis, ils l’écrivent avec un seul ‘’S’’, et ils le font différemment des SS !
_ Ce sont mes souvenirs ou les tiens que tu sors là ? C’est moi qui tente de me ressaisir et me remémorer mes souvenirs, Madame Student ! Ou, que ce soit toi qui les retiennes pour moi ?
_ Alzheimer, Parkinson, myasthénie ? Ces nerfs à bout, cet amas de graisses, l’homme, qui par ces méninges, existe-t-il ou tente-t-il de le faire seulement. Ou que ce soit ces muscles frêles, qui malgré leurs faiblesses, s’agitent pour que vive, ce corps malade, malgré ses douleurs ? Et qu’il sente encore de par ces mêmes douleurs ?! Mon Dieu, si je philosophe, protégez-moi de ces ennemis, les maladies ! Mes amis, ils sont morts, ou perdus pour toujours, depuis un long moment. Non pas que je soies vieux, ni envieux, mais je reste loyal et fidèle, tenu et tenant à mes amitiés passées, fussent-elles empoussiérées !
_ Aïe, ça fait pessimiste ton exergue d’entrée ! Tu ne peux pas entrer en scène, en plus stoïque et moins pessimiste ? Tu vas chasser les auditeurs ! Décourager les lecteurs et déstabiliser les imprimeurs !
_ Ils ont déjà vu ça, ou lu quelque part, s’ils ne le sentent pas en eux-mêmes, encore !
_ Aïe ! Ça un bail qu’on ne t’a pas vue. Je te croyais morte, décimée ! Oui je dis décimée, car tu as sept vies, comme la chatte.
_ Elle ne t’a rien demandé ma chatte. Va voir une autre, si tu sais encore comment les attraper et les taquiner ! Ou, comment-dit-on déjà ?
_ Les caresser, Papy !
_ Merci Adam !
_ Tu veux avoir un chat ou un chien à caresser, toi aussi ?
_ Je n’ai pas envie d’avoir un chat. Je ne veux rien harceler ! Je suis occupé avec Végéta et mes souvenirs de cette sortie à Témara avec mon père et Aly. Laissez-moi, vous parler des filles que j’ai conquises, puisque Nour n’est pas là et que mon père va repartir demain matin pour aller travailler encore au Sud.
_ Belle tirade ! S’il boude ou s’agite, comme à l’accoutumé, laisse-le tranquille ton petit-fils, Mondoc !
_ Mme Student, patience ! Je t’ai créée. Je t’ai sortie de ma plume. Une vraie bête des claviers !
_ Papy, on ne dit pas bête de clavier, on dit bête de somme !
_ Retourne à ton sommier ! Au lit, mon gaillard ! Et surtout, tais-toi !
_ Manetéte-tèche ! Je ne suis plus au biberon et je ne tète plus le sein! Je laisse ça aux grands ! F’hamtouni, welaella ?
_ Oh, le vilain ! Tu me fais rougir, microbe !
_ C’est comme tonton qui a eu des rougeurs au visage ? Ce n’est pas dû aux parfums, mais aux levures et aux champignons ! Et puis, Madame, je ne suis pas un microbe.
_ Qui t’a dit ça ? Je t’ai entendu lui dire ça, tout à l’heure, au phone. Quand tu as parlé de l’homo erectus, jusqu’à un certain âge qui est devenu homo tout court !
_ Non, j’ai dit homo cybernéticus ou homo portabilis
_ Oui, je me rappelle, tu lui parlais des gens super branchés, cool, toujours avec un écran à la main, seuls, même en famille ou à table, mais branchés qu’ils sont, reliés à tout l’univers. Tu le sais Papy. Toi aussi, tu restes collé au PC en plein Google et Facebook avec des photos de jolis gens que je ne connais pas !
_ Oui, presque !
_ Ouah, Maidoc, il est de toi le super-gamin ?
_ Avec qui ? Tu plaisantes !
_ Que sais-je ? Depuis que j’ai quitté la terre…
_ Tu disais, avant d’être interrompus, bête de somme, bête de clapiers ? Mon œil ! Sauf ton respect ! Enfin, ce qu’il t’en reste !
_ Le respect, tu me le dois, ô préceptrice des princes !
_ Préceptrice seulement de David Salomon le 600ème du nom ! Celui qui gouvernera Israël et l’Orient ! Foi de l’Amérique.
_ Je vois que tu es bien imbibée, catabolisée, galvanisée, formatée par les mythes et la préhistoire !
_ Je suis simplement au courant, avant toi et sans qu’on ne demande ton avis ! Ni celui des marchands de tapis, devenus depuis peu des caveaux à pétrole et des semeurs de guerres de religions !
_ Tout ça, pour les gentils sponsors de la Nation et de la foi. Tu inverses les causalités et tu inverses les facteurs premiers.
_ Bof, je suis nulle en maths ! Mais, ils se tairont vos gourous. Ils resteront attachés à leurs luttes intestines, à leurs struggles intimes, à leurs guerres des religions ! C’est lui, David mon élève juif, qui reconstruira le Temple de son ancêtre Salomon! Amen !
_ Je vois que tu continues ton délire, Student chérie ! Radote encore ma poule ! Ça consolide et rallonge mes papiers.
_ Tes papiers indigestes sont des thèses vendues ! Douteuses et invendables !
_ Minute ! C‘est pour informer tes nouveaux lecteurs Student et mes prochains électeurs que je m’étends.
_ Etends-toi chez toi ! Et puis, tu te présenteras contre qui ? Contre les anciens gladiateurs ou les nouveaux titans ? Les crocodiles ou les démons ? Les crotales, les scorpions ou le Léviathan !
_ Papy, votera pour les dragons. Ils ont la queue du serpent, la tête du crocodile et les griffes du lion. Avec des ailes de vautours ! N’est-ce pas tonton Aly?
_ Oui, les dragons font le consensus de nos 40 partis politiques. De leurs lutteurs, batailleurs gouapeurs, imprécateurs, de leurs pirates injurieux et nouveaux corsaires, de leurs parrains dealers et de leurs antinomiques leaders, escrocs, truands et/ou gangsters !
_ Le zoo politique m’effare, et toi, plus encore! Mais, tu n’as rien oublié, l’Alydeizddénien ! Je me présenterais juste pour obtenir ma voix ! Et ce sera déjà ça que de me faire confiance à moi-même ! Et de persévérer….contre toi, ma belle !
_ Contre moi ? Redis-le !
_ Oui, tout à fait contre toi !
_ Mais, je ne t’ai rien fait ! Tu délires !
_ Oui, tu me fais délirer. Tu ne le sens donc pas ?
_ C’est Papy qui le dit et le répète ! C’est Papy dont tu ne t’occupes pas ! Ras-le-bol avec cette Student de malheur qui utilise les gros mots du gros dictionnaire pour agresser Papy.
_ Toi Cowboy, silence ! Va apprendre tes tables de multiplication !
_ Je me multiplierais, une fois devenu grand !
_ Chut sinon, c’est la fessée !
_ '' Et les droits des enfants, qu'est-ce que tu en fais ? Tu n'as pas le droit de me frapper ! ''
_ Ce n’est qu’un slogan scolaire. Un pensum populiste !
_ Je suis Nour, je viens d’arriver de Casa et de Kabylie. « Il ne faut pas le frapper, ça fait partie des droits de l’enfant. »
_ Maidoc, fais sortir les enfants de mon dialogue ! Ils m’empêchent de te corriger.
_ Allez-vous faire pendre ailleurs, vous dit la maîtresse ! Au placard ! Il y a des porte-manteaux, pour faire plaisir à mademoiselle Espinos !
_ Epine d’os, ha, ha, ha ! Firent en écho les Implacables, en duo !à
_ Du balai, les diables ! Laissez-moi lui souffler deux mots à votre médecin de grand-père ! Ta détresse me chagrine, Mondoc ! Mais je suis un fantôme, une voix virtuelle ! Je suis une snipeure* de l’Au-delà venue pour t’avertir…
_ Pour me reverdir ! Marhaba à la nouvelle prophétesse. Justement je ne te veux que plus, ma chère pythie ! J’aime bien les ET bien faites. Je veux un miracle, puisque tu dis que tu es en mission divine et que tu reviens de l’espace-temps. De là où le bon Dieu case les âmes enfin, avant leur Résurrection pour le Jugement Dernier.
_ Ecoute et que tes lecteurs le sachent. Je ne veux pas de conflits avec ton harem.
_ Je n’ai pas de harem, je ne suis pas un prince ni un sultan.
_ Si tu es un délesté, moi, je ne suis pas charnelle ! Toi, tu me perçois ! Mais, je ne te servirais nullement à rien. D’autant qu’à mon âge de morte, plus vieille que toi, ce sera comme une désincarnation, une illusion et pire, de la nécrophilie.
_ Fuyons cousin ! Alerte la police ! La maîtresse à Papy, elle a parlé de pédophilie ! Comme ce hâbleur de Finkielkraut, qui ira larmoyer pour défendre sa bonne cause devant l’Académie, que les siens viennent d’acheter.
_ Allez les enfants, ouste ! Mme Student, nous sommes alliés, liés ! C’est comme d’appliquer la fatwa de ce grand manitou de âlem qui coule de source !
_ Zamzami a tort, mon ami. L'Islam n’autorise pas la nécrophilie, comme il l’avait prétendue ! C’est une honte de plus, une nuisance contre l’Islam.
_ C’est rocambolesque ! Il masturbe l’islam. Sa turbine dégouline de sperme mal famé ! C’est burlesque, ils vont me rire au nez si je publie ça. C’est du gros delirium. De la science-fiction sans fantasmes ni frictions. On ne pourra pas en faire un film, non plus.
_ Heureusement ! Mais, il y a pourtant le miracle des Moches Loved, qui n’a pas cessé de bien tourner !
_ A moins d’appeler la star nominée, Loubna Abidar, pour jouer ton rôle, Mme Student.
_ Elle est consommable. Elle a parfois, un joli minois ! Je te le concède. Je ne suis ni hypocrite ni schizophrène...Et toi ? Et puis, c’est déjà ça. Elle fera l’affaire, même si elle ne sait parler qu’en dialectal épicé. Celui des maisons entrouvertes, qu’on appelle encore closes ! Celui des rues étroites…
_ Gouli el Hadra des drouba ! Zanga, zanga ! Où est BHL ? Il n' pas encore livré la Syrie. Son père était-il menuisier ?
_ C’est ça, mon pote ! Et même durant le Ramadan, elle voudra te consommer et t’empêcher de lui échapper. Ses griffes acérées et bien vernies te harponneront aisément ! Car je sais ta sensibilité, à fleur de peau et tes manques en drogues douces…
_ Avec une pinte d’alcool dans un nuage de tabac ! Le nirvana, la hourie, les nuages...Tu rêves la revenante. Je te suis, mais ne t’approuve pas.
_ Mon bon Maidoc, tu m’exaspères ! Ta solitude est mauvaise conseillère ! Va travailler et laisse-moi tout ça !
_ Mais je travaille, mon chou ! Je suis un casanier du bureau ! Je ne fais que tapoter, les touches, pendant que tu papotes, pour m’échapper !
_ Va en vacances, sort, disparaît. Distrais-toi, sors du naïf rituel ou tu te consumes ! Sors des gesticulations ordelliennes* et des affres barbantes des banalités incommodes ! Tes copains voyagent tout le temps.
_ En congrès incessants et gratis !
_ Peu importe ! Et toi tu restes là ! Comme un … !
_ Dis-le !
_ Sauf ton respect !
_ Tu vois tu n’oses pas !
_ Pardon docteur ! J’ai parlé comme à un ami, en langage courant.
_ Laisse ta langue où elle est ! Ne m’approche pas !
_ Tes pairs, hors pairs, ils ont construit des cliniques ! Bouchoukara ou pas ! Banquiers, assureurs et ministres se consacrent au sauvetage de la nation. Ça clinique partout et dans la joie ! Sauveteurs de tous les sinistres, impayables, beaux gosses, très vendeurs, ils sont les messies de notre époque !
_ Alléluia ! N’y a pas que les idéologues de l’argent ! Grâce au ministre de mes amours médicales, on aura vu de ces revirements ! L’histoire des pays vendus, le retiendra ! On l’aura tout vu faire ! Des miracles sur les hommes qui manquent à ce grand œuvre ! Et demain, percera son inextinguible aura. La réanimation ! Le prestige, le Nobel, l’or et l’argent. Et vive le stéthoscope autant que le kif et des rifains !
_ Halte-là ! Je suis une prof, je ne dois pas délivrer de messages antisociaux! Pas de kif qui tienne, comme médicament ! Même si le PAM en fait sa sauce électorale, comme slogan populiste ou aliment de bétail , ça ne me concerne pas ! Ils se sont élevés au Parlement et dans les Partis. Ils ont amassé des fortunes respectables, des fermes de proximité, des immeubles rentables, des femmes immuables, des enfants imperturbables…
_ Et moi je végète, c’est ça ? Toi, la Student, toi la revenante, en mission divine tu oses dire ça ? Tu ne vois que le côté matérialiste des choses. Ils vont bouffer tous leurs biens et profiter de leurs fortunes ? Tu crois, ça !
_ Mais ils en profitent. On les considère. On les voit. On les respecte. On les craint. Ils ont du prestige. Ils ont des amis de valeur. Du bagout auprès des femmes… Et j’en saute !
_ Qui, quoi ? Quand ? Comment le fais-tu, fantôme au féminin ?
_ J’ai parlé de sauter du sujet et non de s’endormir dessus ! Maidoc !
_ Cause encore, Student ! Et moi, je reste seul, lamentablement isolé ! Bon à faire pitié à une revenante.
_ Oui ! Si je n’avais pas ce syndrome de Gougerot-Sjogren, j’en aurais eu des larmes aux yeux !
_ Et dire que je me suis obligé de t’inventer, dans le but d’avoir une amie ! Physiquement inapte ! Inutile sexuellement ! A peine bonne à papoter ! Ce n’est qu’une âme en détresse hélas ! Un esprit déjà parti, un spectre en instance de retour, une image qui me parle, un nuage qui me hante.
_ Tu vois comment tu parles de moi, alors que je suis entière et présente ? Je te le dis et je préviens. Fais quelque chose de toi ! C’est mon message, je te le balance devant les vivants, avant que tu ne me rejoignes là-haut ! Je te dis, que tu es trop long ! Les gens désespèrent de te lire. Le temps est au tweet. Ils ont évolué et toi pas. Ils ne comprennent rien à tes messages lyriques ni à tes paraboles classiques, ampoulées et archaïques. Ils ont d’autres choses à faire qu’à te lire. Ils veulent un monde succinct où l’on ne radote pas. Une idée suffit, alors que tu veux leur ingurgiter des chapitres et des romans ! Tes symboles ne sont pas explicites ! Les intéressés, de parmi le Gouvernement, ne te lisent pas.
_ Et même si, dois-je me taire et laisser cette flamme fulgurante me consumer ?
_ Oui, si tu veux en brûler aussi des innocents ! Juste pour qu’ils partagent tes souffrances, tes délires et tes blessures.
_ Je partage des idées et des sentiments.
_ Oué, je vois! Tu veux avoir raison.
_ Comme d’hab, mamy Student!
_ Je fus Hélène Espinos. Après avoir été la prof de ton fils et au regret de ne pas avoir été sa maitresse! Tu aurais eu de meilleurs et de plus beaux petits garnements !
_ Il ne pouvait pas t’aimer, Grandizer ! Te rappelles-tu de la fessée que tu lui avais administrée, en classe de CP ? Nu, alors qu’il n’avait que 6 ans, mon bambin ! Il s’en rappelle toujours ! Et il me l’a raconté il y a un moment, alors qu’il est devenu père et commandant. Il en rajoute sur ta façon de t’habiller. Il ne t’a jamais oubliée, tu sais Espinos. Toi qui avais fait souffrir et pleurer, sa mère !
_ Tu regrettes qu’on ne se soit pas connus de ton vivant, ma Student !
_ Je regrette tes sévices !
_ A la vue de tes photos sur le web, j'ai eu le vertige et ma main troublée, s'est fatiguée, tremblant sur les touches pour les passer en série.
_ Pourquoi les passer en Syrie, alors que des vagues des refugiés en sortent, partout haïs ?
_ Entends-moi mieux, STP ! A part cette tristesse dégradante pour l’humanité, il ya ces rondeurs que tu m’as montrées ! C'est sublime ! C'est une culture, les sinus et les sphères.
_ Toutes les belles choses font penser au créateur. C’est pour ça qu’il faut de la pudeur pour les sauvegarder et non les dilapider.
_ Et seuls, les chanceux de parmi les usufruitiers, les justes, les légaux, pourront les compulser.
_ Ils doivent en remercier le bon Dieu, de les avoir ainsi faites et protégées !
_ Elles doivent les offrir et savoir à qui les donner.
_ Service divin ou sévices humains !
_ Parle d’autre choses, vieux faune ! Plutôt que du lit, lis ! Je t’ai appris à écrire, indirectement, pour former et renforcer ta personnalité. Comme j’ai été la prof de ton fils. Je suis la cousine de celui qui a créé cette ville, avant qu’elle ne se ruralise ! Cette cité dortoir, aux rues sombres, devenues si étroites et bondées. Cette bourgade délaissée où tu te pavanes et te crois si utile ! Mais en fait, tu en es l’incompris !
_ Je t’ai sortie des enfers ! De mes enfers, Student. Mais, ai-je eu raison de le faire ainsi ? Au lieu d’être ma bonne complice mon ami, tu es ma sévère auditrice et perverse comptable.
_ Je suis ta conscience. La mieux placée. Mon Dieu, ce qu’il est prétentieux, le Maidoc ! Non, je suis retournée en mission, avant la Résurrection, pour sauver les tiens de l’Apocalypse. Des luttes entre chiens de faïence et les combats de titans ! Tu veux dire des fils de Satan ?
_ Tu as plaqué mon père My Othman, en plein milieu de ta dernière mission. Tu m’as laissé, isolé. Seul à combattre avec les enfants de Louardi et ceux de Belmokhtar.
_ Comment oublier ton père dans un épisode ? C’est impossible ! Mais ne parle que d’une chose à la fois !
_ Descend de ton arbre, Robin des bois. Tu as oublié les amourettes célèbres des femmes ministres, celles qui travaillent 22 heures par jour, les parlementaires qu’on solde à « zouje » francs ou à deux sous seulement. La moche loved d’Abidar, l’exquise chipie nominée de ce noble fils d’Ayouch !
_ J’ai mal dormi. Tu me lasses Student, avec ces histoires saugrenues et surexploitées.
_ Et toi donc ! Je t’ai vu faire pire, dans tes chroniques à la noix.
_ J’ai mal vécu. Et je m’exprime, n’ai-je pas le droit ?
_ Comment ? Hier, c’était ton anniversaire. Tu m’as raccompagnée après le travail. Tu n’es pas allé à la conférence des médecins…Tu m’as plaquée là. C’était pourquoi faire en fait ? La fête ?
_ C’est à cause de la présence de ce moche de Wade Guery. Et ce depuis six ans.
_ Un Sénégalais ?
_ Non beaucoup moins bien que ces gens-là ! Un hyper docteur, un super mercanti, qui avait créé avec le concoursde son charlatan de remplaçant, cette affaire. Toute l’affaire empoisonnante de cette purulence d’Aminatou Hayekare.
_ C’est Haydar ? Je crois ? Et de ce fait, il n’y est pour rien. Il est innocent ton cruel imbécile. Il n’est pas polisarien pour un sou !
_ Non pas Haydar, mais Haye Kare! Une Exécrable Harceleuse !
_ Peu importe. Qu’elle aille au diable ! Mais, tu n’as pas répondu non plus, à l’invite de Drill, ni à celle de la conférence de l’historien Lakroumbi, au groupement culturel de Kénitra. Et des dizaines d’autres…
_ Non, il est devenu impoli cet aimable écrivain d’hier ! Mais, il n’y a pas pire incorrections que celles des gloires de parmi les perpétuels académiciens. Il s’était avéré inutile, mon ancien patient. Il n’aura roulé que pour cette somptueuse et sixte étoile. Puis les autres, que puis-je leur apporter ? De grandiloquentes niaiseries ?
_ Rien de particulier en fait ! Tu es venu trop tard pour influencer le cours de l’humanité.
_ Cesse de te taper ma gueule. Je suis déjà énervé.
_ C’est bon, ça va ! On ne peut plus plaisanter avec toi. Tu as perdu tes lubies ? Tu as divorcé d’une star lunatique ! Ça t’a coûté la lune ! Ça mis en rogne pour ce que ça t’a couté. Je le sens, je le sais, mon ami ! Mais, ce n’est pas la peine de cracher comme un volcan tes colères sur moi. Le ciel est rempli d’autres étoiles.
_ Gigantisme mais éloignées, je sais ! Bref, Mamy j’ai le blues ! Je te disais que l’ancien conseiller culturel a parlé des relations de Louis XIV avec le sultan My Ismaïl. Puis des conséquences, des raisons ratées, e et de cette sur la forme attendrie du colonialisme français au Maroc, transmuté en protectorat sur l’empire, pour sauver la face des autochtones, ravinés et mal réveillés ! Un moindre mal certes, que ce voisin désespérément français, avachi et complètement raté ! Heureusement que l’excès d’orgueil, sauve le nif, l’évolution, et sa digne fierté !
_ Dis, tu veux boire un café ?
_ Non sers-moi ……du travail, pour oublier.
_ Quoi, l’humanité ?
_ Elle n’existe pas Student. Malgré les religions, leurs morales et l’évolution de ce bipède de canidé, que tu appelles l’homme. Un carnivore insatiable, un égoïste fini, un assassin de père en fils,depuis Caïn ! Tel est l’humain ! Tu plaisantes. Regarde ce qu’ils en font en Afrique et en Orient…
_ Encore ! Tu tiens toujours à ce pauvre serpent. Son pommier. Lâche-nous avec ces sottises, dont nous ne sommes pas comptables.
_ On n’y est pour rien et nous sommes des victimes ! C’est complètement injuste comme punition! Une lutte inégale, perdue depuis le départ. C’est inique, car lui, le démon est un corrupteur fini et autrement plus intelligent et efficace que cette argile ! Cette vase dont nous sommes faits et que nous alimentons ! C’est çala corruption. Pour une pomme, elle nous a balancés en enfer, la vertueuse grand’mère !
_ Oui, cher ami et Eve doit se retourner dans sa tombe. Par contre, le pauvre diable, Satan, aura été dégradé. Il y a laissé ses plumes, en perdant la blancheur de ses ailes. Ça ne vaut pas le coup de ruiner sa carrière, pour une femme qu’il n’aura même pas possédée.
_ Tu ne comprends rien à la symbolique du mythe ou de l’histoire ! Le démon a détruit, par elle et grâce à elle, toute l’humanité, qu’il a ba..ée ! Excuse-moi lecteur, je n’ose pas l’écrire ce participe passé en entier. Mais, l’entêté a été franc ! Il n’a fait que son boulot ! Prédéterminé qu’il fut. La théorie du complot de Satan !
_ Laisse mes méninges se reposer sans les distordre ! Sinon on va m’inculper d’apostasie ! Sers-moi du café et tais-toi !
_ Dilemme cornélien ou racinien ! Te serrer ou te servir ?
_ L’un et l’autre sont des synonymes qui se suivent par nécessité et je les veux.
_ Et puis s’il faut me taire, Patron, tu m’accuseras encore de censure et d’histoire inachevée, comme celle de ton père. L’héroïne une fois partie ou chassée, le film se terminera en queue de vipère.
_ C’est quoi au fait, que tu veux me faire oublier, Princesse ? Les dialogues, les discussions, les salamalecs, les femmes, les divorces ou les séparations ?
_ Ah mon pauvre Maidoc, c’est une souffrance sans objet, puisque les causes des souffrances sont parties. Et ne laisser que les souffrances en substitution, c’est la pire revanche de tes anciens confrères, de tes pairs, ou de tes défuntes partenaires. Tu as en main des affaires d’hommes, autrement plus sensibles qu’elles !
_ Je suis confus ! Alors que je n’avais rien avant d’ouvrir ta boite à Pandore !
_ Tu me rends malade, ferme ton clapier, Toubib. Ferme ta boîte. Tu désemparé face à l’arrogance et l’orgueil. Prends des vacances pour te ressaisir ! Ils, elles ne sont rien à côté de toi. Elimine-les en les oubliant au lieu de les regretter.
_ Mon Dieu ! Tu m’effraies. Tu m’effares, Student ! Je ne suis pas comme ça ! Tu ne vas pas t’en sortir à ce prix-là ! Tu es en prise avec des fantômes qui se sont évaporés ! Déjà loin, ailleurs, dans un autre espace-temps. Tu regrettes le lac, les vagues, la lune, les romances, les poèmes, les mots-clés pour sentir les parfums et les fleurs…Les doigts pour toucher la tendresse et respirer la peau. Les cœurs enlaçant les troncs de la forêt de lagune.
_ A la place de l’affection, ce sont les afflictions qui l’emportent ! Chez toi, mon pauvre Maidoc, la tristesse est en fête !
_ Ton soleil s’est embruni et tu vis dans les nuages des nues où il ne pleut que des larmes. Un hiver sans eaux, une lumière ténébreuse, un soleil haineux sans chaleurs. Que du brouillard…
_ Ah, tu parles comme moi. Tu charries mes sentiments. Qui es-tu donc, pour savoir autant sur mon cœur et mon cerveau ? Et carrément plus sur moi que moi-même!
_ Je suis ton double que tu ne voies pas et que tu espères ! C’est moi qui persiste quand la mémoire s’en va! C’est, mon esprit qui saigne quand tu te blesses. C’est moi qui resterai quand ton corps, en flammes, sera cendres ou poussières. C’est moi qui persiste quand ta lave sera éteinte et que ton argile flottera sur les eaux!
_ Continue, je t’écoute, mais je ne te crois pas. Non que tu me mentes, loin de le croire, mais tu n’en sais rien !
_ Je suis toi, tu ne l’as donc pas saisi depuis que je te hante ? C’est moi, non pas ton double schizophrénique ou autre, mais une partie de ta propre entité, qui habite en toi et dans toi esprit ! Je suis le sens dont tu n’as ni l’exercice ni la connaissance. C’est moi qui te fais geindre et rêver. C’est ta Student qui te fait parler pour exciper tes critiques et tes sentiments, pour haïr ou aimer.
_ Je n’ai besoin de personne pour vomir les poisons qui nous entourent. Tu rêves poupée ?
_ Que sais-tu du sommeil ? A peine les difficultés du dormir tard et les prémisses de sommeiller, devant l’écran ou la télé ! Que sais-tu de Demain, quand moi, je suis un mieux plus informée ? Que sais-tu du Là-bas et de Là-haut ? De ces Barzakh d’outre-tombe, d’où et dont je reviens par moment, afin de t’instruire et te réveiller…
_ Allume la lune, je n’ai pas besoin d’étoiles ! Tu n’as pas à divulguer mon secret ni à m’agiter de par tes connaissances ! Superflues !
_ A plus, mon amour, quand tu seras moins loquace et plus réceptif de ce que j’ai à te donner. Le sein des saints.
_ Le sein, les deux, s’il te plait ! J’ai faim de toi, plus que de tes connaissances ! Et de plus en plus envie ! Reste ! Ne me quitte pas !
_ Ah ça, jamais ! Je suis de toi et en toi ! Je t’appartiens plus que ton corps ne peut l’espérer ! Je suis ton âme, ta vraie et plus interne des propriétaires ? Je suis la quintessence de ton existence. Je suis le guide, le vrai chauffeur de ton corps de robot omniphage*.
_ Je croyais être le sujet de quelqu’un d’autre, de moins divin et de plus que parfait. Je te croyais être le spectre baladeur, celui de la prof qui a cessé d’exister.
_ Je suis toi…Et ce Toi, dont tu disposes sans le connaître. Toi, tu n’existes pas en fait !
_ Ah bon ?
_ Et si tu es amoureux de Student, gare mon pote Maidoc, se serait de l’égotisme narcissique, parce qu’on est deux ou plu en un, MOI !
Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra, le 04 Février 2016
Texte adressé en primeur aux amis.



               Partager Partager