Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



EL BOUANANI Omar - publié le Jeudi 4 Février à 11:44

Mémorisation et processus de prise de notes lors des entretiens psychologiques






Il paraît évident que le processus de prise de notes constitue une étape indispensable et bien déterminante dans les pratiques professionnelles des psychologues quelque soit leur contexte d’exercice (public ou privé). Cependant, ce type d’activité comporte quelques défis relatifs aux diverses astuces d’opérationnalisation et d’application surtout qu’il n’est pas souhaitable d’utiliser un enregistrement magnétophone.

Nombreuses personnes réclament souvent que leur psychologue ne prend aucune note ce qui les met dans un état d'angoisse et de confusion bien constatés autour de ces questions qui se posent fréquemment : ‘‘Trop bizarre, Il m’accompagne à la porte avant d'accueillir le suivant !! Peut-il se rappeler de certaines de mes révélations ? Est-ce qu’il peut distinguer les données recueillies pendant chaque entretien ? Comment peut-il mesurer mes progrès ?’’ Ceci peut parfois être exprimé également par un sentiment d'insatisfaction et de révolte «C’est honteux de voir un psychologue inattentif !», ce qui peut remettre en question toute une carrière professionnelle.

Opérationnellement parlant, le protocole d’entretien psychologique exige le respect d’une déontologie visant à garantir le respect du sujet ainsi que la nature de l’objectif poursuivi de la consultation, y compris l’attitude de prise de notes. Or, la mémorisation est la fonction cognitive qui permet d'emmagasiner et de restituer l'ensemble des informations et des connaissances. À ce titre, elle joue un rôle très déterminant dans l'étape de rédaction des données et peut être renforcée par l’utilisation de mots clés qui facilite une tâche, celle de synthétiser les renseignements d’une façon confortable.

Parallèlement, le processus d’entretien en condition professionnelle nécessite pour le psychologue un temps de préparation et la passation proprement dite doit être standardisée autant que possible (pour une durée moyenne de 30 à 50 min) afin de garder un rythme dynamique.

Certes, on ne peut se rappeler de tout mais, nous devons noter que certains psychologues ont plus tendance à mémoriser les données recueillies lors de l'entretien jusqu'à sa clôture. Puis, pendant une durée allant de 5 à 10 minutes, ils rédigent brièvement une petite synthèse qu'ils vont développer ultérieurement. C'est une question purement pratique qui nous renvoie directement à la problématique des stratégies de travail et des capacités cognitives de chaque praticien.

Plusieurs recommandations utiles peuvent être suggérées en vue d'assurer le bon déroulement des entretiens et d'optimiser la préparation du praticien. En premier lieu, le psychologue doit se détendre profondément sur le plan mental et se libérer de ses soucis personnels récurrents.

En deuxième lieu, il doit écouter activement et comprendre le sujet de manière empathique. De même, il est censé faire preuve d’objectivité et de bienveillance par la prise en considération des spécificités de chaque cas.

En dernier lieu, il faut mettre tout un ordre et suivre soigneusement le fil conducteur de chaque renseignement évoqué, et ce dans le but d'établir une certaine cohérence.

En tout état de cause, il semble pertinent de se mettre en situation propice d’observation et de minimiser toute communication susceptible de parasiter la réponse du sujet tout en gardant à l’esprit que le but principal est de stimuler et non d’induire. Dans ce sens, il est primordial de noter tous les éléments non verbaux plutôt que les périphériques relatifs aux réponses, l’on cite : les capacités défensives du sujet ; les hésitations, les exclamations, les remarques « hors thèmes évoqués », etc.

Par ailleurs, certaines lacunes peuvent déformer le contenu de l’entretien et c’est notamment le cas des attitudes trop suggestives qui conduisent à des thèmes trop larges aboutissant à un vaste recueil de données. De ce fait, il est utile de prendre une position non-directive face à certains sujets pour favoriser l'expression personnelle et de comprendre le sens profond de leur souffrance.

A fin de l’entretien, le psychologue est censé effectuer toute une synthèse de renseignements importants qui ont été abordés. Cette dernière sera retranscrite dans le dossier du sujet, afin d'assurer la continuité du suivi.

Bien évidemment, le plus important pour un psychologue, n’est pas de prendre ou non des notes en votre présence, mais qu’il vous offre un certain sentiment de confiance et de cohérence d’une séance à l’autre.

En somme, l’exercice professionnel du psychologue exige un certain engagement et l’adoption d’une attitude congruente, bienveillante et empathique, basée sur une logique déontologique et de forte conscience professionnelle, ce qui contribue plus ou moins directement au renforcement du sentiment de satisfaction des sujets consultés plutôt qu’à l’humanisation du climat de travail.

EL BOUANANI Omar
Psychologue du travail au sein du CHU Mohammed VI- Marrakech



               Partager Partager