Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



MAP - publié le Jeudi 11 Février à 13:18

Mbarka Bouaida: La régionalisation avancée, un "message clair" à la communauté internationale quant à la volonté et au sérieux du Maroc de mettre en œuvre le plan d’autonomie au Sahara




Rabat - La ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mbarka Bouaida, a souligné, mercredi à Washington, que le projet de régionalisation avancée, qui se veut un nouveau modèle de gouvernance territoriale et vecteur de promotion de la démocratie participative, "constitue un message clair à la communauté internationale quant à la volonté et au sérieux du Maroc de mettre en œuvre le plan d’autonomie au Sahara".



"Ce nouveau modèle de gouvernance territoriale, né d'une large consultation citoyenne et entre les différentes forces vives de la nation, octroie en effet davantage de crédibilité au plan d’autonomie dans les provinces du sud, sous souveraineté marocaine", a indiqué Mme Bouaida, qui était l’invitée d’une table ronde organisée par le prestigieux think tank américain, Atlantic Council et à laquelle ont pris part des responsables à l’administration US et des experts de l'Afrique et de la région MENA. 

Il s’agit, a-t-elle noté, d’une approche avant-gardiste qui permettra aux populations locales de gérer leurs propres affaires, dans un cadre rapprochant le processus de prise de décision des citoyens, en précisant que le processus de transfert des attributions aux régions est en cours de réalisation. 

Les dernières élections régionales, qui ont donné lieu à des conseils élus au suffrage universel direct, ont démontré l’étendue de l’adhésion et de l’enthousiasme des populations du Sahara à l’égard de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, en faisant remarquer que les régions disposent désormais de pouvoirs exécutifs liés aux différents aspects du développement local. 

Revenant sur la dynamique de développement tous azimuts que connaissent les provinces du sud, sous l’impulsion de la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, notamment en matière d’infrastructures de base et de projets structurants de grande envergure, la ministre a souligné la volonté du Maroc de faire de cette partie du Royaume un hub régional au service de la consolidation des relations de coopération entre le Royaume et les pays subsahariens, tout en étant une source de prospérité et de stabilité. 

Mme Bouaida a, dans ce contexte, mis l’accent sur la force de projection "positive" et "efficace" du Maroc aussi bien en Afrique du nord que dans la région sub-saharienne, dans le cadre d’une approche dédiée à la lutte contre le fléau du terrorisme, à la résolution des conflits et au soutien des réformes démocratiques. 

Elle a cité le rôle du Maroc dans la résolution de la crise libyenne, salué à maintes reprises par les grandes capitales et les Nations Unies, ainsi que le soutien que Rabat apporte aux pays du sous-continent dans les efforts visant l’éradication de l’extrémisme violent, à travers notamment la formation des imams. 

"Nous voulons consolider la coopération bilatérale, régionale, internationale, Sud-Sud et Nord-Sud, mais aussi au sein de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD), pour soutenir les efforts de lutte contre le fléau du terrorisme dans un cadre structurel et pérenne", a dit Mme Bouaida, qui effectue une visite à Washington durant laquelle elle va rencontrer de hauts responsables du Département d’Etat et à la Maison Blanche, ainsi que des chefs de file au Congrès des Etats Unis. 

               Partager Partager