Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Samedi 29 Octobre à 22:59

Mauritanie: des milliers de manifestants à Nouakchott contre un changement de Constitution





Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Nouakchott à l'appel de partis d'opposition contre de prochaines modifications constitutionnelles en Mauritanie, a constaté un journaliste de l'AFP.
Les manifestants ont défilé à Nouakchott avant de se retrouver pour un meeting dans le centre-ville, à l'appel du Forum national pour l'unité et la démocratie (FNDU), une coalition qui regroupe une quinzaine partis de l'opposition radicale.

"Non au tripatouillage de la Constitution", "halte à la gabegie et à la corruption", "non à l'atteinte aux symboles de la République", ont scandé les manifestants estimés à plusieurs milliers, selon un journaliste de l'AFP.

"Le pays est pris en otage. Nous devons y faire face", a déclaré le président du FNDU, Cheikh Sid'Ahmed Ould Babamine.

Il a appelé "les forces opposées à cette mascarade (les modifications constitutionnelles envisagées) à se dresser comme un seul homme pour mettre fin aux projets de destruction du pays menés par Mohamed Ould Abdel Aziz", le président mauritanien.

Des partis de l'opposition non membres du FNDU, comme le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d'Ahmed Ould Daddah, un des principaux opposants, ont participé à la manifestation de samedi, organisée après le dialogue national lancé le 29 septembre et qui s'est achevé le 21 octobre.

Cette conclave, prélude à une future révision constitutionnelle, a été boycottée par l'opposition qui a déjà annoncé son opposition aux changements prévus.

Une controverse avait éclaté entre l'opposition et le pouvoir, soupçonné de vouloir supprimer la limite de deux mandats présidentiels ce qui ouvrirait la voie à un troisième mandat de M. Ould Abdel Aziz.

Le chef de l'Etat mauritanien, qui achèvera son second mandat de cinq ans en 2019, a déjà annoncé que la limitation des mandats présidentiels à deux resterait inchangée dans la future révision constitutionnelle.

Les actes du dialogue, intitulés "accord politique", prévoient un référendum avant la fin de l'année et des élections municipales et législatives anticipées dont la date reste à fixer.

Parmi ses autres décisions phares figurent la suppression du Sénat, qui serait remplacé par des Conseils régionaux, la suppression de la Haute cour de justice, du médiateur de la République et du Haut conseil islamique.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara