Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G



Zineb El kadri - publié le Lundi 3 Mars à 12:06

Massar : Un progiciel en polémique




Le système Massar est un progiciel informatique intégré permettant, notamment, l'instauration de nouvelles méthodes de gestion au niveau des établissements scolaires, la création d'une base de données nationale qui permet un suivi individualisé des élèves.



Le système Massar entre manifestation des élèves et réclamations et reproches du corps enseignant :

En effet, le lancement de sites web pour chaque établissement d'enseignement, la prestation de services électroniques aux élèves et à leurs tuteurs a crée une véritable zizanie au sein de la société marocaine et surtout les lycéens.
Cette mise en œuvre des chantiers de réforme relatifs à la lutte contre la déperdition scolaire, le suivi pédagogique, une éducation de qualité et à l'assistance sociale ont suscité une angoisse immense au milieu à la fois des élèves et des enseignants.
Les premiers réclament le retour à un système rudimentaire sans introduire l’internet dans la saisie de leurs notes.
Les seconds se sont répartis en partisans et détracteurs à cause de cette plateforme informatique très controversée. Massar a nourri le débat public.
Les partisans ont découvert un système idéal pour calculer les notes de leurs élèves, mettre leurs appréciations facilement, récupérer les listes de leurs élèves et tous les renseignements qui leur sont relatifs, tout en étant secondés par l’avis de leurs parents en les intégrant pleinement dans l’opération enseignement-apprentissage.
Alors que les détracteurs sont de véritables ennemis de tout ce qui est informatisé, ne possédant pas encore un ordinateur, et n’ayant aucune notion à propos de l’internet et de l’informatique, de ce fait ils revendiquent des dons d’ordinateurs de la part du gouvernement et une formation laborieuse dans le domaine.
En sus, le programme Massar qui concerne 11.000 établissements d'enseignement, 6,5 millions élèves et 300.000 cadres administratifs et éducatifs, met à disposition une série de données précises sur le niveau des élèves, le taux d'absence, de retards et de sanctions appliquées, ainsi que sur la gestion du temps imparti aux cours.
Malgré les nombreuses manifestations des élèves contre le système de gestion scolaire électronique Massar et les nombreux problèmes liés à sa mise en œuvre, le ministère de l'Education nationale a publié les notes du premier semestre via cette plateforme.
En fait, c’est un projet qui divise l’école marocaine : le secteur privé va avoir beaucoup de privilèges par rapport au secteur public.
L’opération de saisie des notes des contrôles continus de l’année scolaire 2013-2014 dans le système de gestion scolaire Massar à mon sens, a beaucoup de bienfaits tel : la facilitation de calcul des moyennes des différentes matières, la mémorisation des notes et des mentions obtenues par chaque élève tout en voulant instaurer de nouvelles normes d'évaluation et d'examen.
De ce fait, tous les intervenants de l’école marocaine publique ont multiplié les efforts, en vue de généraliser l'utilisation du système dans le cadre de la gestion des autres domaines du système éducatif.
En plus, ils ont bien assimilé que ce système s'inscrit dans le cadre d'une vision ayant pour objectif de servir l'intérêt des élèves, moderniser la gestion scolaire pour une bonne gouvernance du système éducatif.
Néanmoins, il ya maints méfaits tel que le classement dans les listes des élèves ne sont pas les mêmes dans le site et les manifestations des élèves contre ce système ont beaucoup retardé le programme.
En surplus, de nombreux problèmes sont remarqués lors de sa mise en œuvre à l’instar du faible débit de l’internet 3G ou ADSL ou encore dans certaines régions rurales marocaines, un grave problème s’impose c’est celui de la coupure de l’électricité.
On relève aussi les problèmes liés à la saturation du débit du Centre national des données et la difficulté d’accès simultané au site, bugs... Le système Massar a encore un long itinéraire à emprunter avant d'atteindre la perfection que brandit le ministère de l'Education nationale.
La plateforme informatique va augmenter l’écart entre l’école publique et privée :
Les principes de transparence et d’égalité des chances entre les élèves du public et ceux du privé ne vont guère être les mêmes.
Les premiers sont convaincus que cette plateforme informatique va davantage creuser l'écart entre les lycées publics et ceux du secteur privé, ce qui va être loin de garantir les principes de transparence et d’égalité de chances entre les élèves appartenant à différentes strates sociales.
Pour eux, la priorité réside ailleurs, notamment dans la réforme du système éducatif dans son ensemble.
Le système Massar ne divise pas que l'école marocaine, L'échiquier politique, les cadres pédagogiques et la société marocaine sont partagés entre ceux qui qualifient Massar de projet évolutif, et ceux qui évoquent l’analphabétisme informatique de plusieurs enseignants.

Ce système permettra aux parents un meilleur suivi des prestations de leurs enfants.

Pourtant, on remarque que les bacheliers ont été les seuls à manifester alors que le système concerne tous les niveaux, du primaire au bac. Cela tend, selon lui, à démontrer que ces bacheliers craignent certaines conséquences de ce système, comme de perdre la « générosité » de certains enseignants avec l'application de Massar.
En outre,la faible communication autour du projet a crée une véritable angoisse au milieu des élèves car le ministère devait expliquer aux concernés ce qu'est Massar, et à quoi sert-il avant de l'appliquer.

Dénnoncer les défaillances et les apories de tout un système :
Certains observateurs estiment que ce système éducatif comporte beaucoup plus de points négatifs que positifs à l’instar de la dépense d'une somme colossale pour instaurer un système informatique à un moment ou le Maroc a plus besoin de ressources financières qu’avant.
Il faut ouvrir un débat national sur la question de l'éducation afin de trouver un remède efficace aux maux de l'école marocaine.En attendant, les élèves ont crée plusieurs pages Facebook contre le projet Massar.
Le ministère de l'Education nationale et de la formation professionnelle a déclaré que le système informatique ''MASSAR'' a été utilisé cette année dans le cadre de l'opération de conservation et de gestion des notes des contrôles continus des élèves, conformément aux dispositions des circulaires régissant l'opération d'évaluation des trois cycles d'enseignement.
L'utilisation de ce système informatique, qui a permis aux administrations pédagogiques des établissements scolaires de conserver plus de 35 millions de notes jusqu'au 23 janvier 2014, s'inscrit dans le cadre de l'intégration des technologies de l'information et de la communication dans le système éducatif, le développement des outils et des méthodes de travail de l'administration pédagogique, le renforcement de la gouvernance du système éducatif et la garantie des principes de transparence et d'égalité des chances entre tous les élèves à travers le suivi individuel de chaque élève, assuré par les enseignants ou par leurs parents, explique un communiqué du ministère.
Ce système informatique permettra aussi aux parents, via les portails électroniques des établissements scolaires, de connaître les dates des contrôles continus, de s'informer sur les emplois du temps de leurs enfants, d'obtenir leurs résultats scolaires et de suivre leur apprentissage.
Le système ''MASSAR'' a contribué, lors de la première phase, ayant débuté en juin 2013, à la gestion des opérations liées à la rentrée scolaire, la conservation des données relatives aux élèves, la gestion des opérations d'inscription, de réinscription et de mobilité individuelle et collective des élèves et des opérations d'orientation, ajoute la même source.
Il a de même servi à la gestion du corps pédagogique et la formation des classes, indique le communiqué, précisant que ce système informatique a aussi accompagné, lors de la deuxième phase, la gestion de toutes les données relatives à l'évaluation des élèves depuis novembre 2013.
Ce système, outre le contrôle, propose les programmes scolaires, fixe les dates des devoirs et des examens, publie les résultats et les décisions relatives aux orientations .
Quant à la Fédération nationale des parents d'élèves a pour sa part dénoncé, dans un communiqué, la marginalisation des “parties concernées” dans l'élaboration du système Massar et l'absence d'une stratégie de communication à cet effet.
La Fédération a, dans ce contexte, appelé au parachèvement de la mise en œuvre du système au niveau des académies régionales, des délégations provinciales et des établissements scolaires.
Elle a également demandé la suspension du volet relatif à “l'évaluation des élèves”, et ce jusqu'à ce que soient réunies les conditions de sa réussite, et appelé à l'organisation d'une campagne de communication pour garantir l'accès à l'information de tous.
Ainsi, ce qu’on souhaite vraiment c’est la non scission de l'enseignement entre pauvres et riches, il faut que les élèves dans les deux établissements publics et privés aient les mêmes programmes, pour qu'il y est une certaine égalité des chances dans l’école Marocaine.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles