Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Dimanche 25 Septembre à 14:05

Maroc: premier grand meeting islamiste pour les législatives



"Le PJD est là, le PJD est là!": près de 10.000 personnes ont participé dimanche à Rabat à un grand meeting du parti de la Justice et du développement (islamiste), marquant véritablement le début de sa campagne pour les législatives du 7 octobre.



"Si Dieu le veut, nous gagnerons", a lancé devant une foule en liesse le chef du PJD, Abdelilah Benkirane, également Premier ministre du gouvernement de coalition dirigé par les islamistes depuis cinq ans.

"Le peuple veut un deuxième mandat!", lui ont répondu en hurlant les militants, agitant une nuée de fanions blancs dans une salle bondée et à l'ambiance surchauffée, couverte d'immenses affiches à la lampe à huile, l'emblème du parti.

Dès le début de la matinée, des dizaines de bus ont déversé dans une parfaite organisation des flots de militants tout sourire, arborant casquettes, chasubles et drapeaux aux couleurs bleu et blanc du PJD, dans une immense salle voisine du stade de Rabat, en périphérie de la capitale.

Ce meeting marque véritablement le début de la campagne pour les législatives, qui a officiellement été lancée samedi dans tout le pays et se clôturera le 6 octobre.

Une trentaine de partis prendront part à ce scrutin qui s'annonce comme un duel serré entre le PJD et son grand rival du Parti authenticité et modernité (PAM), qui se présente comme "moderniste" face aux islamistes. Seize millions d'électeurs doivent désigner 395 députés.



Aux dernières législatives, fin 2011, le PJD avait remporté un succès historique, dans le sillage des Printemps arabes, des contestations de rue au Maroc et d'une vaste réforme constitutionnelle voulue par le roi Mohammed VI.

"En 2011, plutôt qu'égarer notre pays dans des aventures, (...) nous avons choisi la réforme dans la stabilité", a déclaré M. Benkirane. "Le bateau allait couler, l'économie était au plus mal". "Aujourd'hui, vous pouvez lever la tête et être fiers, vous avez sauvé le pays de la catastrophe", a lancé le chef du PJD à ses troupes.

"Nous avons géré notre relation avec la monarchie ces cinq dernières années avec un souci de coopération, loin d'une logique de conflit (...)", a-t-il affirmé.

De vives tensions politiques ont agité la pré-campagne, le camp PJD accusant à mots couverts le tout-puissant ministère de l'Intérieur, tenu par le technocrate proche du palais Mohammed Hassad, de vouloir contrer le PJD par tous les moyens aux élections.

Affichant sa confiance, M. Benkirane a tourné en ridicule les promoteurs d'une mystérieuse manifestation anti-islamiste qui a défrayé la chronique le 18 septembre à Casablanca.

Ce rassemblement avait tourné au fiasco quand il s'était avéré que ses participants avaient été payés ou amenés là par d'anonymes organisateurs.

"Est-ce que quelqu'un vous a payé pour venir ici aujourd'hui? Un agent d'autorité a-t-il fait pression sur vous?", a plaisanté au micro le chef du PJD, provoquant un grand éclat de rire dans la salle.

"Ce qui se passera le 7 octobre, c'est vous les Marocains qui en déciderez", a encore déclaré M. Benkirane, qui a appelé les électeurs à se "mobiliser en masse" le jour du vote.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara