Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Mohamed Takadoum - publié le Samedi 17 Octobre à 17:13

Maroc : les médias de l’hexagone se gourent en essayant de faire de Zakaria Moumni l’opposant attitré au régime




C’est un tollé d’indignation qui a accueilli dans le pays la scène au cours de laquelle le boxeur Zakaria Moumni a déchiré lundi son passeport marocain sur le plateau de l’émission « 64 » de TV5 Monde, en affirmant qu’il a renoncé à sa nationalité marocaine.




En effet, après avoir essayé de raquetter l’état marocain pour avoir ce qu’il dit être son droit à savoir un emploi fictif au ministère de la jeunesse et des sports et 5 millions d’euros qui lui aurait été promis par l’état marocain, celui-ci se révèle être un véritable escroc puisqu'il aurait déjà reçu deux agréments de taxi ( l’un pour lui et l’autre pour son père).

Pour certains médias français, M Moumni devient l’opposant attitré au régime marocain alors qu’il ne représente que lui-même. Pour son bouquin « L’homme qui voulait parler au Roi » dont "le négre" n’est autre que la journaliste Catherine Graciet -mise en examen pour escroquerie contre Mohamme VI- il est reçu en tant que grand militant sur les plateaux de télé français.
Sur son dernier acte, et la réprobation et l’indignation quasi unanimes à ce sujet, je présente aux lecteurs de Lemag.ma ci-après un article représentatif écrit par le Journaliste Fahd Yata directeur de la Nouvelle Tribune et qui montre que les médias français ont tord d'essayer de faire de Zakaria Moumni une figure de l'opposition au régime.

« Le « boxeur » (de rue) Zakaria Moumni vient de se livrer à un acte que la justice assimile à de la haute trahison, celui de déchirer publiquement son passeport marocain devant les caméras (complaisantes) de TV 5 Monde. Rien d’étonnant de la part d’un individu qui a prétendu obtenir passe-droits, avantages pécuniaires et autres « grimates » parce qu’il avait appris dans les bas-fonds à se servir de ses poings et de ses pieds !

Moumni, qui détient la nationalité française et qui sait pertinemment qu’il ne rentrera jamais plus dans son pays natal tant il l’a voué aux gémonies, insulté et diffamé, ne risque rien d’autre que l’indignation et la réprobation de millions de Marocains. Mais, il s’en f… !

Moumni a rempli sa mission telle qu’assignée par son maître, celui qui le manipule de son « cosy home » américain, celle de se prêter à une immonde provocation devant les caméras d’une chaîne de télévision qui, comme plusieurs autres chaînes publiques françaises, voue au Royaume une haine féroce et tenace.

Moumni cependant ne sait pas qu’il a enfin fait ce que tous attendaient de lui dans notre pays, celui de renoncer à se considérer comme Marocain, parce que pour nous, pour eux, il ne l’est plus depuis longtemps !
Moumni déchire son passeport au prétexte qu’il a été torturé ?Moumni ignore, en analphabète qu’il est, au cerveau aussi chiche que le sien, que la torture, qui a existé et sévit dans notre pays durant de longues années, n’a jamais été un motif de trahison par ceux qui l’avaient subie !

Y a-t-il jamais eu un patriote, un progressiste, un révolutionnaire dans ce pays, passé par les caves de Derb Moulay Chérif, Tazmamart, M’gouna ou tous les commissariats où ils subirent la torture, qui ait renoncé à sa marocanité, à son pays, à son attachement à la mère-patrie ?

Au contraire, malgré les coups, les humiliations, les brimades, les privations, les procès iniques, tous ces hommes et femmes, admirables, sortis des caves, des geôles, des bagnes, reprirent le combat, la lutte, pour leurs idéaux, leurs convictions, LEUR MAROC, LEUR PEUPLE !

Ce faisant, il réalise l’attente la plus chère de tous ceux qui, au-delà de leurs idéaux, de leurs engagements politiques, n’ont jamais voulu renoncer à ce qu’ils avaient et ont de plus précieux, leur MAROCANITÉ : celle de nous débarrasser de sa personne !

Merci Zakaria Moumni… »



               Partager Partager