Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



Mohamed Takadoum - publié le Mardi 5 Avril à 18:05

Maroc : les imprudences des gestionnaires du patrimoine royal, braquent les médias hostiles au Maroc contre son souverain




Au terme d'une enquête rapportée par les médias sur l'évasion fiscale via les sociétés offshore, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a rendu public dans une centaine de médias du monde entier, une liste issue des archives secrètes du cabinet "Mossack Fonsec dont la spécialité est de «domicilier» des sociétés dans des paradis fiscaux ; de leaders mondiaux, de célébrités ou de milliardaires. Nom de code de l'affaire: Panama Papers.



Dans un article intitulé "Mohammed VI aime les Iles Viérges" le journal le Monde annonce que « Sa Majesté Mohammed VI, roi du Maroc, a choisi une certaine discrétion pour quelques transactions privées : il a acheté un bateau et investi dans une société cotée à la Bourse de Casablanca par le biais d’une société des îles Vierges britanniques, SMCD Ltd. Une autre société lui a facilité l’achat et la rénovation d’un hôtel particulier à Paris. ». Et alors ! Le Roi qui dispose d’un patrimoine hérité de son père et qu’il a fait fructifier au vu et au su de tout le monde peut bien se permettre de procéder à ces achats ou ces opérations financières sans problème.

Là où le bât blesse ce sont ces sortes d’entourloupettes financières pour faire aboutir ces opérations somme toutes normales. Pourquoi passer par ces sociétés offshores pour ces opérations dans un monde mondialisé ou tout le monde surveille un peu tout le monde ? S’agissant du patrimoine royal, comment ce genre d’opérations qu’on veut faire passer dans la discrétion peuvent-ils échapper à des journalistes d’investigation ou des services étrangers pas toujours amis du Maroc?

Sans parler de la presse algérienne et des organes de presse étrangers inféodés au régime d'Alger, Le Monde en a fait donc ses choux gras (drabtih bechfenja) ; l’occasion est trop belle et donne donc les détails supposés de ces opérations. Des 30 chefs d’état cités un traitement particulier est réservé au Roi du Maroc. En réalité il s’agit-là d’une longue histoire de ce journal avec la monarchie marocaine. Comme je l’ai rappelé dans un précèdent article ; difficile d’oublier les articles incendiaires contre cette monarchie du temps de feu Hassan II sous la plume entre autres de Paul Balta grand ami de l’Algérie de Boumediene. En 1997 deux ans avant sa mort, feu Hassan II faisait condamner le Monde par un tribunal parisien pour offense au chef d’état d’un pays étranger.

Avec l’avènement de S M Mohammed VI, la cabale va repartir de plus belle. Cette intronisation le 31 juillet 1999 a été accueillie avec espoir par le pays mais avec scepticisme par certains journalistes dont l’ancien correspondant du Monde à Rabat Jean Pierre Tuquoi pour qui le jeune Roi serait « rapidement emporté par une vague islamiste ». Dans son livre, « le Dernier Roi » publié deux ans après l'arrivée de Mohamed VI au pouvoir, il raconte tout simplement que celui-ci n'avait pas « les qualités requises » pour régner. « Mohammed VI ne s'exprime guère, n'a lancé aucune réforme d'envergure, travaille peu… ». Un jugement sans appel.

Mais un cinglant démenti a été apporté à ce « oiseau de mauvaise augure » car ceux qui connaissent le pays savent que Mohammed VI a transformé le Maroc en un vaste chantier, parcourant quotidiennement le pays de long et en large, initiant des projets de développement, en assurant personnellement le suivi et l’exécution : infrastructures et transports, eau, énergies dont les énergies renouvelables lutte contre l’habitat insalubre, assainissements et réhabilitations urbaines etc… et a mené dès le début de son règne une lutte contre le laxisme dans la gestion des affaires publiques …. Voir le détail dans la suite ou la totalité de l’article.

Pour en revenir au sujet de l’article, il faut bien conclure que ces fameuses opérations financières révélées par le journal le Monde suivi d’autres organes de presse pouvaient bien être réalisées au grand jour sans passer par des paradis fiscaux. Comme tout le monde, SM le Roi peut faire ce qu’il veut avec son argent et il en fait chaque jour beaucoup de bien tout le monde le sait. C’est encore pour Le Monde et la presse hostile à notre pays un coup d’épée dans l’eau.



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles